«Horizon Zero Dawn»: un jeu que vous n'oublierez pas de sitôt!
Critique

«Horizon Zero Dawn»: un jeu que vous n'oublierez pas de sitôt!

Philipp Rüegg
Zurich, le 20.02.2017
Responsabilité de traduction: Anne Chapuis
Les développeurs de la série de jeu de tir «Killzone» se sont essayés au jeu en monde ouvert. Était-ce une bonne idée? Oui, sans hésiter! «Horizon Zero Dawn» vous propulse dans un univers fascinant, peuplé de créatures singulières, où se déroulent d'intenses combats. À tester absolument!

J'ai le sentiment d'avoir passé le week-end dernier dans un état de transe. Après avoir reçu mon échantillon test dans un délai incroyablement court, je me suis plongé corps et âme dans le monde inédit de «Horizon Zero Dawn». Et quel voyage! Cet univers post post apocalyptique, peuplé de dinosaures mécaniques et de tribus ennemies qu'Aloy, la chasseresse au grand cœur, doit combattre, m'a tenu en haleine comme aucun autre jeu ne l'a fait depuis longtemps.

Pourtant « Horizon Zero Dawn » (exclusivement sur PS4) est un jeu classique en monde ouvert. Les influences de « Far Cry », « Tomb Raider » et, dans une certaine mesure, « The Witcher » s'y font clairement sentir. « Horizon Zero Dawn » s'approprie les meilleurs ingrédients des références du genre et les associe pour vous servir un véritable festin. Voici, en résumé, les raisons pour lesquelles ce jeu devrait, pour beaucoup, constituer le jeu de l'année.

Un univers inédit et une histoire haletante

aucune information disponible sur cette image

« Horizon Zero Dawn » prend place dans un futur lointain. Un obscur événement a réduit le monde en cendres. Un grand laps de temps s'est écoulé et de nouvelles tribus sont apparues. L'être humain a perdu son statut de super prédateur au profit d'une espèce de dinosaures robotisés. Au cœur de ce monde se trouve Aloy. Une paria vivant sur les terres de la tribu Nora. Cette chasseresse hors pair va se trouver empêtrée dans une histoire mouvementée, où le meurtre, les conflits tribaux et le mystère de créatures mythiques dominent.

Les dialogues d'une qualité exceptionnelle (interprétés en anglais par Ashly Burch dans le rôle d'Aloy) permettent d'en apprendre toujours davantage sur cet univers et ses habitants. Le potentiel du scénario est extraordinaire et totalement exploité par les développeurs de Guerilla Games. Vous serez régulièrement appelé à choisir vous-même vos réponses - comme dans « Mass Effect ». Cela n'a pas d'influence réelle sur le jeu, mais cela permet de se sentir plus impliqué que le fait d'écouter passivement.

aucune information disponible sur cette image
Um sie dreht sich die ganze Geschichte: Aloy.

Le jeu plante son décor dans un vaste monde, riche de diversité. L'ennui n'est pas de mise dans ce milieu changeant qui passe de sommets enneigés à une jungle dense ou un canyon aux teintes orangées. Vos périples seront émaillés de ruines enfouies sous la végétation, vestiges de civilisations depuis longtemps éteintes.

Il y a tant à faire, trop à faire

aucune information disponible sur cette image
Die Robo-Dinos könnt ihr hacken und euch gefügig machen.

Mais finalement, que faites-vous toute la sainte journée ? Comme indiqué précédemment, « Horizon Zero Dawn » vous offre un immense terrain de jeu ouvert. À vous de décider, où vous voulez aller. Aucun temps de chargement entre les différentes régions. Plus vous vous éloignez de la zone de départ, plus le niveau des adversaires s'intensifie. Vous voilà prévenu ! Heureusement, vous passez aussi les niveaux en accumulant des points de compétence. Outre la quête principale, d'innombrables occupations annexes vous détourneront de votre objectif initial. Il m'est arrivé de relever les défis de chasseurs, de suivre la piste d'un époux disparu ou encore d'éclaircir le mystère du massacre d'un village. La plupart du temps, ça finit par un combat avec des dinos-robots fantastiques et astucieux, que vous transpercez de vos flèches. Vous disposez donc d'un arc comme arme principale, mais je reviendrai plus tard sur ce point.

Les quêtes secondaires ne sont pas aussi stimulantes que dans le jeu de référence «The Witcher 3», mais elles sont nettement plus divertissantes que les quêtes de collecte classiques d'autres jeux de ce type.

Le focus, un petit appareil fiché sur le crâne d'Aloy, vous sera d'une grande aide. Il ressemble à une oreillette Bluetooth. Il vous permet de scanner les environs et détecte les adversaires et objets/cibles intéressant(e)s. Grâce au focus, vous repérez également les points faibles de vos adversaires.

Vous connaissez sans aucun doute ces tours, qu'il faut escalader dans la plupart des jeux Ubisoft. Elles sont là pour vous dévoiler les environs. « Horizon Zero Dawn » propose quelque chose de similaire, en beaucoup plus cool. Ici, les tours s’appellent des Tallnecks (longs cous) et ressemblent à des girafes de 100 mètres de haut, avec un plateau sur la tête. Vous devez y grimper et les pirater. Mais comme ces géants bougent en permanence, vous devez d'abord dénicher le tremplin adapté pour sauter. Une tâche fort amusante !

aucune information disponible sur cette image
Sehen aus, als hätten sie eine CD verschluckt.

Vous tomberez également sur des ruines mystérieuses, sensées en révéler davantage sur les étranges dinos-robots, mais qui soulèvent surtout de nouvelles questions. Graphiquement, elles sont fascinantes et elles constituent un superbe contre-pied à la faune de la surface.

En bouclant tous ces défis annexes, vous couvrez également votre carte de symboles. Et comme je ne peux résister à l'envie de vouloir tout faire dans ce type de jeu, je ne manque jamais de m'empêtrer dans les missions secondaires. Heureusement, elles ne donnent pas l'impression d'être uniquement là pour prolonger le jeu de manière artificielle.

Collecter et fabriquer

Chaque animal et créature-robot que vous éliminez vous rapporte un butin. Vous pouvez ainsi fabriquer de nouvelles munitions ou échanger le contenu du butin contre des armes et équipements supplémentaires chez le marchand. Vous arrachez également des herbes et des branchages, comme si vos parents vous avaient assigné la corvée de désherbage. Vous avez besoin d'une telle quantité de ces trucs, que la plupart du temps vous délaissez votre monture pour vous déplacer à pied. Sur ce point, Guerilla Games a un rien exagéré. Il faut constamment courir après des lièvres, des sangliers ou des renards pour utiliser leur peau et leurs os. Et, comme si « World of Warcraft » ne nous avait pas assez agacé il y a 10 ans, tous les animaux ne vous fourniront pas ces éléments. WTF ?

De l'action, sans lassitude

aucune information disponible sur cette image

Avec les armes, en revanche, le studio a visé juste. Vous avez à votre disposition tout un arsenal d'armes de trait, projetant des flèches enflammées, des bombes de glace ou des pièges électroniques. Cependant, tous les projectiles ne sont pas compatibles avec tous les arcs. À vous de décider, si vous préférez jouer avec le feu ou utiliser des flèches qui transpercent les armures. Sans les armes appropriées, vous ne parviendrez pas à vous débarrasser de vos coriaces adversaires.

Les singulières créatures robotisées sont au cœur de l'intrigue. Elles sont clairement inspirées des dinosaures, mais leur conception est tout de même originale. Lorsque vous les touchez, elles perdent certaines de leurs pièces détachées et quand vous portez le coup final une nuée d'étincelles jaillit. Mais pour y arriver, c'est un combat de longue haleine. Ces êtres mécaniques demandent de la ressource. Si les adversaires humains ne sont pas très futés, les dinosaures sont, eux, rusés et imprévisibles.

Un graphisme spectaculaire

aucune information disponible sur cette image

La cerise sur le gâteau de « Horizon Zero Dawn » est son graphisme époustouflant. Depuis « The Witcher 3 » et « Uncharted 4 », je ne m'étais plus entendu dire : « La vache, vise-moi çà ! ». Et je ne m'en lasse pas. Des paysages luxuriants parsemés de lacs scintillants cèdent le pas à des sommets enneigés ou d'arides régions désertiques. Les décors incroyablement réalistes regorgent de détails. Le climat n'est pas en reste : le soleil écrasant disparaît sous les pluies torrentielles et les tempêtes de neige. Grâce à la technologie HDR, le rendu des contrastes est fabuleux, en particulier la nuit. Lorsque la lune filtre ses rayons à travers les arbres et éclaire partiellement le visage d'Aloy, le clair-obscur est sidérant.

Ce souci du détail est également remarquable dans le traitement des habitants. Leurs tenues s'inspirent des costumes traditionnels de peuples autochtones, mêlés aux trophées arrachés à la faune mécanique.

Conclusion : un chef d'œuvre inattendu

aucune information disponible sur cette image

Je n'aurais jamais imaginé être à ce point emballé par « Horizon Zero Dawn ». La bande-annonce laissait présager un jeu solide, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il soit aussi impressionnant. Mes attentes à l'égard des développeurs de la série « Killzone » ont été largement satisfaites. Je leur souhaite maintenant beaucoup de succès, en espérant que les suites à venir seront à la hauteur et me délesterons d'encore plus de temps libre - et il en sera certainement de même pour vous. « Horizon Zero Dawn » m'a happé et ne m'a plus laché. Son univers incomparable et son héroïne sympathique marquent un nouveau record en matière de jeux en mode ouvert. Une aventure à ne manquer sous aucun prétexte !

« Horizon Zero Dawn » sort le 1er mars, exclusivement sur PS4

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

*«For Honor»**: Ein Samurai, ein Ritter und ein Wikinger kommen in eine Bar…
placeholder

placeholder

7 Gründe, warum *«Resident Evil 7»** wieder ein waschechtes Resi ist
placeholder

placeholder

Es tut sich was in der Schweizer *Gamer-Szene**
placeholder

placeholder

15 Jahre alt und schon zwei VR-Games entwickelt
placeholder

placeholder

Cet article plaît à 16 personne(s)


Philipp Rüegg
Philipp Rüegg
Senior Editor, Zurich
En tant que fou de jeu et de gadgets, je suis dans mon élément chez digitec et Galaxus. Quand je ne suis pas comme Tim Taylor à bidouiller mon PC ou en train de parler de jeux dans mon Podcast, j’aime bien me poser sur mon biclou et trouver quelques bons trails. Je comble mes besoins culturels avec une petite mousse et des conversations profondes lors des matchs souvent très frustrants du FC Winterthour.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser