Microsoft Surface Laptop Go 2 à l'essai : meilleur écran et plus de puissance

Martin Jud
Zurich, le 13.07.2022
Traduction: Alassane Ndiaye

Le deuxième modèle du petit ordinateur portable Surface de Microsoft est un succès. Lors du test, je remarque des améliorations, comme un écran plus lumineux. Et seulement quelques éléments qui me déplaisent, comme l'absence de rétroéclairage du clavier.

Avec 12,4 pouces et seulement 1127 grammes, le Surface Laptop Go 2 est fait pour les jours où je suis en déplacement ou pour ceux où je travaille sur mon balcon. Il s'agit du plus petit et du plus abordable des ordinateurs portables de Microsoft, doté d'un écran tactile multi-touch au format 3:2. Cet appareil pratique convient parfaitement aux travaux de bureau ou scolaires classiques.

Mais grâce à l'Intel Core i5 de 11e génération, l'ordinateur portable peut également s'acquitter de tâches plus exigeantes. Photoshop est ainsi possible, même si ce n'est pas optimal en raison de la petite taille de l'écran. Si vous souhaitez exploiter le processeur i5, vous devez veiller à lui adjoindre huit gigaoctets de RAM. Ce n'est qu'à partir de ce moment-là que les programmes Adobe deviennent un peu plus amusants et que la navigation avec de nombreux onglets Internet ouverts est également plus agréable.

N'achetez donc pas un ordinateur portable avec quatre gigaoctets de mémoire vive, même si Microsoft propose une version avec quatre et huit gigaoctets. Les ordinateurs portables dotés de quatre gigaoctets de RAM doivent être bannis. La deuxième option, outre la RAM de différentes tailles, est la mémoire. L'ordinateur portable est proposé avec un SSD de 128 ou 256 Go.

Pour le test, je me suis procuré l'appareil suivant avec un clavier suisse dans notre entrepôt :

Suisse

Microsoft Surface Laptop Go 2 (12.40 ", Intel Core i5-1135G7, 8 Go, 256 Go, CH)
Ordinateurs portables
740.–

Microsoft Surface Laptop Go 2

12.40 ", Intel Core i5-1135G7, 8 Go, 256 Go, CH

10

Allemagne

Aperçu des spécifications de l'appareil de test :

Processeur (SoC) :Intel Core i5-1135G7 (Quad-Core, 11e génération)
Unité graphique intégrée :carte graphique Iris Xe d'Intel
Mémoire vive :8 GB LPDDR4
Mémoire de données :SSD de 256 Go (M.2 2230, PCIe 3.0 x4, NVMe)
Écran :écran IPS Multi-Touch 12,4" (PixelSense Display) 1536 × 1024 pixels, format d'image de 3:2, 148 ppi, ultra brillant
*Connectique :1 × USB 3.1 type C, 1 × USB 3.1 type A, prise casque de 3,5 mm, alimentation (prise Surface Connect)
Audio :haut-parleurs stéréo (à 360 degrés avec Dolby Audio Premium), deux micros studio longue portée
Appareil photo :caméra frontale de 720 p (f2.0)
WLAN, Bluetooth :Wi-Fi 6, Bluetooth 5.1
Capteurs :capteur de lumière ambiante, capteur d'empreintes digitales (intégré dans le bouton d'alimentation)
Système d'exploitation :Windows 11 Home
Capacité de batterie :batterie lithium-ion de 45 Wh
Alimentation :39 W
Dimensions :27,82 × 20,62 × 1,57 cm, 1127 g

L'appareil de test est de couleur sauge. Je l'ai choisi parce que c'est la seule nouvelle couleur. En outre, l'ordinateur portable est disponible en bleu glacier, en grès et en platine. Vous trouverez tous les modèles disponibles ici.

Design et connectique

Extérieurement, à l'exception de la nouvelle couleur, rien ne change pour le deuxième modèle de l'ordinateur portable Surface d'entrée de gamme. Je trouve cela bien, car j'aime le design intemporel qui est typique d'un produit Surface. Il est d'une beauté saisissante, et ce, bien que la partie inférieure de la base soit en plastique.

Le couvercle de l'ordinateur portable et la partie supérieure de la base sont en aluminium.
Le couvercle de l'ordinateur portable et la partie supérieure de la base sont en aluminium.
Le dessous de la base est en plastique.
Le dessous de la base est en plastique.

Le reste du boîtier est en aluminium et présente une couleur différente selon l'incidence de la lumière, de l'argent aux reflets verts à l'argent. Quand on le prend en main, il est maniable et ne glisse pas des mains et lorsqu'on ouvre le couvercle, je suis content de voir qu'il s'ouvre sans que je sois obligé tenir la base.

USB A, USB C et prise casque.
USB A, USB C et prise casque.

En outre, il n'y a que peu de connexions sur le côté gauche. Une fois USB A, une fois USB C et une prise casque de 3,5 mm. L'ordinateur portable est alimenté en électricité sur le côté droit.

Pas d'authentification faciale, mais un capteur d'empreinte digitale intégré dans le bouton d'alimentation.
Pas d'authentification faciale, mais un capteur d'empreinte digitale intégré dans le bouton d'alimentation.

Les bords de l'écran sont d'environ sept millimètres sur les côtés et en haut. Une webcam 720p, complétée par deux microphones, est intégrée dans le bord supérieur et convient parfaitement aux appels vidéo. Il manque un appareil photo infrarouge pour la reconnaissance faciale, qui fait normalement partie de l'équipement standard d'un appareil Surface. En revanche, un capteur d'empreinte digitale est intégré dans le bouton d'alimentation, ce qui a permis de déverrouiller l'appareil rapidement et facilement pendant les deux semaines de test.

Écran avec support tactile

En testant l'écran tactile IPS de 12,4 pouces, je constate une amélioration par rapport à son prédécesseur. Il est plus lumineux. Nous verrons bientôt combien il y a de luminosité en plus. En dehors de cela, il n'a toujours que 1536 × 1024 pixels (148 ppi). En raison de la surface d'affichage plutôt petite, cela suffit certes pour obtenir une image nette au travail. Néanmoins, elle ne permet pas de lire du matériel vidéo 1080p en natif, ce que je ne considère pas comme moderne.

En revanche, je suis fan du format 3:2, qui semble généreux. En ce qui concerne les coins arrondis de l'écran, je les apprécie beaucoup. En testant le premier ordinateur portable Surface Go j'étais encore tiraillé, car les arrondis coupent un peu l'image. Ce que j’aime moins, en revanche, l'écran brille.

Luminosité, uniformité et rendu des couleurs

Pour tester la luminosité et l'uniformité de l'affichage, je me sers d'un calibrite i1Display Pro Plus. Je l'utilise également pour mesurer la précision de l'affichage des couleurs.

L'écran a gagné en luminosité avec 407 nits. Donc 76 nits de plus que son prédécesseur. C'est un plus appréciable, surtout en été, car j'aime travailler sur le balcon. Il convient néanmoins d'éviter une exposition directe à la lumière, d'autant plus qu'il est réfléchissant en raison de sa surface brillante. L'uniformité est bonne dans ma mesure. La plus grande différence de luminosité est de 14 nits, ce qui ne peut pas être détecté à l'œil nu.

Mesure de la couverture de l'espace colorimétrique.
Mesure de la couverture de l'espace colorimétrique.

Si je mesure la reproduction fidèle des principaux espaces chromatiques, l'écran joue à nouveau à peu près dans la même cour que le modèle précédent. Pour l'espace colorimétrique sRGB utilisé pour le travail et la navigation, je mesure une couverture de 93,1 %, ce qui assure un affichage en grande partie correct. C'est exactement la même mesure que celle du premier Surface Laptop Go. L'espace colorimétrique DCI-P3, important pour la production de films numériques, est moins bien représenté et n'atteint que 68,5 % contre 69 % pour son prédécesseur. Et l'espace colorimétrique Adobe RGB, important pour la création de modèles d'impression, n'atteint que 64,8 % contre 67,1 %.

La mesure de la valeur noir et blanc atteint un contraste statique de 1091:1. Outre la luminosité plus élevée, il s'agit de la deuxième amélioration de l'écran, car le premier ordinateur portable avait encore un contraste statique de 911:1. Je renonce d'ailleurs à mesurer le contraste dynamique, car cette valeur n'a de sens nulle part, sauf en marketing.

Clavier et pavé tactile

Grâce aux inscriptions blanches, je peux reconnaître les touches de l'ordinateur portable même avec peu de lumière. Cependant, peu ou pas de lumière n'est encore une bonne idée que si vous maîtrisez le système de frappe à dix doigts. En effet, Microsoft renonce également à l'éclairage des touches pour ce deuxième modèle.

Malheureusement, toujours sans éclairage des touches.
Malheureusement, toujours sans éclairage des touches.

À part ça, j'aime bien taper dessus. Les touches sont caoutchoutées, ont une course de 1,3 millimètre et un point de pression clair au début de la course des touches. Un autre point positif pour le bureau ouvert : le clavier est très silencieux.

Comme pour tous les produits Surface, il n'y a rien à redire sur le pavé tactile, car il permet au curseur de la souris de glisser et d'être dirigé avec précision, même avec des doigts légèrement moites. Il mesure 10 × 6,7 centimètres.

Pas de mise à niveau des haut-parleurs

Comme pour l'ordinateur portable Surface normal, Microsoft intègre les haut-parleurs stéréo de manière invisible dans la base du Go et du Go 2. Cependant, ils sonnent moins bien dans le Go que dans un ordinateur portable Surface 4 (en allemand). Je trouve les aigus et les médiums relativement propres, mais toutes les basses sont trop maigres. Le plaisir d'écouter de la musique est donc limité.

Un mot sur le processeur et l'unité graphique

Est-ce juste un sentiment, ou est-ce que Microsoft aime vraiment être en retard d'une génération de processeurs pour ses appareils ? Pourquoi la 11e génération alors que les processeurs Intel Core de 12e génération sont déjà disponibles ?

Non pas que la 11e génération n'ait pas assez de puissance, mais c'est quand même énervant. Après tout, le processeur de l'appareil est une génération plus récente que celui de son prédécesseur. Le Surface Laptop Go 2 est équipé d'un Intel Core i5-1135G7. Il dispose de quatre cœurs et de huit threads. Le processeur du Surface Laptop Go 2 est cadencé à 2,4 gigahertz et dispose d'un turbo jusqu'à 4,2. Il est assisté par huit mégaoctets de cache L3 et l'enveloppe thermique est de 28 watts.

Le système sur une puce contient également la carte graphique Iris Xe d'Intel, qui dispose de 80 unités d'exécution et d'une fréquence dynamique maximale de 1,3 gigahertz.

Performances de la batterie, puissance de refroidissement (test de stress), développement thermique et volume sonore

Avant de me pencher sur les performances de l'appareil, j'aimerais savoir quelle est la durée de vie de la batterie de 40 Wh. Pour cela, je diffuse des vidéos pendant des heures, je travaille pendant des jours au bureau et je teste la durée de vie de l'ordinateur portable lorsque le CPU est au maximum de ses capacités. Je continue à tester le comportement du processeur en cas d'utilisation continue. Il s'agit de savoir si le système de refroidissement fonctionne bien, s'il est bruyant et si le processeur et le boîtier sont chauds.

Streaming vidéo en continu

Pour pouvoir comparer, je diffuse des vidéos en boucle via le WiFi et je règle la luminosité de l'écran à environ 150 nits. C'est un peu plus lumineux que les moniteurs à tube cathodique de la fin des années 1990. Cela permet de regarder Netflix dans une pièce légèrement obscure. Je lance Stranger Things et je vais me coucher.

Au réveil, la pièce fonctionne toujours. La barre magique des 3 % de batterie, à laquelle succède l'arrêt automatique, n'est atteinte qu'après une bonne douche et un rêve de café à la mousse de lait. Après un total de 7 heures et 55 minutes. Pour rappel, avec le premier ordinateur portable Go, le même test ne donnait que 6 heures et 7 minutes.

Le processeur Intel de 11e génération plus récent se révèle payant. Il est plus économique pour une même capacité de batterie. Je suis curieux de voir ce que donnera un troisième modèle de ce portable de 12e, 13e ou 14e génération.

Autonomie de la batterie pour les tâches de bureau

Sans faire tourner Tidal, YouTube et autres en arrière-plan, et sans passer des appels vidéo à outrance, la batterie suffit au bureau entre 11 et 12,5 heures selon les jours. Non pas que je travaille à peu près autant,

mais je trouve cela correct, compte tenu de la batterie plutôt petite et d'un processeur à architecture x86. De plus, avec le modèle précédent, on ne disposait que d'environ neuf heures.

Test de stress : performances du CPU et capacité de refroidissement en cas d'utilisation continue

Pour le test de stress, j'ai recours à AIDA64 pour utiliser le matériel au maximum de ses capacités. Dans un premier test rapide, je pousse le CPU, le GPU, le FPU, le cache et la RAM à leurs limites afin de déterminer si le processeur peut ainsi être utilisé à plein régime. Pour les systèmes sur puce de 11e et 12e génération, ce n'est souvent pas le cas dans les ordinateurs portables. Il en va de même pour le présent appareil de test.

Si j'accélère à fond en même temps pour l'unité graphique et le processeur, l'unité graphique tourne certes à 100 %, mais le CPU ralentit dès le début à 92 %. Je laisse donc le GPU de côté lors du test de stress proprement dit ; je veux savoir combien de temps le CPU peut donner 100 % et je suis curieux de voir jusqu'à quel point la cadence diminue au cours du test. L'autonomie de la batterie est secondaire.

Utilisation du CPU et niveau de la batterie pendant le test de stress

Le processeur fonctionne à pleine puissance pendant quatre minutes. Dès la cinquième minute, il commence à ralentir, pendant dix minutes, il descend toutes les minutes jusqu'à 82 % Quatre minutes plus tard, à 78 %. Et après 37 minutes d'utilisation continue, il a finalement atteint 71 %. C'est là que le CPU reste jusqu'à la fin du test. L'arrêt automatique lorsque la batterie atteint 3 % intervient après 1 heure et 47 minutes.

Le fait que le système de refroidissement empêche d'utiliser le processeur à plein régime pendant plus de quatre minutes n'est pas grave. Ni le fait qu'il descende jusqu'à 71 %. Ce n'est pas tragique, car peu de gens achètent cet ordinateur portable pour des travaux nécessitant cette puissance. Ceux qui ont de grandes tâches de rendu ou qui veulent effectuer d'autres travaux nécessitant une grande puissance de calcul ne se tourneront guère vers le Go 2. Il est néanmoins dommage que le matériel ne soit pas complètement coordonné.

Températures à pleine charge

Au début du test de stress, les températures des différents cœurs montent brièvement jusqu'à 95 degrés Celsius. Ensuite, elles varient entre 62 et 72 degrés Celsius.

Le boîtier du Microsoft Surface Laptop Go 2 atteint une température de 46,2 degrés Celsius à l'endroit le plus chaud lorsque le CPU est utilisé en permanence.
Le boîtier du Microsoft Surface Laptop Go 2 atteint une température de 46,2 degrés Celsius à l'endroit le plus chaud lorsque le CPU est utilisé en permanence.

D'après l'image thermique de ma caméra FLIR du Cat S62 Pro, le boîtier devrait atteindre une température de 46,2 degrés Celsius en cas d'utilisation continue. La partie la plus chaude se trouve sur le côté droit, près de la charnière de l'écran. Un boîtier en aluminium peut également dépasser les 60 degrés Celsius en fonction du système de refroidissement et du processeur. De ce point de vue, le système de refroidissement fait un bon travail.

Volume à pleine charge

La plupart du temps, je n'entends pas le bruit du ventilateur lorsque je travaille avec mon ordinateur portable. À moins qu'il ne soit en train de faire une mise à jour ou que je charge quelques fichiers dans Photoshop. À pleine charge, on entend un bruit relativement faible. Avec un sonomètre de Testo, je mesure 37,6 décibels en position assise. À une distance de 30 centimètres, ce sont 42,3 décibels.

Performance : ce que fournissent le processeur et l'unité graphique

Comme mentionné, l'ordinateur portable a plus de puissance qu'il n'en faut pour ce à quoi il est destiné. Mais les actes valent mieux que les paroles, c'est pourquoi je teste les performances avec des benchmarks. Le processeur avec Cinebench et Geekbench, l'unité graphique avec le benchmark de jeux 3DMark Night Raid. Et enfin, j'utilise PCMark 10 pour savoir si le présent système exécute correctement les tâches bureautiques typiques.

Puissance du processeur : Cinebench et Geekbench

Cinebench de Maxon vous permet d'évaluer les performances de votre processeur lors du rendu de modèles 3D. Dans la version actuelle R23, le résultat n'est plus déterminé sur la base d'un seul cycle de calcul, mais sur la base du travail effectué dans un délai de dix minutes. C'est une bonne chose, car cela permet d'avoir des valeurs plus réalistes pour les concepts de refroidissement médiocres. Comme ce test n'existait pas encore lorsque j'ai examiné le modèle précédent, je fais également le Cinebench en version R20 à titre de comparaison.

Le deuxième benchmark de processeur que j'exécute est Geekbench 5. Sur la base de scénarios réels simulés, le CPU est testé en fonctionnement monocœur et multicœur. Les tests ne prennent que peu de temps et peuvent donc conduire à des résultats relativement bons, même avec des appareils mal refroidis. D'autre part, le benchmark fonctionne sous Windows, MacOS, Linux, Android ainsi qu'iOS, ce qui permet également des comparaisons croisées entre différentes architectures de processeurs, mais qui doivent être prises avec des pincettes. Le fait que, contrairement aux ARM, seul un thread, et donc pas l'intégralité du cœur de (performance), soit utilisé dans les processeurs x86 en mode monocœur, est un autre point à prendre en compte lors de la comparaison des résultats dans le Geekbench Browser.

BenchmarkSurface Laptop Go 2
(Core i5-1135G7, 8 Go de RAM)
Surface Laptop Go
(Core i5-1035G1, 8 Go de RAM)
Cinebench R23 – CPU Multi Core3450 pointspas testé
Cinebench R23 – CPU Single Core1313 pointspas testé
Cinebench R20 – CPU Multi Core1409 points1136 points
Cinebench R20 – CPU Single Core501 points399 points
Geekbench 5 – CPU Multi Corer4154 points3456 points
Geekbench 5 – CPU Single Core1329 points1153 points

En comparaison directe avec le premier Surface Laptop Go, le processeur le plus récent a des performances supérieures de 24 % en multicœur dans Cinebench R20. En monocœur, ce sont 25,5 %. Pour Geekbench, ce sont 20 % de performances en plus en multicœur et 15,3 % en monocœur.

Performances graphiques : 3DMark Night Raid

3DMark Night Raid est conçu pour tester les performances graphiques des appareils dotés d'un GPU intégré. Il s'agit plus ou moins d'un calculateur de performance pour jeux sur PC au niveau le plus bas.

Dans ce test, la 11e génération d'Intel fait encore mieux que la 10e. L'appareil de test obtient un score Night Raid de 13 571. Celui-ci est calculé à partir d'un score graphique de 18 011 et d'un score CPU de 5662. Le premier Surface Laptop Go obtient un score Night Raid de 6801 points, je mesure donc un plus de 99,5 % sur le Go 2. Néanmoins, même avec le doublement, l'unité graphique reste dans la ligue inférieure.

Test de performance de bureau : PCMark 10

Grâce à PCMark 10 de 3DMark, les PC et les ordinateurs portables peuvent être testés pour une multitude de tâches de bureautique. Le benchmark teste, par exemple, la rapidité d'ouverture des programmes, la qualité des appels vidéo et bien d'autres choses encore.

L'appareil de test prouve une dernière fois qu'il est clairement plus performant que son prédécesseur. Il obtient 4270 points contre 3317. Un plus de 28,7 %

Conclusion : bonne mise à niveau, bonne qualité, prix équitable

Avec le nouveau Surface Laptop Go 2, Microsoft ne m'a déçu que sur un seul point, qui est tolérable. J'entends par là l'absence de rétroéclairage du clavier. Le fait que le refroidissement du processeur soit moins développé n'est pas un problème à mes yeux, car Microsoft n'est pas le seul dans ce cas et cela ne nuit pas à l'objectif de l'appareil.

Au contraire, le notebook profite des processeurs Intel de 11e génération et le prouve de manière impressionnante dans les benchmarks avec jusqu'à un quart de puissance CPU en plus par rapport au modèle précédent. Je suis également impressionné par la capacité de l'écran à atteindre une luminosité de 400 nits. Vous en profitez surtout lorsque vous travaillez à l'extérieur, en plein soleil. Ce n'est qu'en cas de rayonnement direct que l'écran brillant reflète trop fortement.

Comparé aux autres ordinateurs portables Windows équipés d'un Intel Core i5 et de petite taille, Microsoft maîrise aujourd’hui mieux la situation qu'il y a deux ans et est en position de force, car la concurrence n'est plus moins chère lorsqu'il s'agit d'ordinateurs portables dotés d'équipements similaires. À cela s'ajoute une finition impeccable, grâce à laquelle le Surface Go 2 convainc également par son aspect extérieur. Je peux donc recommander en toute bonne foi cet appareil aux débutants comme aux utilisateurs de bureau expérimentés.

Cet article plaît à 22 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Le baiser quotidien de la muse stimule ma créativité. Si elle m’oublie, j’essaie de retrouver ma créativité en rêvant pour faire en sorte que mes rêves dévorent ma vie afin que la vie ne dévore mes rêves.


Informatique
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ordinateurs portables
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader