En coulisse

Mal vieilli : le MiniDisc fête ses 30 ans

David Lee
24.11.2022
Traduction: Alassane Ndiaye

Je ne félicite pas le MiniDisc pour son anniversaire, car il est mort. Retour sur les raisons qui ont conduit à cette situation.

En novembre 1992, Sony a présenté le MZ-1, le premier lecteur MiniDisc au monde. Il était aussi un enregistreur. En 2000, j’ai acheté mon premier et unique enregistreur MiniDisc : un Sharp MD-SR50. Cependant, je l’ai peu utilisé et après deux ou trois ans, je ne m’en suis plus servi. Je me suis retrouvé dans la même situation que la plupart des gens. Ce qui, au premier abord, semblait être un support pratique et moderne a finalement fait un flop.

 Le tout premier enregistreur MiniDisc
Le tout premier enregistreur MiniDisc
Photo : Wikimedia, Nixdorf, CC BY-SA 3.0

Le CD était déjà là

En tant que simple lecteur, le MiniDisc a eu du mal à s’imposer dès le début. Il y avait des CD. Ils n’étaient pas compliqués et offraient une bonne qualité sonore même en cas de mauvais traitement. Comme tout le monde, je m’étais déjà constitué une vaste collection de CD au tournant du millénaire. Il n’y avait aucune raison de transférer cette collection sur un nouveau support. Et dans les magasins, on continuait à vendre uniquement des CD. Même à son apogée, la part de marché du MiniDisc était si faible qu’elle n’est même pas visible sur les graphiques. Sony était le seul grand label à publier des MiniDisc préenregistrés.

Chiffres d’affaires de l’industrie musicale en Suisse
Chiffres d’affaires de l’industrie musicale en Suisse
Graphique : IFPI

Le raisonnement de Sony était le suivant : le CD avait remplacé le disque en tant que simple support de lecture, il fallait donc faire de même pour les supports enregistrables. Dans ce domaine, le MiniDisc aurait dû remplacer la cassette musicale. Mais entre-temps, le CD était devenu plus qu’un simple substitut au disque. Il était portable et remplaçait de plus en plus le walkman. En outre, il a bientôt été possible de graver soi-même des CD.

Mes enregistrements

La seule chose que je ne pouvais pas faire avec un CD était d’enregistrer en direct. C’est dans ce créneau que le MiniDisc avait toute sa place. J’ai emporté l’enregistreur MiniDisc plusieurs fois dans la salle de répétition du groupe. Cela nous a surtout permis de nous rendre compte que les répétitions de nos groupes étaient horribles après coup, qu’elles aient été enregistrées en numérique ou en analogique. Seul à la maison, sans l’influence de l’alcool et du THC, je n’ai pas voulu m’infliger ça.

Il manquait également à l’enregistreur MiniDisc le régulateur de vitesse de mon lecteur de cassettes portable. Cela a permis d’harmoniser la tonalité avec un enregistrement déjà existant.

En fin de compte, le MiniDisc n’était pour moi qu'une possibilité supplémentaire de faire mes propres enregistrements. Il n’a pas apporté un changement décisif par rapport à la cassette.

Tout à coup, tout est allé très vite

Un an plus tard, en 2001, je possédais déjà un ordinateur portable avec lequel il était possible d'enregistrer directement dans la salle de répétition du groupe. C’était un changement beaucoup plus important. L’enregistrement était désormais un fichier qui pouvait être rapidement copié, exporté au format MP3 et envoyé par Internet. C’était bien plus pratique que de devoir bricoler avec des MiniDisc dont les données étaient certes numériques, mais ne pouvaient pas être utilisées sur un ordinateur. Même les CD étaient devenus plus pratiques, car ils pouvaient être copiés en quelques minutes sur un ordinateur.

Le MP3 et Internet ont également eu un impact considérable en dehors du petit monde des musiciens amateurs. Le partage de fichiers a même mis en difficulté le gigantesque succès du CD. Le MiniDisc a perdu toute raison d'être au plus tard lorsque les enregistreurs MP3 avec SSD sont apparus.

Le MiniDisc en soi n’était certes pas mal, mais on n’en avait tout simplement pas besoin. Coincé entre le CD et la cassette, le petit support a grandi lentement, avant d’être rapidement balayé par la révolution numérique.

Le MiniDisc est-il un objet de nostalgie ?

Reste à savoir si le MiniDisc pourrait connaître aujourd’hui une renaissance en tant que pièce de collection. Mon évaluation à ce sujet est clairement non.

Parce que l’époque du MiniDisc était courte et sa position marginale, il n’a laissé que peu de traces dans la mémoire collective. Vous en gardez probablement un bon souvenir, sinon vous n’auriez pas cliqué sur cet article. Mais cela fait de vous une minorité. Contrairement aux disques et aux cassettes, le MiniDisc ne suscite pas une forte nostalgie chez la plupart des gens.

Le Sony MZ-R30 ne fait pas naître en moi la nostalgie
Le Sony MZ-R30 ne fait pas naître en moi la nostalgie
Photo : David Lee

Je n’ai plus mon enregistreur depuis longtemps. Pour cet article, j’en ai donc acheté un afin de voir comment je réagissais émotionnellement. C’était décevant. Certes, de vieux souvenirs ont refait surface, mais plutôt négatifs, que j’avais refoulés, par exemple le fait que je doive diviser les morceaux manuellement. Que je pourrais certes nommer les morceaux, mais que c’est bien trop pénible pour moi. Que l’appareil ne soit pas silencieux, mais fonctionne lentement. Que les piles ne durent pas longtemps. Que l’écran LCD de l’appareil ait un contraste très faible.

Contrairement au disque ou à la bande magnétique, vous ne voyez pas la musique bouger pendant qu’elle est jouée. Il est encore moins sensuel que le CD qui, lui, au moins, n’est pas enfermé dans une boîte en plastique grise qui claque.

D’un point de vue actuel, le MiniDisc n’est pas non plus pratique. Aujourd'hui, vous pouvez enregistrer et lire sans fil avec n’importe quel smartphone. Avec le MiniDisc, vous avez trois câbles sur un tout petit appareil lorsque les piles sont vides et que vous avez besoin d’une alimentation secteur. L’enregistrement d’un album prend le temps que prend l’album, c’est-à-dire dure longtemps. Au moins : la qualité du son est encore correcte, même selon les normes actuelles.

J’ai un faible pour l’audio vintage. Pour les vieux amplificateurs, pour les cassettes et les bandes magnétiques, pour les disques et même pour les CD, je peux trouver quelque chose à redire. Mais je ne verse pas une larme pour le MiniDisc.

Quelqu’un aurait-il par hasard besoin d’un enregistreur MiniDisc ?

Cet article plaît à 137 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Mon intéret pour l'informatique et l'écriture m'a mené relativement tôt (2000) au journalisme technique. Comment utiliser la technologie sans se faire soi-même utiliser m'intéresse. Dans mon temps libre, j'aime faire de la musique où je compense mon talent moyen avec une passion immense. 


Audio
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

Commentaire(s)

Avatar