Les escaliers virtuels de Hong Kong
Nouveautés & tendancesMobile

Les escaliers virtuels de Hong Kong

Dominik Bärlocher
Zurich, le 11.09.2017
Traduction: Anne Chapuis
Escaliers. Hong Kong. VR. Un mélange unique. Mais ce qui peut, au premier abord, paraître bizarre permet de jeter un œil dans la culture d’une ville densément peuplée à la croissance économique exponentielle. Derrière la caméra: Nicolas Büchi. J’ai parlé avec lui.

«J’étais à Hong Kong et ai filmé des escaliers avec de l’équipement VR», dit Nicolas Büchi, collaborateur scientifique à la ZHdK (haute école zurichoise des arts) et designer d’interaction. Maintenant, il existe une série de vidéos à 360° qui montre la vie sur les escaliers de la région autonome de la République populaire de Chine. Bizarre. La recherche du thème ne rend pas ce dernier moins étrange, mais une chose est incontestable: le projet de Büchi est fascinant. Contrairement au résultat, l’aspect technologique est facilement expliqué.

Même après le tournage, le projet vidéo répondant au nom de «A Proximal Visit» ne perd pas en étrangeté ou en fascination. «Les prises ont une telle valeur que la Hong Kong Polytechnic University les a enregistrées comme source primaire.»

Je dois en savoir plus sur cette histoire. Je n’ai jamais reçu un e-mail avec autant de choses étranges.

L’installation

Durant le tournage au cours de l’année précédente, une caméra 3D standard n’était pas suffisante pour Büchi et son équipe. Ils n’ont donc pas utilisé de Samsung Gear 360 ou de Nikon KeyMission. Les chercheurs de l’université de Zurich et de Hong Kong ont, dans le cadre d’un projet collaboratif nommé «Connecting Spaces», plus ou moins inventé leur propre caméra 3D.

«Nous avons construit une sorte de cube de GoPro», dit Nicolas. L’invention peut paraître un peu bizarre, mais les chercheurs tout comme les spectateurs peuvent être satisfaits des prises.

aucune information disponible sur cette image
Un cube GoPro a permis de faire des prises à 360 degrés

Le résultat:

Quand la qualité d’image est bien supérieure à ce que les caméras 360 degrés du commerce offrent, le son doit, lui aussi être à la hauteur. Pour cela, les chercheurs ont misé sur des produits Sennheiser. Sur le microphone au nom mélodieux d’Ambeo VR, pour être exact. Pour regarder les résultats après coup, le Samsung Galaxy S8+ dans un casque de VR est utilisé.

«Lors du tournage, le microphone n’était encore qu’un prototype», ajoute Nicolas. Sans autre forme de procès, le fabricant a utilisé les producteurs comme cobayes et leur a fait parvenir un prémodèle.

Minute papillon… Des escaliers?

La mise en place est certes fascinante, mais le thème de toute cette affaire l’est encore plus. Car escalier, Hong Kong et ZHdK sont un mélange particulier. Interrogé sur ce thème, Nicolas se met à rire. Ce n’est donc certainement pas la première fois qu’il a à faire avec de l’irritation face à son projet.

«Les escaliers sont le dernier grand espace dans Hong Kong», dit-il.

Certes, Hong Kong a aussi des parcs, mais ces derniers sont soumis à des règles et des lois strictes. Même si les espaces verts sont beaux et bien entretenus dans la ville de sept millions d’habitants, s’y reposer est impossible. Donc, d’autres espaces non commerciaux doivent être trouvés pour la détente locale: les escaliers. Dans une ville à la construction aussi dense que Hong Kong, les espaces libres sont plutôt rares. 6544 personnes habitent sur un kilomètre carré. En comparaison: 202 personnes habitent sur un kilomètre carré en Suisse. Hong Kong occupe une surface de 2755 kilomètres carrés, la Suisse 41 285. Pour faire cours: à Hong Kong, on vit à l’étroit.

Les personnes s’assoient donc sur les marches, y mangent, discutent et se donnent rendez-vous. Nicolas et son équipe ont été témoin d’un spectacle hors du commun: «Durant leur jour férié, des ménagères originaires des Philippines et d’autres coins du monde se rencontrent sur les escaliers et envoient des colis dans leur pays natal». Les facteurs de Hong Kong s’en sont aperçus et surgissent au bas des escaliers pour recueillir les colis. Ces facteurs au bas des escaliers ne sont pas au service de la poste. «Ce ne sont pas des facteurs officiels, mais des personnes quelconques qui prennent elles-mêmes les choses en main, comme business en quelque sorte.»

En installant sa construction de caméras, Nicolas et son collaborateur Alun Meyerhans, ont capturé une facette de vie qui n’aurait autrement certainement pas été documentée.

Sources primaires prises du quotidien

Le projet devrait être une sorte de documentaire du quotidien et l’équipe autour de Nicolas a encore fait une performance artistique avec le compositeur local Alain Chiu. Je ne comprends pas vraiment ce que la performance veut me dire, mais j’ai regardé la vidéo trois fois et ai toujours regardé une autre personne. Ce projet est certes de l’art abstrait, mais la vidéo reste fascinante.

Même si je ne m’étais jamais imaginé pour voir développer une fascination pour les marches de Hong Kong, je ne suis pas le seul à être tombé sous le charme. L’université de Hong Kong a ajouté les prises à ses archives. En tant que source primaire pour leurs travaux de recherche. «L’un des plus grands problèmes lors du tournage était de pouvoir filmer discrètement avec une construction vidéographique et microphonique», dit Nicolas. On dirait bien qu’il a réussi, car il est rare qu’un passant ou une ménagère regarde directement dans la caméra. Et ce, malgré le fait que la VR n’est pas encore un thème très répandu à Hong Kong et qu’un tel cube de caméra est certainement remarquable.

Pour trouver des minutes non surveillées, les chercheurs ont filmé durant 14 jours, même si les vidéos finales sont une prise chacune. «La postproduction a duré un peu plus longtemps. Environ deux mois», indique Nicolas. Les vidéos sont importantes, car c’est exactement cet aspect-là – la vie non retouchée – qui manquait aux chercheurs. «Les archives de l’université de Hong Kong se composent d’une multitude enregistrements concernant les escaliers. Ils se composent de dessins et de photos, mais il n’y avait pas encore de vidéos.»

Si vous aussi souhaitez voir les escaliers avec un casque VR, vous pouvez le faire avec votre propre casque VR sur le site Internet du projet. Si vous n’as pas de casque VR et aimeriez poser quelques questions à Nicolas, vous pouvez vous rendre au Festival international du film de Genève Tous Écrans entre le 3 et le 11 novembre 2017. Nicolas et son équipe exposeront les vidéos.

Cet article pourrait aussi vous intéresser

*Nikon KeyMission 360**: ce qu’elle a dans le ventre
placeholder

placeholder

Cet article plaît à 19 personne(s)


Dominik Bärlocher
Dominik Bärlocher
Senior Editor, Zurich
Journaliste. Auteur. Hackers. Je suis un conteur d'histoires à la recherche de limites, de secrets et de tabous. Je documente le monde noir sur blanc. Non pas parce que je peux, mais parce que je ne peux pas m'en empêcher.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser