Pénurie de semi-conducteurs : Canon supprime la protection de ses toners, mais uniquement pour les appareils destinés aux entreprises

Pénurie de semi-conducteurs : Canon supprime la protection de ses toners, mais uniquement pour les appareils destinés aux entreprises

Dominik Bärlocher
Zurich, le 13.01.2022
Traduction: Sophie Boissonneau

Les toners Canon ne seront plus protégés par des puces numériques. En cause, la pénurie de semi-conducteurs qui s’éternise. Ce qui, à première vue, ressemble à du service public pourrait toutefois être une manœuvre astucieuse pour maximiser les bénéfices.

Lorsque vous insérez un toner d’un fabricant tiers dans une imprimante Canon, cette dernière affiche un message d’erreur commençant par les mots « Impossible de détecter la cartouche d'impression ». L’imprimante prétend ne pas connaître le niveau d’encre du toner. Il est possible d'y remédier en utilisant un produit Canon original.

Le problème ? Toujours la pénurie de semi-conducteurs qui, depuis des semaines, empêche les fabricants d’imprimantes de produire les puces permettant de vérifier l’authenticité des cartouches. Les dernières cartouches fabriquées sont donc livrées sans puce. Ces cartouches ne pouvant plus être authentifiées par les imprimantes, Canon Allemagne a publié un guide pour contourner le mécanisme de vérification. C’est l’arroseur arrosé, car ce guide permet également aux utilisateurs d’utiliser des toners de fabricants tiers. Ce n'est pas le but du manuel, mais Canon semble ne pas avoir le choix.

Ainsi, la gestion des droits numériques (DRM) est de l’histoire ancienne sur les imprimantes de bureau Canon. Pour le moment du moins.

Les appareils qui ne seraient plus soumis à la DRM

Les appareils de la série Imagerunner seront les premiers à ne plus être soumis à la DRM. Ce sont de grands modèles principalement utilisés dans les bureaux.

  • Canon imageRUNNER 1435i/1435iF
  • Canon imageRUNNER 2625i/2630i/2645i
  • Canon imageRUNNER ADVANCE 4525i/4535i/4545i/4551i, II et III
  • Canon imageRUNNER ADVANCE C250i/350i/C351iF
  • Canon imageRUNNER ADVANCE C255i/C355i/C355iF/C256i/356i
  • Canon imageRUNNER ADVANCE C256i/356i II et III
  • Canon imageRUNNER ADVANCE C3320i/3325i/3330i
  • Canon imageRUNNER ADVANCE C3520i/3525i/3530i, II et III
  • Canon imageRUNNER ADVANCE C5535i/5540i/5550i/5560i, II et III
  • Canon imageRUNNER ADVANCE DX 4725i/4735i/4745i/4751i
  • Canon imageRUNNER ADVANCE DX 6000i
  • Canon imageRUNNER ADVANCE DX C257i/C357i
  • Canon imageRUNNER ADVANCE DX C3720i/3725i/3730i
  • Canon imageRUNNER ADVANCE DX C3822i/3826i/3830i/3835i
  • Canon imageRUNNER ADVANCE DX C5735i/5740i/5750i/5760i
  • Canon imageRUNNER C1325iF/1335iF
  • Canon imageRUNNER C3025i
  • Canon imageRUNNER C3125i
  • Canon imageRUNNER C3226i

La procédure de contournement est simple. Dès qu'un message d'erreur s'affiche sur l'écran de l'Imagerunner, il suffit d'appuyer sur « OK », « Continuer » ou « Accepter ».

Pourquoi devriez-vous faire ça ?

Les cartouches d'imprimante et les toners sont chers. En revanche, les imprimantes sont relativement bon marché. Les fabricants d'imprimantes comme Canon ne gagnent pas beaucoup d'argent avec les appareils eux-mêmes. Ils réalisent la majeure partie de leurs bénéfices sur la vente de cartouches et toners pour l'impression laser, car ces produits sont onéreux.

Exemple : un toner pour une Canon Imagerunner Advance coûte entre 180 et 330 francs, selon la couleur.

C-EXV 58 (CF)
168.–
Canon C-EXV 58 (CF)
C-EXV 58 (C)
–13%
269.–avant 309.–
Canon C-EXV 58 (C)

La gestion des droits numériques ayant rendu l'utilisation de cartouches de fabricant tiers peu attrayante, voire impossible, jusqu’à présent, un marché parallèle pour la vente de toners s’est développé. C'est-à-dire la poudre qui se trouve dans la cartouche. Une recherche rapide permet de trouver une offre de Thinkshop.ch. Le toner coûte 116,50 francs, il vous faudra simplement le remplir vous-même.

Pourquoi les fabricants tiennent-ils aux DRM ?

Les cartouches et toners de tiers sont disponibles sur le marché et évoluent dans l’ombre des fabricants d’imprimantes depuis des années déjà. La plupart offrent la même qualité d'impression à des prix inférieurs. Sans DRM, vous pourriez acheter une imprimante bon marché, ainsi que des cartouches et toners bon marché à remplir. C'est pourquoi l’ensemble de l’industrie, et pas seulement Canon, a développé des DRM. L'imprimante exige donc une authentification du toner ou de la cartouche, dans le cas contraire, certaines fonctionnalités sont bloquées. Sur les imprimantes de Canon, il s'agit de l'indication du niveau d’encre. Il est possible que le niveau d’encre ne puisse être mesuré que par la puce DRM, mais il est aussi très probable que le logiciel de l’imprimante refuse de communiquer le niveau d’encre en l’absence de puce DRM.

Il existe des mécanismes similaires dans les jeux vidéo, la musique et toutes sortes d'applications. Ces dernières ont du sens économiquement. Lorsqu’un fabricant a recours au procédé « soit vous utilisez notre matériel, soit l'appareil ne fonctionne pas » pour fidéliser ses clients, il peut se permettre de vendre ses appareils à petit prix, puis les consommables à des prix plus élevés.

L’exemple de Canon :

PIXMA TS3450 (Encre, Couleur)
–17%
67.–avant 81.–
Canon PIXMA TS3450 (Encre, Couleur)
141

L'imprimante coûte 60 francs, les cartouches de rechange 40 francs si vous les achetez à l’unité, 30 francs pour les sets noir et couleurs ou noir et blanc. Cela représente 50 % du prix d’achat de l’imprimante elle-même. On peut se procurer les cartouches à recharger dans les magasins spécialisés, également fabriquée par Canon elle-même, et les instructions sont disponibles en ligne.

Pourquoi seules les imprimantes de bureau sont libérées de la DRM ?

Canon, comme toute autre entreprise soucieuse de faire des bénéfices, n'a aucun intérêt à perdre des clients. Au contraire, l’entreprise souhaite fidéliser ses clients pour toujours et la DRM est un outil puissant pour atteindre cet objectif.

Ainsi, il est très probable que seules les imprimantes destinées aux entreprises ne seront plus soumises à la DRM. En effet, les entreprises sont généralement sous contrat avec Canon. Lorsque le toner est vide, l'imprimante le signale à Canon et, chez Canon, quelqu'un expédie un nouveau toner qui arrive le lendemain dans la boîte aux lettres de l'entreprise. Autrement dit, les entreprises n’ont pas à se soucier de savoir où trouver des toners, Canon se charge de les livrer. Quant à Canon, elle n’a pas à se soucier des ventes de toners, ce qui explique pourquoi les puces DRM peuvent être retirées du jour au lendemain.

  • ReviewBüro

    Tinte im Abo: In der Falle von Instant Ink gefällt's mir

L’abonnement existe aussi pour les particuliers, mais n'est pas encore très répandu.

La seule chose qui inquiète Canon, c'est le message d'erreur qui pourrait apparaître sur les imprimantes. En effet, celles-ci provoquent l'agacement des clients et, le cas échéant, une charge supplémentaire pour le service clientèle.

Suggestion de lecture

  • En coulisse

    Kindle sans Amazon – Votre solution pour échapper au géant du web

Si vous souhaitez approfondir le sujet des DRM avec un exemple concret, je vous recommande la lecture de la version eBook soumise à la DRM du recueil de nouvelles de Cory Doctorow Radicalized sur Amazon. Ou la version libre sur le site de l'auteur.

Cet article plaît à 37 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Journaliste. Auteur. Hackers. Je suis un conteur d'histoires à la recherche de limites, de secrets et de tabous. Je documente le monde noir sur blanc. Non pas parce que je peux, mais parce que je ne peux pas m'en empêcher.


Bureau
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Politique
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader