"Hardspace : Shipbreaker" - Le travail le plus dangereux de la galaxie
Cet article a été traduit automatiquement.
CritiqueGaming

"Hardspace : Shipbreaker" - Le travail le plus dangereux de la galaxie

PC Games
Fürth, le 30.05.2022

Hardspace : Shipbreaker" a pu mûrir pendant plus de deux ans en accès anticipé. Le 24 mai, la simulation de science-fiction est enfin sortie sur PC. Nous avons enfilé la combinaison spatiale, attrapé le chalumeau et regardé : Le travail de ramasseur de débris spatiaux est-il amusant ? Ou est-ce un candidat pour le broyeur ?


Ceci est un article de notre partenaire de contenu "PC Games". Tu trouveras ici l'article original de l'auteur David Benke.


Un 1 avec neuf zéros, dix mille fois cent mille ou tout simplement : un bon paquet de fric. Voilà à quel point vous êtes dans la merde au début de "Hardspace : Shipbreaker". Et pendant les 100 heures de jeu à venir, votre mission sera de rembourser cette somme à vos créanciers, dans une lutte épuisante. Ça a l'air très amusant, non ?

On peut bien sûr dire : "Hé, je passe déjà mon temps à travailler, à gagner de l'argent et à sortir du rouge. Je n'ai pas besoin de ça en plus après le travail sous forme de jeu" ! Mais les développeurs de Blackbird Interactive (connus pour leur série de STR Homeworld) emballent la course sans fin dans la roue du hamster capitaliste de manière si attrayante que nous n'avons plus voulu poser la souris et le clavier pendant le test. En effet, vous n'êtes pas assis à la caisse du supermarché, en train de nettoyer les toilettes ou d'essayer de sortir un test de jeu amusant dans le bureau paysager. Vous faites le travail le plus dangereux de tout l'univers, celui de ramasseur de débris spatiaux ! Un métier si dur qu'il pourrait sans problème remplir une série à lui tout seul sur DMAX, à côté de King of Trucks et de la Ruée vers l'or au Yukon.

Cendrillon dans l'espace

"Hardspace : Shipbreaker" se déroule dans un futur lointain où une grande partie du système solaire a été complètement industrialisée et où la Terre est de plus en plus réduite à un dépotoir galactique. Il faut bien sûr des gens pour s'occuper de toute cette ferraille. Et c'est là que vous entrez en jeu ! En tant que nouvel employé de l'énorme LYNX Corporation, votre mission est de démonter les vieux vaisseaux en pièces détachées à l'aide d'une technologie de récupération ultramoderne, de récupérer de précieuses matières premières et de les revendre pour faire du profit.

Euer Laserschneider verfügt über zwei verschiedene Modi: einen zum Verbindungen lösen und einen zum Dinge durchschneiden.
Euer Laserschneider verfügt über zwei verschiedene Modi: einen zum Verbindungen lösen und einen zum Dinge durchschneiden.

Cela semble très simple en théorie, mais c'est en fait presque une science en soi : avant de commencer, vous devez d'abord analyser chaque épave avec le scanner pour voir de quoi elle est faite et où se trouvent les éventuels points faibles. En effet, il est très rare qu'un tel bateau puisse être découpé en tranches en un clin d'œil, comme une oie de Noël.

Vous devez travailler de l'intérieur vers l'extérieur, détacher les points de soudure de la structure de base à l'aide de votre laser, retirer la coque, la découper en petits morceaux, retirer délicatement l'intérieur et jeter le tout dans le four, l'usine de recyclage ou le cargo en attente, en fonction de son état et de sa réutilisation. Selon la devise : les bons dans le pot, les mauvais dans le seau.

Votre fidèle crochet, une sorte de lasso high-tech qui vous permet de tirer des objets à travers l'espace, vous aidera dans cette tâche. Grâce au module d'impact intégré, vous pouvez aussi envoyer des objets loin de vous en faisant du bruit. Vous pouvez aussi utiliser des "connecteurs" pour relier plusieurs morceaux de ferraille entre eux. Cela fonctionne très bien grâce à la simulation physique réussie !

Complètement détaché de la terre

Au début, la physique est aussi votre pire adversaire. En effet, vous évoluez toujours en apesanteur, vous avez donc un rayon de déplacement de 360 degrés. Cela signifie que vous êtes parfois en train de tourner dans le vide, alors que vous vouliez simplement couper un morceau de métal. Vous devez alors vous repositionner correctement avec vos propulseurs. Ou alors, vous êtes accroché à l'écran avec la tête en bas, comme si vous essayiez de regarder une vidéo en format paysage.

Mais une fois que vous avez maîtrisé les commandes un peu compliquées au début, "Hardspace : Shipbreaker" déploie son charme tout particulier et vous plonge dans un flow magnifique, presque méditatif : vous flottez à travers votre dock, vous faites votre truc et vous oubliez un peu l'agitation du monde autour de vous. La collecte de ferraille est incroyablement relaxante et décélérante. La bande-son géniale y contribue également : elle mélange une musique Americana à base de guitares avec des éléments synthétiques futuristes et s'adapte même de manière dynamique à l'action du jeu - par exemple lorsque vous vous cognez la tête.

Le sérieux de la (dé)vie

Mais cette harmonie idyllique ne dure pas éternellement, car à un moment donné, on se rend compte que jusqu'ici, ce n'était que le tutoriel décontracté ! Vous avez donc été protégés pendant tout ce temps. Une fois les roues d'appui enlevées, "Hardspace : Shipbreaker" devient soudain beaucoup plus exigeant et vous confronte à une courbe d'apprentissage croissante.

Der Greifhaken ist ein elementares Spielelement. Ohne ihn geht gar nichts.
Der Greifhaken ist ein elementares Spielelement. Ohne ihn geht gar nichts.

Vous apprenez par exemple que vous ne pouvez pas vous amuser indéfiniment sur une épave, mais que vous n'avez que 15 minutes par poste pour faire le plus de travail possible. Il vaut donc mieux se mettre au travail rapidement ! En outre, vous devez à tout moment surveiller votre santé, l'état de votre combinaison ainsi que votre approvisionnement en carburant et en oxygène. Le manque de souffle est un peu énervant, car vous avez besoin d'une nouvelle cartouche de 0² toutes les deux minutes et vous devez interrompre votre travail pour cela.

Vous trouverez parfois des consommables cachés dans les décombres, mais la plupart du temps vous devrez voler jusqu'à un terminal de magasin proche et y acheter du ravitaillement à la main, à vos frais bien sûr.

Mit dem Scanner könnt ihr euch den Aufbau eines Schiffes näher anschauen.
Mit dem Scanner könnt ihr euch den Aufbau eines Schiffes näher anschauen.

Dans "Hardspace : Shipbreaker", vous êtes facturé pour presque tout, vos immenses dettes ne viennent pas de nulle part : si vous brûlez par mégarde un morceau de carbone au lieu de le recycler, la valeur du matériau est déduite de votre salaire. Vous devez payer un loyer quotidien pour votre équipement.

Oui, même votre propre mort vous coûte de l'argent ! La LYNX Corporation crée alors un clone de vous qui continue à travailler pour elle !

Mort dans l'espace

Et ce processus de clonage peut être vraiment fréquent, car la vie d'un shipbreaker est souvent dangereuse et courte : Vous foncez trop vite sur une poutre en acier ? Vous êtes mort. Vous avez été accidentellement aspiré par l'une des machines de recyclage ? Mort à nouveau. Vous avez oublié de vider le réservoir de carburant d'une épave, qui a explosé sous votre chalumeau ? Eh bien, vous connaissez certainement la réponse.

Dans le niveau de difficulté standard, votre mort n'est pas un problème. Grâce au programme de remplacement de corps EverWork, vous recevrez un nouveau corps à l'infini. Mais dans les niveaux supérieurs, vos respawns sont parfois limités à une trentaine, voire même à la permadeath. Si vous mourez une fois, toute la progression de la campagne est perdue.

En parlant de campagne, celle-ci comprend trois actes qui vous occuperont pendant environ 30 heures. Au cours de celle-ci, vous essayez entre autres d'organiser secrètement un syndicat pour des conditions de travail plus justes, ce que vos patrons ne voient évidemment pas d'un bon œil. Outre quelques cut-scenes isolées, l'histoire ne vous est malheureusement racontée que par des e-mails et de courtes conversations par radio. Celles-ci sont certes entièrement doublées, mais il n'y a pas grand-chose d'autre à voir que quelques boîtes de texte avec des images de personnages correspondantes en bas de l'écran. Mais bon, l'histoire, malgré une bonne dose d'humour et de critique du capitalisme, est de toute façon plutôt secondaire.

Prime à la casse

La grande motivation, la carotte sous le nez, reste le zéro noir sur votre compte en banque. Pour l'atteindre un jour, vous débloquez au cours du jeu de nouveaux outils plus efficaces comme des charges explosives. De plus, vous pouvez réparer, décorer avec des autocollants ou améliorer l'équipement existant sur un établi dans votre modeste maison. En améliorant votre découpeuse laser, vous pourrez également découper des matériaux plus résistants. En améliorant votre combinaison, vous disposerez d'une plus grande réserve d'air dans le vide.

In eurer bescheidenen Hütte könnt ihr euch via Intercom mit anderen Shipbreakern unterhalten. Das treibt die Story voran.
In eurer bescheidenen Hütte könnt ihr euch via Intercom mit anderen Shipbreakern unterhalten. Das treibt die Story voran.

Toutes les adaptations vous coûtent des pièces LYNX, que vous obtenez en remplissant certains objectifs de récupération et en passant au niveau supérieur. Plus vous détruisez de vaisseaux, plus vous gagnez de l'expérience, plus vous montez en grade, ce qui vous donne accès à de nouveaux équipements et vaisseaux. Les croiseurs spatiaux deviennent de plus en plus grands et présentent de plus en plus de dangers. Ceux qui affrontent les réacteurs à fusion instables, les différences de pression ou les méchantes IA de bord, empochent en contrepartie plus d'argent.

Ab einem gewissen Zeitpunkt könnt ihr eure Werkzeuge auch kaufen. Dann bezahlt ihr keine Miete mehr für sie.
Ab einem gewissen Zeitpunkt könnt ihr eure Werkzeuge auch kaufen. Dann bezahlt ihr keine Miete mehr für sie.

Vous pouvez d'ailleurs comparer l'état de votre compte avec celui des autres joueurs dans un highscore global et voir combien de dettes absurdement élevées ils ont déjà pu rembourser. Les chiffres sont toutefois assez décevants. Même le leader de notre classement était encore endetté à hauteur de 700 millions de dollars, il n'en était donc même pas à la moitié.

Quo vadis ?

C'est effectivement l'un des rares points critiques de Hardspace : Shipbreaker : la motivation à long terme. Une fois que vous avez atteint le niveau maximal de 30, que vous avez débloqué tous les outils et tous les types de navires, vous n'avez plus de raisons valables de continuer à jouer.

L'objectif que l'on s'est fixé semble tout simplement impossible à atteindre. De plus, il n'existe que 13 types de navires différents. Ils sont certes générés aléatoirement pour chaque mission, mais ils ont toujours l'air relativement identiques. On se lasse vite de cette bouillie de jaune, de gris et de noir, qui n'est déjà pas la plus belle au début - nous laissons de côté les effets chics pour les chalumeaux et les explosions.

Ensuite, le ramassage de la ferraille devient un peu monotone et répétitif. Même les modes alternatifs comme le jeu libre ou Cutter S.P.U.R.T., dans lequel vous pouvez démonter un navire le plus rapidement possible et partager votre meilleur temps avec le monde, n'y changent rien.

Reaktoren verbreiten nukleare Strahlung. Das verträgt euer Protagonist nicht ganz so gut.
Reaktoren verbreiten nukleare Strahlung. Das verträgt euer Protagonist nicht ganz so gut.

"Hardspace : Shipbreaker" aurait besoin de quelque chose comme le support de mods ou un mode coopératif. Mais selon les déclarations des développeurs, cela ne sera probablement pas le cas. "La simulation physique complexe qui est au cœur de notre démantèlement de navires nécessiterait que nous synchronisions des centaines d'objets flottants simulés physiquement et les réseaux de collisions associés entre les clients. C'est un problème assez difficile", peut-on lire sur Steam. Ou en bref : la technique ne suit pas.

C'est incroyablement dommage, car sinon, "Hardspace : Shipbreaker" est en fait une affaire rondement menée. Le concept de jeu non conventionnel, le gameplay détendu, la physique ingame, la superbe bande-son et la réalisation technique propre font de ce titre une expérience de jeu dans laquelle nous aurions en fait très volontiers passé plus de temps.

Mon nouveau job de rêve !

La fascination exercée par Hardspace : Shipbreaker est difficile à expliquer, certaines personnes ne la comprendront peut-être même pas. Mais naviguer en apesanteur dans l'espace et découper d'énormes vaisseaux spatiaux avec son chalumeau, avec en fond sonore une bande-son atmosphérique de la marque Firefly : Cela a tout simplement quelque chose d'incroyablement relaxant. C'est comme dans beaucoup d'autres simulations de travail de la marque Mudrunner ou Flight Simulator. L'expérience de jeu en soi n'est pas incroyablement passionnante, stimulante ou variée. Mais c'est super pour se changer les idées pendant quelques heures et se distraire du quotidien. Je peux donc personnellement faire abstraction des petits défauts comme le design un peu répétitif ou la maigre motivation à long terme.

Hardspace : Shipbreaker est sorti le 24 mai 2022 sur PC. Sur Steam, le titre coûte 35 euros / 36,9 francs, les utilisateurs du Game Pass peuvent y jouer gratuitement dans le cadre de leur abonnement. Pour l'avenir, les développeurs de Blackbird Interactive ont également prévu des versions pour Playstation 5 et Xbox Series S|X.

Cet article plaît à 11 personne(s)


User AvatarUser Avatar
PC Games
Redaktion

PC Games : actualités, vidéos, avant-premières et tests critiques, reportages approfondis et conseils pratiques sur les jeux PC et les consoles ainsi que sur le matériel PC.


Gaming
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader