Lenovo Yoga 9i à l'essai : travail et cinéma en un

Lenovo Yoga 9i à l'essai : travail et cinéma en un

Martin Jud
Zurich, le 08.06.2022
Traduction: Alassane Ndiaye

Le Lenovo Yoga 9i est une bête de travail flexible dotée d’un écran tactile OLED de 14 pouces. Il est possible de le rabattre à 360 degrés pour écrire ou dessiner avec un stylet. Une fois le travail terminé, vous pouvez regarder des films dans la meilleure qualité HDR grâce à Dolby Vision. Lors du test, le Lenovo Yoga 9i est presque toujours convaincant.

La série Yoga de Lenovo ne m'a pas particulièrement attiré dans le passé. Tout le contraire des Thinkpads, que j'aime depuis les années 90, à l'époque sous IBM, ne serait-ce que pour leur design. Avec le nouveau Yoga 9i, cela change, car il m'a étonné à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. D'une part, en raison de son excellent écran OLED, qui devrait même convenir aux graphistes et cie grâce à un affichage fidèle des couleurs et qui prend en charge la norme HDR Dolby Vision pour les fans de cinéma. D'autre part, en raison de la puissance brute dont fait preuve l'Intel Core i7-1260P 12e génération intégré.

Les spécifications de l'appareil de test :

Processeur (SoC) :Intel Core i7-1260P – 12 Cores (4 Performance-Cores @ 2,1-4,7 GHz + 8 Efficient-Cores @ 1,5-3,4 GHz), 16 Threads, 18 MB Smart Cache
Unité graphique
intégrée :
Intel Iris Xe Graphics – jusqu'à 1,4 GHz, 96 unités d'exécution
Mémoire vive :16 Go LPDDR5-5200 (soudé)
Mémoire de données :1 TB SSD – M.2 2280 PCIe 4.0 x4 NVMe
Écran :écran multi-touch OLED 14", 2880 × 1800 pixels, brillant, 90 Hz, 400 nits, Dolby Vision, HDR 500, 100 % DCI-P3, prend en charge la saisie par stylet (stylet fourni), rabattable à 360° (mode tablette)
Connectivité :2 × Thunderbolt 4 (USB-C), 1 × USB-C 3.2 Gen 2, 1 × USB-A 3.2 Gen 2, jack 3,5 mm (casque micro combo jack)
Audio :Haut-parleurs stéréo optimisés pour Dolby Atmos avec deux woofers de 3 watts et deux tweeters de 2 watts, deux microphones array
Appareils photo :Appareil photo frontal 2 mégapixels (vidéo 1080p) et caméra infrarouge (reconnaissance faciale Windows Hello), curseur de la caméra pour couvrir l'objectif
WLAN, Bluetooth :Wi-Fi 6E, Bluetooth 5.2
Système d'exploitation :Windows 11 Pro
Capacité de la batterie :75 Wh
Bloc d'alimentation :100 watts (USB-C)
Dimensions :31,8 × 23 × 1,53 cm, 1,4 kg

L'appareil de test est de couleur Storm Grey et dispose d'un boîtier en aluminium usiné CNC. Une autre variante est disponible en Oatmeal, qui signifie en fait avoine, mais qui est ici synonyme d'argent. J'ai vérifié exprès la fiche technique de Lenovo, c'est le nom qui est lui donné.

Design et connexions

Si vous achetez un Yoga 9i, vous recevrez également une pochette dans laquelle vous pourrez ranger non seulement l'appareil, mais aussi le stylet fourni.

Stylet et pochette inclus.
Stylet et pochette inclus.

Le stylet est un accessoire pratique qui suscite parfois des regards intéressés lors d'une réunion. Tout comme l'appareil, qui a un aspect élégant grâce à l'aluminium, à sa faible épaisseur de 1,5 cm et à ses bords arrondis. Il faut le voir (et le toucher) pour le croire. On remarque également que sa surface est relativement antidérapante.

La charnière est légère, mais je peux ouvrir le couvercle du notebook sans avoir à tenir la base. Une fois ouvert, le Yoga démarre immédiatement. Même si vous l'avez éteint avant. Il n'est donc pas nécessaire d'appuyer sur le bouton d'alimentation, qui se trouve sur le côté droit.

Sur la droite, outre le bouton de démarrage, on trouve également une prise jack 3,5 mm et un port USB-C (3.2 Gen 2). S'y ajoutent, sur le côté gauche, deux ports Thunderbolt 4 (compatibles avec USB-C) et un port USB-A (3.2 Gen 2).

Des deux côtés, deux enceintes sont placées tout à l'avant pour les tonalités basses, complétées par deux autres, intégrées dans la charnière de l'écran rabattable. Pour que vous puissiez non seulement entendre, mais aussi être entendu, deux microphones array sont embarqués.

Un curseur de la caméra pour couvrir l'objectif est également inclus.
Un curseur de la caméra pour couvrir l'objectif est également inclus.

À cela s’ajoutent une webcam de 2 mégapixels avec résolution vidéo Full HD, une caméra infrarouge pour l'authentification faciale plus un capteur d'empreinte digitale. Pour ne pas vous déranger, un curseur est intégré à la webcam, qui couvre l'objectif si nécessaire.

Vissé, pas collé.
Vissé, pas collé.

Les entrées et les sorties de ventilation sont dissimulées entre la base et la charnière. La face inférieure de l'ordinateur portable est équipée de patins antidérapants et de six vis, ce qui est à saluer à une époque où le matériel est souvent collé. Le couvercle du notebook est orné d'un « YOGA » fraisé et de « Lenovo » en format vertical. Ainsi, une fois fermé, l'ordinateur portable ressemble à un livre.

Écran OLED d'une beauté envoûtante avec support tactile et stylet

Avec seulement sept millimètres jusqu'aux bords latéraux, il y a un centimètre en haut, l'écran a l'air chic. Le fait qu'il dispose de l'OLED le rend encore meilleur. Cela permet non seulement une reproduction fidèle des couleurs, mais aussi, grâce à Dolby Vision et HDR 500, une bonne profondeur d'image grâce à de meilleures nuances lumineuses.

Il mesure 14 pouces, est compatible multi-touch et avec le stylet, a 2880 × 1800 pixels (243 ppi, format 16:10) et est brillant. Le taux de rafraîchissement est de 90 hertz. De plus, il doit être lumineux jusqu'à 400 nits et couvrir100 % de l'espace colorimétrique DCI-P3. Je mesure les deux plus bas.

Il est accompagné d'un stylet en métal qui tient bien en main comme un crayon, grâce à ses six arêtes. Vous pouvez rabattre l'écran jusqu'à 360 degrés avant de l'utiliser. L'écran offre ainsi une sensation similaire à celle du papier lorsque l'on dessine ou que l'on écrit. Par rapport au Surface Pen de Microsoft, le stylet de Lenovo est plus rugueux au toucher, ce qui me plaît davantage.

Le plaisir de regarder un film avec OLED

Pendant mes vacances au Tessin, j'ai regardé des films avec Dolby Vision dans une pièce obscurcie avec le Yoga 9i, ce qui était un pur plaisir. Je suis ravi, bien qu'il n'ait pas de résolution UHD. Au lieu de 3840 × 2160 pixels, on obtient 2880 × 1800, donc WQHD+ ou 2,8K et non 4K. Cela n'enlève rien à la netteté de l'écran de 14 pouces. La dalle OLED séduit par la manière dont les nuances lumineuses sont représentées. Elle offre un noir foncé et donc des contrastes qu'aucune autre technologie ne peut égaler. Les couleurs sont intenses et naturelles.

Toutefois, comparée à mon mini téléviseur LED LG, la dalle OLED ne marque des points que lorsque la lumière ambiante est faible. Mon téléviseur affiche un noir presque aussi beau que celui de l'OLED, les couleurs et les dégradés de lumière sont, à mon avis, à peu près aussi bien représentés. En plein jour, la luminosité maximale de l'écran de l'ordinateur portable, environ 400 nits en SDR et brièvement environ 500 nits en HDR, ne garantit pas la meilleure qualité possible pour regarder des films. Le téléviseur offre une luminosité plus de deux fois supérieure. Si je suis assis dehors avec mon notebook, le fait que l'écran brillant soit très réfléchissant m'agace également.

Luminosité, uniformité et rendu des couleurs : l'écran est-il vraiment aussi performant qu'il en a l’air ?

Pour le savoir, j'utilise un système d'étalonnage x-rite i1Display Pro, pour mesurer la luminosité maximale, l'uniformité de l'éclairage et la précision des couleurs.

La moyenne est de 389 nits au niveau de luminosité le plus élevé.
La moyenne est de 389 nits au niveau de luminosité le plus élevé.

La luminance moyenne au niveau le plus lumineux est de 389 nits. C'est proche des 400 nits indiqués par le fabricant et suffit parfaitement pour travailler en plein jour. Je considère que tout ce qui est supérieur à 300 nits convient à cet effet. Toutefois, l'écran devrait être plus lumineux, surtout pour regarder des films.

L'uniformité de l'éclairage est excellente. La plus grande différence parmi les neuf zones mesurées n'est que de six nits, ce qui n'est pas visible à l'œil nu.

Si je mesure la fidélité de la reproduction des principaux espaces colorimétriques, l'écran m'étonne à nouveau. Il atteint des valeurs aussi bonnes que celles que je n'ai jamais mesurées sur un écran de notebook : l'espace colorimétrique DCI-P3, important pour la production de films numériques, est représenté correctement à 100 %. Pour l'espace colorimétrique sRGB, utilisé pour le travail et la navigation, ce taux est également de 100 %. Et l'espace colorimétrique Adobe RGB, important pour la création de modèles d'impression, atteint 97 %. Les graphistes devraient donc y trouver leur compte, tout comme les producteurs de vidéos.

Clavier et pavé tactile

L'aluminium de la base est légèrement fraisé au niveau du clavier. Ainsi, les touches se trouvent à la même hauteur que le pavé tactile, en cas d'utilisation à l'envers, c'est-à-dire en mode tablette, cela évite qu'elles soient enfoncées par le bord de la table. L'espace de la base est bien exploité par le clavier, qui s'étend jusqu'à 1,2 cm du bord. Combiné à l'absence de pavé numérique, cela fait que les touches sont agréablement positionnées : les touches régulières mesurent 1,1 centimètre de large et sont espacées de trois millimètres.

Une particularité de la disposition des touches du Yoga 9i est la rangée supplémentaire de touches de fonction tout à droite. Celle-ci est dotée tout en bas d'un capteur d'empreinte digitale qui, comme la caméra infrarouge, déverrouille le notebook de manière fiable. Il y a aussi un bouton de mode sombre, un bouton pour changer trois modes sonores de haut-parleur (vidéo, musique et jeu), un bouton pour flouter l'arrière-plan de votre chat vidéo et un bouton pour changer le mode de performance actuel (meilleure économie d'énergie, équilibré, meilleure performance).

Je n'utilise jamais la touche étoile ni la touche F9 secondaire.
Je n'utilise jamais la touche étoile ni la touche F9 secondaire.

Mais n'oublions pas cette touche étoile supplémentaire entre F12 et Insert. Elle permet d'afficher une barre « Smart Key » et offre la possibilité d'ouvrir le logiciel Lenovo Vantage, de demander une assistance en ligne ou d'effectuer des réglages. Des choses dont je n'ai pas besoin sur une touche dédiée. Difficile à croire : sur F9 se trouve encore une fois une touche d'assistance comme deuxième fonction, qui ouvre également Lenovo Vantage. Vous pouvez y faire des mises à jour et autres.

Pourquoi ces boutons sont-ils là ? Combien d'utilisateurs ont besoin de ces touches et à quelle fréquence ? Ce n'est pas comme si je ne trouvais pas le logiciel dans le menu de démarrage.

Au moins, je peux attribuer une deuxième fonction à la touche étoile. Ainsi, sur mon appareil de test, une double pression sur ce bouton ouvre désormais Adobe Photoshop.

Si je veux écrire dans un coin sombre, je peux compter sur Lenovo. Les touches disposent d'un rétroéclairage, qui détecte même automatiquement quand la nuit tombe et s'active tout seul. Je passe manuellement de désactivé à deux niveaux de luminosité. En écriture, le clavier rend service. Je ressens un retour haptique au début de la course des touches. Les touches sont donc tactiles, mais pas clicky, elles restent relativement silencieuses et ne gênent donc pas les collègues. Je suppose que la course de touche est de 1,3 mm. Je pense qu'elle sera très rapide après une courte période d'adaptation et j'aime qu'elle soit aussi un peu amortie.

Le pavé tactile est vraiment impeccable. Il est bien grand, 13,5 × 8 cm, et me permet de contrôler le curseur avec précision et rapidité. Le clic par tapotement fonctionne bien et sans retard, tout comme le défilement à deux doigts. Les clics des touches intégrées dans la partie inférieure sonnent de manière relativement discrète.

Enceintes : elles conviennent aussi au cinéma mobile

Les enceintes offrent un bon son pour les conditions mobiles. Les médiums et les aigus sont relativement équilibrés et clairs. Et étonnamment, les basses offrent également une très bonne qualité sonore, ce qui est plutôt rare sur les notebooks. Le son optimisé Dolby Atmos provient de la maison Bowers & Wilkins et améliore non seulement la qualité sonore des films, mais aussi des appels vidéo avec des voix masculines graves. De plus, l'effet stéréo est nettement plus large que ce à quoi je m'attendais en raison de la distance entre les haut-parleurs. Bien sûr, vous devez être assis·e de face devant l'appareil, sinon la magie s'évapore rapidement.

Un mot sur le processeur et l'unité graphique

Le notebook est équipé d'un Core i7-1260P, présenté par Intel en janvier 2022. Un processeur mobile haut de gamme de 12e génération basé sur l'architecture Alder-Lake et produit en 10 nm. Il offre quatre cœurs de performance et huit cœurs d'efficacité. Les cœurs P cadencent entre 2,1 à 4,7 GHz, les cœurs E entre 1,5 à 3,4 GHz. L'hyperthreading n'est supporté que par les cœurs P, c'est pourquoi 16 threads sont disponibles au total. Il possède également 1,1 Mo de cache L1, 21 Mo de cache L2 et 18 Mo de cache L3. La consommation électrique (TDP) est de 28 watts.

La puce est également équipée de l'Intel Iris Xe Graphics G7 avec 96 unités d'exécution et déploie une fréquence dynamique maximale de 1,4 GHz.

Performance de la batterie et comportement du CPU pendant le test de stress

Le Yoga 9i dispose d'une batterie d'une capacité de 75 Wh. Lors du test de streaming vidéo continu suivant, l'appareil bénéficie du fait que le processeur dispose également de cœurs d’efficacité moins gourmands en énergie. Le travail au bureau en profite également, lorsque je ne suis pas en train de retoucher des dizaines d'images dans Photoshop ou de faire un rendu vidéo. Mais lors du test de stress suivant, cela ne lui sert à rien, car je mesure l'autonomie à pleine puissance.

Streaming vidéo en continu

Jusqu'à présent, j'ai effectué le test de streaming vidéo continu avec une luminosité d'environ 150 nits et avec du contenu SDR, par souci de comparabilité. Mais comme de plus en plus d'écrans compatibles HDR font leur apparition sur les ordinateurs portables, je passe désormais à environ 400 nits et au contenu Dolby Vision. Pour le Yoga, cela signifie le niveau de luminosité le plus élevé, ce qui devrait même assurer des valeurs maximales momentanées de 500 nits pour le contenu HDR. Je regarde Stranger Things en streaming sur Netflix et je vois ensuite combien de temps il faut pour que la batterie atteigne 2 % et que le notebook s'éteigne tout seul.

Après dix heures et une minute, et d'innombrables meurtres effrayants, le yoga s'arrête. Comme je n'ai pas de base de comparaison, je ne peux faire qu'une déclaration subjective à ce sujet. Je suis satisfait et je trouve que c'est beaucoup.

Test de stress : performances CPU, autonomie, chaleur et volume sonore pour des tâches exigeantes

Pour le test de stress, j'ai recours à AIDA64 pour utiliser le matériel au maximum de ses capacités. Cependant, lors d'un premier test rapide, je remarque que l'unité graphique du processeur utilise près d'un quart de la puissance de refroidissement lorsqu'elle est utilisée à 100 %. Quelques secondes après le démarrage du test, le CPU ralentit à chaque fois à 77 %. Cela signifie que ceux qui ont conçu le système de refroidissement ne l'ont probablement fait que pour le CPU.

Comme je veux savoir combien de temps le CPU peut fournir sa pleine puissance, je renonce à utiliser également l'unité graphique lors du test de stress. L'autonomie de la batterie est secondaire. Je soumets à un test de stress : CPU, FPU, cache et RAM.

Pendant le test, le processeur se comporte comme suit : d'abord, il fonctionne à pleine puissance pendant 17 minutes. Ensuite, le CPU commence peu à peu à ralentir davantage. Cependant, la fréquence d'horloge monte toujours au maximum toutes les quelques secondes, avant de redescendre. Ainsi, la charge varie entre 98 et 100 % à partir de la minute 18, entre 81 et 100 à partir de la minute 20, entre 74 et 100 à partir de la minute 23 et entre 73 et 100 % à partir de la minute 39. Ensuite, cela reste ainsi jusqu'à ce que le notebook s'éteigne de lui-même après 87 minutes.

Ci-dessous, j'illustre le comportement pendant le test de stress. Il convient toutefois de noter que les variations décrites ne sont pas visibles. Vous voyez la valeur moyenne de la charge fluctuante au lieu de la puissance appliquée.

Utilisation du CPU et niveau de la batterie pendant le test de stress

Températures à pleine charge

En ce qui concerne les températures, les différents cœurs du processeur montent jusqu'à 100 °C pendant le test. Selon Intel, le CPU peut également atteindre une température aussi élevée. La température des cœurs varie alors entre 83 et 100 °C de manière analogue à la fréquence d'horloge.

Le boîtier du Lenovo Yoga 9i atteint une température de 60 °C à l'endroit le plus chaud à côté de la touche 8 lorsque le CPU est utilisé en permanence.
Le boîtier du Lenovo Yoga 9i atteint une température de 60 °C à l'endroit le plus chaud à côté de la touche 8 lorsque le CPU est utilisé en permanence.

Si je prends une photo thermique, le boîtier doit atteindre 60 °C lors du test, selon la caméra FLIR de mon Cat S62 Pro. C'est juste à côté de la touche 8 que la partie est la plus chaude.

Volume à pleine charge

Le ventilateur du Yoga est généralement inaudible. Et même à pleine charge, il bruisse doucement. Je mesure avec un sonomètre Testo 36,3 dB en position assise et 39,1 dB à une distance de 30 cm.

Autonomie de la batterie pour les tâches de bureau

Si j'utilise le notebook comme bureau mobile sans appel vidéo excessif, je le recharge après environ un jour et demi de travail. Donc, selon le travail et les conditions d'éclairage, il y a environ douze heures, ce que je considère comme une bonne chose.

Performance : ce que fournissent le CPU et le GPU

Le système sur une puce passe enfin à l'action. Maintenant, le CPU et le GPU doivent montrer ce dont ils sont capables. Pour tester le processeur, j'utilise les benchmarks Cinebench R23 et Geekbench 5. L'unité graphique intégrée montre ses capacités dans le benchmark de jeux 3DMark Night Raid. Pour savoir si les tâches bureautiques typiques sont bien exécutées, j'utilise PCMark 10.

Puissance du processeur : Cinebench R23 et Geekbench 5

Cinebench de Maxon vous permet d'évaluer les performances de votre processeur lors du rendu de modèles 3D. Dans la version actuelle R23, le résultat n'est plus déterminé sur la base d'un seul cycle de calcul, mais sur la base du travail effectué dans un délai de dix minutes. C'est une bonne chose, car cela permet d'avoir des valeurs plus réalistes pour les concepts de refroidissement médiocres.

Le deuxième benchmark de processeur que j'exécute est Geekbench 5. Sur la base de scénarios réels simulés, le CPU est testé en fonctionnement monocœur et multicœur. Les tests ne prennent que peu de temps et peuvent donc conduire à des résultats relativement bons, même avec des appareils mal refroidis. D'autre part, le benchmark fonctionne sous Windows, MacOS, Linux, Android ainsi qu'iOS, ce qui permet également des comparaisons croisées entre différentes architectures de processeurs, mais qui doivent être prises avec des pincettes. Le fait que, contrairement aux ARM, seul un thread, et donc pas l'intégralité du cœur de (performance), soit utilisé dans les processeurs x86 en mode monocœur, est un autre point à prendre en compte lors de la comparaison des résultats dans le Geekbench Browser.

BenchmarkScore obtenu
Cinebench R23 – CPU multicœur 10 094 points
Cinebench R23 – CPU simple cœur1651 points
Geekbench 5 – CPU multicœur 10 326 points
Geekbench 5 – CPU simple cœur1742 points

Jamais un « notebook bureautique » que j'ai testé n'a obtenu un score de plus de 10 000 points aux deux tests multicœurs. À titre comparatif : jusqu'à présent, je trouvais déjà les performances d'un Surface Laptop 4 avec AMD Ryzen 7 4980U fortes pour des conditions mobiles. Mais celui-ci n'obtient dans le test (en allemand), avec ses 16 threads également (mais seulement 8 cœurs au lieu de 12), que 8028 points au Cinebench R23 et 7241 points au Geekbench 5.

Les performances monocœurs du Yoga sont tout aussi impressionnantes et jusqu'à présent uniques dans mes tests. La douzième génération d'Intel, associée au système de refroidissement de l'ordinateur portable, n'a rien à envier aux autres.

Performances graphiques : 3DMark Night Raid

3DMark Night Raid est conçu pour tester les performances graphiques des appareils dotés d'un GPU intégré. Il s'agit plus ou moins d'un calculateur de performance pour jeux sur PC au niveau le plus bas.

Mon appareil de test obtient un score Night Raid de 18 457. Le score de l'unité graphique est alors de 22 089, le CPU atteint 9555 points. Si je compare à nouveau cela avec le processeur AMD du Surface Laptop 4, celui-ci atteint, avec son AMD Radeon RX Vega 8 intégrée, un Night Raid Score de 14 248, soit environ 23 % de moins que le Yoga 9i.

Test de performance de bureau : PCMark 10

Grâce à PCMark 10 de 3DMark, les PC et les notebooks peuvent être testés pour une multitude de tâches de bureautique. Le benchmark teste, par exemple, la rapidité d'ouverture des programmes, la qualité des appels vidéo et bien d'autres choses encore.

Le yoga obtient 5640 points dans cette discipline. Ce qui équivaut à 13 % de plus que sur le notebook AMD de Microsoft.

Conclusion : une bête de travail pratiquement parfaite

Je n'ai presque rien à reprocher au Lenovo Yoga 9i. Pratiquement tout est parfait : le design élégant en aluminium, l'écran tactile rabattable avec une représentation fidèle des couleurs et Dolby Vision, le processeur extrêmement puissant et actuel, RAM et mémoire importantes, les dernières technologies radio ainsi que les ports, la grande batterie, le stylet fourni etc.

C'est un véritable plaisir de travailler et de regarder des films avec cet appareil. Le seul bémol pour moi, ce sont quelques touches dédiées que Lenovo aurait pu, à mon avis, supprimer. En outre, je souhaite une variante antireflet. Mais avec ces points, je me plains à un niveau élevé.

Je pense que le rapport qualité-prix est bon. Certes, vous devrez mettre la main au porte-monnaie plus que pour d'autres outils de travail potentiels, mais vous obtiendrez aussi beaucoup de choses. Si vous aimez Netflix en plus de votre travail, le Yoga 9i vous satisfera pleinement.

Cet article plaît à 49 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Le baiser quotidien de la muse stimule ma créativité. Si elle m’oublie, j’essaie de retrouver ma créativité en rêvant pour faire en sorte que mes rêves dévorent ma vie afin que la vie ne dévore mes rêves.


Informatique
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ordinateurs portables
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader