Les principales questions et réponses sur le rachat d'Activision-Blizzard
En coulisseGaming

Les principales questions et réponses sur le rachat d'Activision-Blizzard

Philipp Rüegg
Zurich, le 20.01.2022
Traduction: Anne Chapuis

Microsoft rachète Activision-Blizzard pour 68,7 milliards de dollars. Après cette annonce, de nombreuses questions restent sans réponse. Qu'est-ce que cela signifie pour les jeux, pour Sony et que va-t-il se passer avec le scandale des abus ?

Il y a quelques jours, Take Two a annoncé l'acquisition de la société de jeux mobiles Zynga pour 11 milliards de dollars. Il s'agissait jusqu'à présent de la plus grande acquisition dans le secteur des jeux vidéo. Une somme dérisoire comparée aux 68,7 milliards que le géant de la technologie Microsoft va désormais dépenser pour Activision-Blizzard.

Comment en est-on arrivé là ?

L'affaire judiciaire en cours contre Activision-Blizzard pour de graves accusations d'abus a fait réagir Microsoft, écrit le portail industriel Bloomberg. En conséquence, des cadres de chez Microsoft ont incité le patron de Xbox, Phil Spencer, à discuter avec le PDG d'Activision-Blizzard, Bobby Kotick. Dans le but de soutenir un partenaire important, mais aussi de faire part de ses inquiétudes quant au traitement des collaboratrices, peut-on lire dans l'article. Parallèlement, Spencer aurait laissé entendre que Microsoft serait intéressée par un rachat.

Avec cet accord, Microsoft se créerait un immense nouveau portefeuille de produits.
Avec cet accord, Microsoft se créerait un immense nouveau portefeuille de produits.
Photo : Microsoft

Activision, ou plutôt Kotick, ne sont, selon Bloomberg, au début, pas convaincu par le rachat. Ceci au moment où l'action s'effondre de 15 % après une nouvelle révélation de scandale par le Wall Street Journal. Aujourd'hui, elle a même perdu 30 % de la valeur qu'elle avait avant la plainte des autorités californiennes. Mais la recherche d'autres parties intéressées, dont Facebook, s'avère un échec. Activision finit par céder et l'accord est finalisé à Noël.

Pour Microsoft, il s'agit de la prochaine grosse acquisition dans le domaine gaming, après le développeur de Minecraft Mojang, pour 2,5 milliards de dollars et Bethesda pour 7,5 milliards de dollars. Spencer a annoncé à plusieurs reprises par le passé que l'entreprise prévoyait d'autres acquisitions, notamment dans le domaine « casual » et « social games ». Je pense que c'est réussi. Activision possède également depuis 2016 King Digital, les créateurs de « Candy Crush ». Le prix d'achat s'est élevé à 5,9 milliards de dollars.

L'accord est-il sûr ?

Même si les deux parties se serrent joyeusement la main, l'accord est loin d'être sûr. L'autorité américaine du commerce (FTC) et l'UE doivent toutes deux donner leur accord. C'est pourquoi il faudra attendre au moins jusqu'en juin 2023 pour qu'Activision-Blizzard fasse partie de Microsoft.

La plupart des experts s'accordent à dire que Microsoft recevra le feu vert des autorités. Certes, l'entreprise dans son ensemble fait partie des plus grandes du monde avec un chiffre d'affaires de plus de deux mille milliards de dollars US, mais il en va autrement dans le domaine des jeux vidéo. En termes de chiffre d'affaires, Sony y est toujours en tête, suivi par Tencent. La troisième place est actuellement occupée par Nintendo. Avec le rachat d'Activision-Blizzard, Microsoft, jusqu'ici quatrième, va dépasser l'éditeur de jeux japonais. La cinquième place est occupée par Activision-Blizzard. On peut ainsi argumenter que la structure du pouvoir reste équilibrée.

Néanmoins, Microsoft souligne que l'accord est également un investissement stratégique concernant Metaverse. Là, les acteurs comme Facebook et potentiellement Google sont nettement plus grands que Sony. Cela pourrait également répondre à une accusation de monopole dans le domaine des jeux vidéo.

Que va-t-il advenir de Bobby Kotick ?

Cela prendra encore un peu de temps, mais Bobby Kotick, le CEO d'Activision-Blizzard, ne devrait pas rester longtemps à son poste. Officiellement, Bobby Kotick reste le PDG d'Activision-Blizzard et continue de faire avancer l'entreprise. Les entreprises ne peuvent pas communiquer autre chose tant que l'accord n'est pas conclu. Le Wall Street Journal rapporte toutefois que Kotick quittera ses fonctions dès que l'acquisition sera finalisée.

Bobby Kotick est « encore » PDG d'Activision-Blizzard.
Bobby Kotick est « encore » PDG d'Activision-Blizzard.
Photo : Flickr//Thomas Hawk

Kotick s'efforce de faire en sorte que la vente et son départ ne soient pas associés au scandale des abus. Dans une interview accordée à Venturebeat, il explique la baisse du cours de l'action par le report de la sortie de Diablo IV et Overwatch 2 ainsi que par la déception financière de Call of Duty Vanguard. Pourtant, les reports au moins sont une conséquence évidente de la vague de scandales et des licenciements et interruptions de travail qui en découlent.

Peu importe la manière dont Kotick entrera dans l'histoire, une chose semble déjà claire : le parachute doré lui est assuré.

Et le scandale des abus dans tout ça ?

Le scandale des abus d'Activision-Blizzard, qui a donné lieu à de nouvelles révélations choquantes toutes les semaines, n'a pas disparu avec le rachat. Des employés d'Activision-Blizzard sont accusés d'une série de harcèlement sexuel. Les victimes auraient été ignorées par des cadres, une culture dominée par les hommes aurait été créée et les auteurs protégés. Microsoft s'efforcera de débloquer la situation le plus rapidement possible si l'entreprise veut continuer à être un lieu de travail attrayant pour les femmes. Microsoft n'est pas non plus à l'abri de telles accusations. Les actionnaires de Microsoft ont adopté en novembre 2021, contre la volonté de l'entreprise, une révision non contraignante de la politique de harcèlement sexuel, écrit Bloomberg.

Qu'est-ce que cela signifie pour les employés ?

Les employés d'Activision-Blizzard, qui s'opposent bruyamment à la direction depuis le début du scandale des abus, devraient enfin pouvoir pousser un soupir de soulagement. Depuis la promotion de Phil Spencer à la tête de Xbox, l'entreprise jouit d'une réputation positive en matière de rachat de studios. Microsoft devrait toutefois mettre la main à la pâte plus fortement chez Activision-Blizzard en raison des accusations d'abus, contrairement aux achats précédents ; pour le plus grand plaisir des employés.

Phil Spencer est désormais officiellement le CEO de Microsoft Gaming. Photo : Microsoft
Phil Spencer est désormais officiellement le CEO de Microsoft Gaming. Photo : Microsoft

Microsoft n'a pas toujours fait preuve de la bonne sensibilité dans ses relations avec ses propres studios de jeux vidéo. C'est ce qu'admet l'entreprise dans sa propre série documentaire Power On : The Story of Xbox. Aujourd'hui, la plupart des studios acquis, comme Double Fine, ne tarissent pas d'éloges sur le nouveau propriétaire. C'est uniquement grâce à Microsoft que Psychonauts 2 est sorti avec toutes les fonctionnalités prévues, a déclaré le directeur du studio Tim Schaefer dans une interview accordée à Game Rant. Avant le rachat, Double Fine voulait supprimer les combats de boss emblématiques pour des raisons de temps et de coûts.

« Psychonauts 2 » a fortement profité de l'acquisition de Microsoft.
« Psychonauts 2 » a fortement profité de l'acquisition de Microsoft.

Les nouveaux collaborateurs ne doivent toutefois pas s'attendre à des augmentations de salaire. Blizzard est connu pour payer des salaires relativement bas. L'argument : c'est un privilège de travailler pour l'entreprise. Comme de nombreux studios sont désormais réunis sous l'égide de Microsoft, il est peu probable qu'il y ait une concurrence entre ces entreprises sur la base des salaires.

D'une manière ou d'une autre, il faudra encore des années pour que des changements positifs se manifestent. Si l'on considère le temps qu'il a fallu à Activision pour imposer sa propre culture d'entreprise à Blizzard, Microsoft ne parviendra pas faire le tout beaucoup plus rapidement.

Qu'est-ce que cela signifie pour « Call of Duty » et Cie ?

Avec l'achat d'Activision-Blizzard, Microsoft s'assure les droits de blockbusters comme Call of Duty, Diablo ou Overwatch. Comme après le rachat de Bethesda, la question se pose de savoir si les jeux seront publiés à l'avenir sur des plateformes concurrentes comme PlayStation. Des exemples comme Starfield montrent déjà la volonté de Microsoft de privilégier l'exclusivité sur console au détriment d'un public de gameurs plus large. Bloomberg rapporte que cela devrait également se produire avec les jeux Activision, mais pas avec tous.

Reste à savoir si le prochain Call of Duty, ou celui d'après sortira sur PlayStation.
Reste à savoir si le prochain Call of Duty, ou celui d'après sortira sur PlayStation.

Je parie que le Call of Duty annuel continuera à sortir sur PlayStation. La perte financière serait trop importante. Cela ne m'étonnerait pas que la cadence des sorties soit réduite au profit de la qualité. Microsoft répartira de toute façon soigneusement le portefeuille nouvellement acquis sur l'année, afin que les grands titres ne se concurrencent pas dans le Game Pass.

Diablo IV, en revanche, restera certainement réservé aux joueurs PC et Xbox ; du moins pour un certain temps. On ne sait pas encore si Starfield, etc., sortira en différé sur PlayStation. Peut-être que dans quelques années, le Game Pass sera lancé sur PlayStation. Les chances d'y parvenir ont nettement augmenté depuis mardi.

Un effet positif est à attendre pour les titres dédaignés d'Activision. Plus l'entreprise s'était focalisée sur Call of Duty, plus des classiques comme King's Quest, Pitfall, Prototype ou Blur tombaient dans l'oubli. Comme Microsoft a toujours besoin de nouveaux titres pour le Game Pass, cette trouvaille connaîtra certainement plus d'amour.

Qu'est-ce que cela signifie pour Sony ?

Avec la PlayStation, Sony est encore le leader incontesté du secteur des jeux vidéo. Mais au plus tard après l'acquisition actuelle, l'équilibre des jeux exclusifs de blockbusters aura basculé en faveur de Microsoft. Le cours de l'action a chuté de 13 % immédiatement après l'annonce. Cela correspond à une perte d'environ 20 milliards de dollars. La direction de Sony va désormais chercher encore plus activement à acquérir ses propres studios. Le prochain plus gros poisson dans la mare est EA, suivi de Take Two, Nexon et Bandai Namco. Du point de vue des joueurs, Ubisoft est certainement aussi un bon coup à faire. Actuellement, plus aucun deal ne paraît impossible. Assassin's Creed uniquement pour la PlayStation ? Qui sait ?

Cet article plaît à 55 personne(s)


Philipp Rüegg
Philipp Rüegg

Senior Editor, Zurich

En tant que fou de jeu et de gadgets, je suis dans mon élément chez digitec et Galaxus. Quand je ne suis pas comme Tim Taylor à bidouiller mon PC ou en train de parler de jeux dans mon Podcast http://www.onemorelevel.ch, j’aime bien me poser sur mon biclou et trouver quelques bons trails. Je comble mes besoins culturels avec une petite mousse et des conversations profondes lors des matchs souvent très frustrants du FC Winterthour.

Gaming

Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader