Vous n’êtes pas connecté à Internet.
Corporate logo
SmartphoneEn coulisse 129

Google Tasks: l'aube d'un nouveau déluge?

Google a sorti une nouvelle appli. Tasks est petite, légère et surtout très blanche. À quoi sert cette nouvelle application et pourquoi est-elle plus déconcertante qu’utile?

À chaque fois que Google, la multinationale qui développe Android, annonce une nouveauté, le monde s’arrête et n’a d’yeux que pour elle. Même si ce n’est qu’une petite application qui ne fait pas grand-chose. Alors même que Google n’a pas fait de publicité ou d’annonce et s’est contenté d’ajouter l’appli à l’App Store. Je parle de Google Tasks, l’appli est curieusement disponible pour les appareils d’Apple aussi sur iOS.

L’application est simple d’utilisation, mais soulève pas mal de questions, beaucoup trop…

Interface minimaliste et rapide

Google Tasks sert à une chose: créer des listes de tâches. Un écran blanc vous accueille à l’ouverture de l’application.

L’écran principal de Google Tasks

Toutes les interactions sont positionnées en bas de l’écran. Google Tasks est fait pour pouvoir être utilisé avec une seule main.

Tous les contrôles sont là.

Comme beaucoup d’autres, je préfère ne pas devoir utiliser mes deux mains pour me servir de mon téléphone. Toutes les actions de bases sont faites pour que je naviguer avec une seule main.

<strong>Nova Launcher</strong>: les meilleurs cinq francs jamais investis pour votre téléphone
SmartphoneEn coulisse

Nova Launcher: les meilleurs cinq francs jamais investis pour votre téléphone

Voici quelques règles que, d’après moi, tous les UX-UI designers devraient avoir à cœur de respecter:

  • toutes les interactions doivent se situer en bas de l’écran en mode portrait,
  • le haut de l’écran doit contenir seulement des informations, éviter au maximum les interactions.

En pratique, ça ressemble à peu près à Google Tasks.

Les interactions possibles dans l’appli se trouvent dans la partie verte, rien ne doit se trouver dans la partie rouge

Quelques améliorations possibles si on veut aller plus loin dans le concept de l’utilisation du téléphone avec une seule main:

  • les tâches ne devraient pas être listées de haut en bas, mais de bas en haut,
  • on devrait pouvoir changer la disposition des cases à cocher, gauche ou droite, pour qu’elles soient faciles à joindre pour les gauchers et les droitiers,
  • les tâches devraient être déplacées vers le bas, afin qu’elles apparaissent toutes dans le tiers inférieur de l’écran.

Voici comment l’écran devrait être organisé pour un droitier…

…et pour un gaucher

Fonctionnalités: peu nombreuses et parfois peu fonctionnelles

Pour l’utilisation, Google tire un peu sur la corde de la simplicité et du minimalisme. On ne peut pas faire grand-chose, car Google Tasks ne sait rien faire à part créer des listes à cocher: listes de courses et listes de tâches.

Vous pouvez créer un simple rappel en cliquant sur le gros bouton bleu en bas.

Vous pouvez également ajouter une petite description si vous le souhaitez.

Si vous avez une date butoir pour réaliser la tâche, vous pouvez également l’ajouter.

Les tâches sont par défaut organisées comme suit: les dernières tâches ajoutées apparaissent en haut. Les tâches les plus anciennes sont donc les plus proches des contrôles. À partir d’une dizaine de tâches, la liste est pleine et une barre de défilement apparaît.

Vous pouvez «Créer une liste» dans les paramètres afin de ne pas mélanger votre liste de courses et vos notes pour le travail. Vous pouvez changer l’organisation des tâches dans «Trier par» pour les ranger par «Date».

Et c’est à peu près tout. Vous pouvez créer des tâches, les modifier et c’est bon. Simple, rapide, déroutant.

Le gros point d’interrogation

Ce n’est pas sa complexité qui rend Google Tasks déroutante, mais plutôt, le fait que l’appli existe sous cette forme. Je ne comprends pas. Google a déjà son application de gestion permettant d’organiser ses tâches pour gagner en efficacité: Google Keep pour Apple iOS et pour PC via le navigateur Web.

Google Keep est puissant et aussi très intuitif. Le seul point où Keep perd, c’est au niveau de l’interface utilisateur. Tasks est beaucoup plus chouette et est en phase avec le tout dernier design des produits Google, appelé «Material Design 2». Il est plus rond, moins profond et plus blanc.

Dans tous les autres domaines, Tasks est un cran derrière Keep. Avec Stéphanie Tresch, nous utilisons Tasks lorsque nous sommes sur des salons pour esquisser un programme de tournage lors du petit-déjeuner. On fait une note Keep par jour.

Nous avons opté pour cette solution, car Keep permet de partager les listes. Nous pouvons tous les deux modifier et consulter la liste. Cette fonctionnalité n’est pas encore disponible dans la version 1.0.193513435 de Tasks. C’est peut-être prévu pour plus tard, ou pas. Tasks n’est disponible qu’en local sur votre téléphone. Les dates butoirs n’apparaissent pas dans Google Agenda et vous ne pouvez pas lier de contact à une tâche et elles n’apparaissent pas dans le flux d’actualités de l’appli Google. Google Home ne connaît pas Tasks non plus. Tasks est en fait la seule appli qui ne communique avec aucune autre, n’intègre pas leurs données et ne permet pas de partager avec d’autres utilisateurs.

C’est certainement un point positif pour les isolationnistes. Personnellement, l’interopérabilité me manque. D’où ma question, pourquoi l’appli est-elle disponible sous iOS? Est-ce vraiment nécessaire? Quelle est la valeur ajoutée par rapport au classique papier-crayon pour les utilisateurs d’appareils Apple? Sous iOS, l’intérêt principal des applis Google réside dans la synchronisation avec les autres entités et leur aspect collaboratif. Tasks ne permettant ni l’un ni l’autre, l’utiliser sur iPhone n’a aucun sens.

À quand le déluge similaire à celui des applis de messagerie?

Finalement, Tasks est un peu un nouveau Keep redesigné et sans connectivité et n'est pas sans rappeler le chaos provoqué par Google et ses applis de messagerie au cours des dernières années. Les détracteurs de la firme dénoncent depuis le début le fait que Google n’a pas réussi à opposer un concurrent plausible à WhatsApp, Facebook Messenger ou iMessage. Les détracteurs américains, où les forfaits de données internet sont encore plus limités que chez nous, critiquent l’absence de repli sur les SMS. C’est-à-dire qu’une fois les données épuisées, les messages sont envoyés comme des SMS normaux. La plupart des abonnements offrant des données illimitées, ce n’est pas un problème chez nous.

La question des applis est plus inquiétante. Google s’est déjà tiré dans le pied à ce niveau-là. À maintes reprises, et on dirait qu’ils aiment ça.

Voici un petit historique des applis de messagerie de Google.

  • Août 2005: Google Talk (auparavant Google Chat)
  • Octobre 2008: Google Talk et SMS sur les premiers appareils Android
  • Juin 2011: avec Google+ apparaissent Google Huddle et Google Hangouts
  • Mai 2013: Google+ intègre Hangouts et avale au passage Google Talk et Huddle
  • Septembre 2014: Google Voice est intégré à Hangouts
  • Avril 2015: Project Fi. Intègre Hangouts
  • Janvier 2016: Google Messenger est publié. Remplace Hangouts comme appli de SMS
  • Mai 2016: Google Allo fait son apparition, messagerie instantanée
  • Mai 2016: Google Duo est publié, appli de chat vidéo
  • Juin 2016: Google Talk est supprimé d’Android et GMail
  • Février 2017: Google Messenger est renommé Android Messenger
  • Mars 2017: Google annonce qu’Hangouts va devenir Hangout Chats et que l’accent va être mis sur les entreprises pour Hangouts
  • Avril 2018: Google annonce que «les investissements dans Allo vont être mis sur pause». La firme veut se concentrer sur le chat, nouveau standard qui va remplacer les SMS

Actuellement Allo, Duo et Hangouts fonctionnent tous parallèlement.

La question: le même problème nous menace-t-il pour les applications de gestion des tâches?

User

Dominik Bärlocher, Zurich

  • Senior Editor
Journaliste. Auteur. Hackers. Je suis un conteur d'histoires à la recherche de limites, de secrets et de tabous. Je documente le monde noir sur blanc. Non pas parce que je peux, mais parce que je ne peux pas m'en empêcher.

Commentaires 12

3000 / 3000 caractères

User autohunziker

Tasks benutze ich schon seit einigen Jahren. Hauptsächlich auf dem PC und unterwegs im Browser. Als Notizblock der immer synchronisiert ist. Das ist nichts Neues.

11.05.2018
User Figumari

Nicht die neue Task-App verwirrt, sondern dieser Beitrag. Google Task gibt es tatsächlich schon seit Jahren und ist (Gmail, Kalender) oder war (Wave) in diversen Google Diensten integriert. Schon unter Android 1.5 gab es Apps, die auf diese Tasks zugegriffen haben. Das Neue ist lediglich, dass Google selbst jetzt eine solche App für Android und iOS anbietet. Ausserdem ist mir schleierhaft, wie man Google Task (Aufgabenlisten) mit Google Keep (Notizen) vergleichen kann. Das sind zwei paar Schuhe.

14.05.2018
Répondre
User fluxxis

Bin vor einiger Zeit auf Microsoft To-Do umgestiegen und kann es nur empfehlen. Clients für alle Plattformen und eine beständige Weiterentwicklung mit neuen, sinnvollen Features. Das einzige was mir fehlt ist eine Integration in IFTTT wie es Todoist geboten hat.

11.05.2018
User Anonymous

Nun Microsoft machte es sich einfach und kaufte Wunderlist als Basis seiner App. Wunderlist war ja auch gut, aber noch weit von perfekt. Da kommt ToDoist Premium schon näher.
PS: Hier geht es um Google. Und ich finde es lamentabel, dass dieser Riese an SW-Entwickler noch nichts Gutes fertigstellte. Unglaublich.

12.05.2018
Répondre
User 999pat999

Für mich gibt es nur wunderlist.com - seit einem grossen Debakel bei einem Update (Jahre her) funktioniert das Ding tadellos, Sync auf iPhone, iPad und Desktop (+ Web) tadellos, leistet alles, was Tasks leistet, aber noch viel mehr - ohne komplizierter zu sein!

11.05.2018
User Anonymous

Na ja, Wunderlist ist ja auch nicht mehr so wie es mal war. Microsoft hat die Wunderboys vor einiger Zeit mal gekauft. Die MS App wurde seither besser, Wunderlist selber dümpelt eher vor sich hin. Dafür sind die Gründer ganz schön reich.

12.05.2018
User 999pat999

Was soll denn nicht mehr so sein "wie es mal war"? Von Hintergrund und Philosophie her vielleicht, ja. Aber die Funktionalität ist tipptopp und ich werde nicht - wie sonst sehr üblich - ständig dazu gedrängt, die kostenpflichtige Version zu benutzen.

13.05.2018
Répondre
User rivendare

Ici le propos est de dire que Tasks est redondant avec Keep, mais c'est très subjectif. Utiliser un post-it pour se rappeler de quelque chose n'est qu'un sous-ensemble des possibilités d'un post-it. Mais à l'inverse intégrer Keep dans Google Agenda ou dans Gmail est bien plus compliqué.

30.05.2018
User rivendare

Des considérations techniques vis-à-vis du machine learning sont aussi sûrement derrière. Il est facile de formaliser une liste de tâches: Ajoute "faire le ménage" à mes tâches. Par contre, un post-it peut contenir autant une recette de cuisine, qu'un contact, qu'une tâche. Formaliser une recette de cuisine pour l'IA sera différent. On se voit mal dire à un assistant : ajoute à mes notes "Préchauffer le four à 180°C. Ensuite commencer par battre les oeufs...". Possible mais moins naturel.

30.05.2018
Répondre
User triumphs

Tasks, en tant qu'outils intégré à GMail, n'est pas récent du tout. Cela fait des années que je l'utilise dans et d'une façon bien différente de Keep; c'est plus un aide-mémoire direct (très utiles pour extraire des éléments dans les files d'e-mails) que Keep.

31.05.2018
User triumphs

Tasks bénéficie d'un accès simple (bien plus que keep) lorsque l'on travaille avec l'interface GMail. Le fait est que cet outil n'était pas disponible sur la version mobile de GMail. Malheureusement, Google en a fait une app séparée, ce qui oblige à naviguer entre deux apps, comme on le ferait avec Keep. Dommage.

31.05.2018
Répondre