Cet article a été traduit automatiquement.
Critique

Tunic en test : pas mignon du tout ! Ce Zelda indépendant va vous mettre au défi

PC Games
17.03.2022

La première impression est trompeuse : derrière la façade mignonne de Tunic se cache un jeu d'action et d'aventure particulièrement croustillant, qui emprunte certes beaucoup à Zelda, mais qui possède aussi de nombreux atouts propres. Dans le test, nous expliquons pourquoi Tunic peut souvent être très amusant - et qui devrait quand même réfléchir à deux fois avant de l'acheter.


Ceci est un article de notre partenaire de contenu "PC Games". Tu trouveras ici l'article original de l'auteur Felix Schütz.


Tunic ne manque pas de modèles : on y cite des jalons comme The Legend of Zelda et Dark Souls, mais des succès indépendants comme Hyper Light Drifter, Fez ou le sous-estimé Hob ont également laissé leur empreinte. Près de six ans de développement ont été nécessaires à Tunic, qui a été en grande partie concocté et réalisé par le développeur indépendant Andrew Shouldice. Le résultat de ses longs efforts : un petit bijou intelligent pour les explorateurs à la recherche d'un défi. Les combats ardus et les énigmes délicates mettent à l'épreuve la patience des joueurs les plus expérimentés, tandis que les débutants ne s'intéressent pas au jeu.

Mais ceux qui s'y engagent sont récompensés par une aventure motivante qui, avec le temps, déploie sa propre identité et se distingue alors nettement des autres "zeldas indépendants". Malgré quelques moments de frustration, nous avons eu du mal à lâcher Tunic à un moment donné et même après l'avoir terminé, nous sommes toujours attirés par quelques énigmes non résolues. Mais nous ne recommandons pas Tunic sans réserve. Dans le test, nous vous expliquons ce que vous devez savoir avant d'acheter.

Un petit point fort pour les explorateurs

La scène d'ouverture pourrait déjà provenir de Link's Awakening: Votre personnage - un petit renard en robe verte - se réveille sur une plage sans équipement, ni indices, ni objectif. Mais avant même de se demander ce que l'on a à faire, le style graphique original saute aux yeux : Tunic mise sur un look pauvre en polygones, volontairement pataud, qui dégage une belle atmosphère de diorama grâce à des tons doux, des effets de flou intelligemment utilisés et un éclairage sophistiqué. Le clou du spectacle : toute l'action est présentée en vue de dessus isométrique, vous ne pouvez donc pas bouger librement la caméra, mais seulement l'incliner à l'aide d'une touche d'épaule. Cela signifie que vous ne pouvez tout simplement pas voir certaines parties de l'environnement, car elles sont cachées par la géométrie du niveau - et c'est précisément dans ces coins que les concepteurs ont préféré cacher leurs passages secrets et leurs trésors. Pour maîtriser Tunic, il faut donc fouiller stoïquement chaque recoin, peu importe le nombre de fois où vous êtes passé devant. Vous serez surpris par le nombre de raccourcis et de coffres au trésor sur lesquels vous tomberez, même après de nombreuses heures !

Kleiner Fuchs mit großem Anspruch: Lasst euch nicht von der niedlichen Optik täuschen!
Kleiner Fuchs mit großem Anspruch: Lasst euch nicht von der niedlichen Optik täuschen!
Bild: Finji

C'est le renard qui décide !

Une autre raison pour laquelle on ne découvre beaucoup de choses que tardivement (ou peut-être pas du tout) : Tunic vous laisse longtemps dans l'ignorance quant à son fonctionnement et à son objectif. Le monde fantastique est à première vue inhabité, vous ne trouvez que quelques panneaux indicateurs, mais la plupart des textes qui y figurent sont écrits avec des symboles illisibles qui ne vous font pas avancer. Il est rare de trouver des mots lisibles qui indiquent au moins une direction générale : Vous devez faire sonner des cloches magiques, collecter des clés, ouvrir un portail et vaincre quelque ancien mal - et comment faire tout cela, vous êtes priés de le découvrir par vous-même. Tunic a peut-être de nombreux points forts, mais son histoire pleine de trous n'en fait définitivement pas partie.

Fordernd: In den Kämpfen müsst ihr oft blitzschnell ausweichen oder Angriffe blocken.
Fordernd: In den Kämpfen müsst ihr oft blitzschnell ausweichen oder Angriffe blocken.
Bild: Finji

Au début, vous n'êtes pas encore armé, mais au bout de quelques minutes, vous recevez un bâton et peu après une épée avec laquelle vous pouvez faucher non seulement les ennemis, mais aussi les herbes et les buissons. Vous ouvrez ainsi le chemin suivant et découvrez une grotte qui vous mène dans une petite forêt. Très vite, vous y recevrez un bouclier qui vous permettra de tenir vos ennemis à distance et de parer les projectiles. Et surtout, vous apprenez à gérer votre faible jauge d'endurance : Ce n'est qu'en bloquant au bon moment ou en effectuant une roulade d'esquive que vous aurez une chance à long terme contre tous les monstres, épéistes, araignées géantes, morts-vivants, machines et occultistes qui vous attaquent agressivement. (C'est au plus tard à ce moment-là que l'on comprend aussi que Tunic se joue mieux avec le gamepad, la commande au clavier est à peine utilisable). Les ennemis sont certes stupides, mais ils distribuent beaucoup de coups et se lancent parfois à leur poursuite. Gardez donc toujours un œil sur les coffres au trésor, vous y découvrirez de temps en temps des objets très importants qui vous permettront d'augmenter durablement votre force de combat, votre endurance et votre défense. Mais le jeu ne vous dit pas exactement comment cela fonctionne, car vous ne trouverez pas de tutoriel classique dans Tunic.

Des indices cryptés

Au lieu de cela, vous collectez en cours de route des pages d'un manuel de jeu que vous assemblez pièce par pièce et que vous pouvez étudier à tout moment dans le menu de pause. Le livret numérique est magnifiquement conçu dans le style des anciens classiques de Nintendo et couvre un large éventail de sujets, des commandes aux cartes utiles en passant par des conseils concrets sur les énigmes. Sympathique : ici et là, on trouve même des notes qui donnent l'impression que quelqu'un les a griffonnées directement dans le cahier avec un stylo à bille. Plus on joue, plus on trouve de pages, plus on passe de temps à lire le précieux mode d'emploi - bien qu'il constitue en soi une énigme. Car ici aussi, il y a des textes en masse dans un langage symbolique cryptique, de nombreuses notes et fonctions ne sont même pas compréhensibles au deuxième coup d'œil. Le guide n'est donc pas une panacée, ne serait-ce que parce que vous êtes souvent confronté à des fonctions avant d'avoir trouvé la page correspondante. Vous devez donc d'abord découvrir par vous-même de quoi il s'agit.

Die Anleitung müsst ihr euch erst zusammensetzen, dann hält sie nützliche Karten und zig kryptische Hinweise bereit.
Die Anleitung müsst ihr euch erst zusammensetzen, dann hält sie nützliche Karten und zig kryptische Hinweise bereit.
Bild: Finji

Par exemple, vous découvrirez tôt ou tard l'une des 15 pièces. Que faire avec ? Faire des essais ! De temps en temps, vous récupérez aussi des cartes spéciales qui vous donnent des propriétés passives. Mais de quelles propriétés s'agit-il exactement ? Pour certaines cartes, nous ne le savons toujours pas - et nous avons fait le tour de la question !

In Tunic sammelt ihr nur wenige Ausrüstungsgegenstände. Dieser Eiszauber ist sogar völlig optional.
In Tunic sammelt ihr nur wenige Ausrüstungsgegenstände. Dieser Eiszauber ist sogar völlig optional.
Bild: Finji

Même les bombes typiques de Zelda, que nous obtenons très tôt dans le jeu, nous ont surpris : Tunic ne nous fait en effet à aucun moment comprendre qu'elles ne permettent pas seulement de nettoyer des groupes d'ennemis, mais aussi de libérer des passages secrets. Il n'y a pas de murs fissurés, pas d'indications de zones fragiles, rien de ce à quoi on pourrait s'attendre dans un tel jeu. Il faut simplement essayer. Tout aussi bizarre : plus nous achetons et utilisons de bombes, plus nous en recevons ensuite en cadeau de la part du jeu dès que nous nous reposons à un point de sauvegarde. De cette manière, le stock de bombes ne cesse d'augmenter. Quelle est la raison ? Le jeu ne la fournit pas.

Le sablier magique, l'un des objets les plus utiles de tout le jeu, est même totalement facultatif : celui qui ne fouille pas le monde à fond et qui pense toujours à incliner la perspective avec la touche de l'épaule risque de passer tout droit à côté - alors qu'il est extrêmement pratique, au plus tard lors de l'affrontement avec le boss final, qui est très dur.

D'abord intimidant, puis motivant

Le développeur Shouldice aime manifestement vous expliquer le moins possible. Il faut s'y faire, sinon Tunic peut vite devenir une expérience frustrante. Mais une fois que l'on s'est habitué à certaines particularités, on peut s'immerger dans le jeu, en particulier dans l'exploration : Votre aventure vous mène à travers un monde supérieur central, intelligemment construit, par lequel vous accédez à différentes zones et donjons, dont des forêts et des temples à moitié engloutis, une mine, des canalisations, une sorte d'usine souterraine ou un cimetière dans lequel nous ne pouvons entrer que sous forme de fantôme. Bien que le level design imbriqué puisse paraître intimidant au début, le monde est en fait étonnamment compact. Une fois que l'on a découvert quelques passages secrets et points de passage rapides, on finit par s'y retrouver sans peine. Cela rend aussi le backtracking supportable.

Pour le prix de 28 euros, le volume est encore correct : il faut prévoir au moins dix heures pour atteindre le boss final (personne n'a encore parlé de le vaincre). Si vous voulez aussi découvrir de nombreux secrets et résoudre des énigmes en cours de route, vous serez occupé facilement deux fois plus longtemps. Même après 25 heures, nous n'avons pas encore tout vu.

Certaines parties du monde ne peuvent être explorées complètement qu'après avoir collecté certains équipements, dont un grappin magique, une baguette magique ou un masque à gaz. Avant que quelqu'un ne crie "Metroidvania !", nous devons vous décevoir : Vous ne trouverez que très peu d'objets dans l'ensemble, certains sont même totalement facultatifs. Vers le milieu du jeu, vous trouverez par exemple une sorte de shotgun, mais nous ne l'avons pratiquement jamais utilisé. Il en va de même pour les combats de boss qui vous attendent à la fin des plus grands donjons : ici, vous n'avez pratiquement jamais besoin d'un outil particulier, mais vous devez surtout compter sur des réflexes rapides comme l'éclair, une grande réserve de bombes et vos rares potions de guérison. Certains boss se laissent abattre sans stress, d'autres en revanche sont vraiment difficiles et devraient mettre à l'épreuve même les joueurs les plus expérimentés.

Der ungewöhnliche Grafikstil sorgt zusammen mit der entspannten Musik für eine unverwechselbare Atmosphäre.
Der ungewöhnliche Grafikstil sorgt zusammen mit der entspannten Musik für eine unverwechselbare Atmosphäre.
Bild: Finji

Deux combats de boss nous ont particulièrement agacés dans le dernier tiers, et nous avons trouvé le combat final presque injuste. Après plus de vingt tentatives, nous avons tout de même réussi à en venir à bout, mais uniquement avec des objets de soin en masse, pour lesquels nous avions récolté l'argent nécessaire. Ne sous-estimez donc pas le niveau de difficulté : Là où les fans de Dark Souls ne sourcilleront peut-être qu'avec lassitude, les "joueurs normaux", qui s'attendent à un Zelda indépendant confortable dans le style de Blossom Tales, risquent de se sentir frustrés à plusieurs reprises.

Des énigmes pour des énigmes

En plus des combats, les énigmes sont également une source fiable de maux de tête : Plus tard dans le jeu, nous découvrons en effet une sorte de système de magie qui se commande entièrement à l'aide de la croix directionnelle ou des touches fléchées (décrites dans le jeu comme "croix sacrée"). En haut, en bas, à droite, à droite, à gauche, en haut, en bas, à gauche - de telles combinaisons de touches sont cachées partout dans le monde du jeu, sur les murs, dans les carreaux au sol, même quelques fleurs ou les ailes d'un moulin à vent peuvent contenir un code. Parfois, vous ne remarquerez qu'après de nombreuses heures que vous êtes déjà passé des dizaines de fois devant un tel secret. Certaines tâches sont immédiatement comprises, d'autres nécessitent de réfléchir à deux fois. Le moment où l'on trouve la solution est d'autant plus motivant !

Les sorts ouvrent des portes secrètes, font apparaître des coffres au trésor ou ouvrent le chemin vers des chambres cachées. Vers la fin, un sort de recherche spécial nous conduit également à des fées cachées dont nous avons besoin pour terminer le guide important. C'est vraiment amusant et cela nous pousse à fouiller le monde à la recherche de secrets. (Petit conseil : préparez un papier et un crayon !) Cependant, le système de magie est aussi agaçant à la longue, surtout lorsque nos saisies ne sont pas reconnues correctement. On ne peut malheureusement que deviner pourquoi. Il n'y a pas non plus de possibilité de sauvegarder des sorts ou des combinaisons déjà connus afin de les avoir rapidement à portée de main. Cela aurait certainement été plus élégant.

Trotz fixer Perspektive: Selbst in den nicht sichtbaren Teilen der Spielwelt sind zig Secrets verborgen.
Trotz fixer Perspektive: Selbst in den nicht sichtbaren Teilen der Spielwelt sind zig Secrets verborgen.
Bild: Finji

Des faiblesses dans les détails

Autre point discutable : lorsque vous ouvrez l'inventaire, le jeu ne s'arrête pas, les adversaires peuvent donc vous attaquer librement. C'est d'autant plus ennuyeux que vous ne pouvez attribuer que trois touches d'action à des armes, des équipements ou des consommables. Mais comme l'un des emplacements est pratiquement toujours occupé par l'épée, il ne reste que deux emplacements. Le temps de sortir de votre sac à dos le booster de mana ou la bombe de glace dont vous avez désespérément besoin, un boss sera peut-être déjà sur vos talons depuis longtemps. Une barre d'accès pratique DeepL ou au moins un effet de ralenti optionnel aurait pu atténuer cette frustration. Mais dans le menu des options, on ne trouve que quelques cheats sans intérêt, qui permettent par exemple de désactiver la consommation d'endurance. Nous aurions toutefois préféré un deuxième niveau de difficulté "normal".

Techniquement, Tunic a fonctionné la plupart du temps de manière fluide dans notre version de test PC, mais nous avons découvert ici et là quelques bugs dans la géométrie des niveaux. Par exemple, dans la zone minière, nous avons rapidement glissé à travers le sol et sommes tombés dans la mort en regardant derrière une colline. Avec une amélioration spéciale que l'on obtient juste avant la fin, votre renard peut aussi traverser le monde du jeu à la vitesse de l'éclair - c'est très pratique, mais il peut arriver que l'on passe à travers les murs ou que l'on se retrouve à un endroit où l'on ne devrait pas aller. Ce n'est pas grave, mais c'est encore un peu brouillon.

La façade mignonne est trompeuse : Tunic ne s'adresse pas aux débutants !

Tunic ne m'a pas facilité la tâche : les indications au mieux floues, les combats délicats et les nombreux moments où je me suis vraiment demandé ce que le jeu voulait vraiment de moi m'ont intimidé au début. Mais au bout d'un moment, l'étincelle a fini par jaillir et j'ai eu du mal à le lâcher : Tunic arbore un peu trop fièrement à mon goût son concept cryptique, mais celui qui s'y laisse prendre est aussi récompensé par une aventure pleine d'ambiance, exigeante et étonnamment motivante, que l'on décrypte soi-même au fur et à mesure. Ce sont surtout les explorateurs et les amateurs d'énigmes qui veulent retourner chaque pierre d'un monde de jeu qui y trouveront leur compte. Mais ceux qui s'attendent à une histoire solide et qui jettent rapidement l'éponge face à des boss épineux feraient mieux de passer leur chemin. Mon conseil à tous ceux qui recherchent une expérience Zelda plus classique : Prenez plutôt Blossom Tales ou Ocean's Heart. Mais si vous voulez un jeu qui, pour une fois, ne vous fait pas avaler n'importe quoi, Tunic est l'aventure indépendante qu'il vous faut.

Tunic est disponible pour Xbox Series S/X, Xbox One et PC, le prix est de 28 euros. Contrairement aux informations précédentes, Tunic est inclus dans le Xbox Game Pass dès le lancement. Pour le test, nous ne disposions toutefois que de la version PC, la version console n'étant pas encore tout à fait définitive selon les développeurs. Nous compléterons bientôt la note Xbox. La version PC de Tunic est disponible sur Steam, Epic Games, GOG et Humble Store. Il n'y a pas de voix off, mais les textes (lisibles) sont au choix en allemand.

Cet article plaît à 9 personne(s)


User AvatarUser Avatar
PC Games
Redaktion

PC Games : actualités, vidéos, avant-premières et tests critiques, reportages approfondis et conseils pratiques sur les jeux PC et les consoles ainsi que sur le matériel PC.


Gaming
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader