Critique de film : Uncharted n'est pas pire

Critique de film : Uncharted n'est pas pire

Luca Fontana
Zurich, le 16.02.2022
Traduction: Anne Chapuis

C'est un projet qui n'a duré « que » 14 ans : le film de la série de jeux vidéo Uncharted veut convaincre avec Tom Holland et Mark Wahlberg dans les rôles principaux. Et il le fait ; à ma surprise.

Personne n'osait plus vraiment l'espérer. Pas après de nombreux reports et cinq réalisateurs ayant quitté le projet. Mais tout vient à point à qui sait attendre. Déjà en 2008, un an après la sortie du premier jeu consacré au malfrat en quête de trésor, la société de développement de jeux vidéo Naughty Dog prévoyait, en collaboration avec Sony, une adaptation cinématographique. Quatorze ans plus tard, le projet, considéré entre-temps comme impossible à filmer, est devenu réalité :

Uncharted voit le jour et n'est même pas aussi mauvais que je le craignais. Bien au contraire.

De quoi parle Uncharted

Nathan, alias Nate, et Sam Drake ne sont pas de simples orphelins. Ils sont censés être les descendants du célèbre pirate Sir Francis Drakes. Rien d'étonnant donc à ce que les deux jeunes se soient non seulement pris de passion pour l'histoire et le passé, mais aient également développé un certain flair pour... le non-respect des règles. Comme lors de leur entrée par effraction dans un musée lorsqu'ils se font pincer. Sam, le frère aîné, doit en assumer les conséquences et quitter le foyer, sans Nate, où vivent les deux enfants.

Des années plus tard, Nate (Tom Holland) est barman à New York et est aussi un pickpocket très doué. Du moins, jusqu'à ce qu'il rencontre un voleur encore plus talentueux : Victor « Sully » Sullivan (Mark Wahlberg). Non seulement ce dernier veut l'engager pour son prochain gros coup, mais il semble en savoir étonnamment long sur le passé de Nate. Et son frère. D'où a-t-il toutes ces informations ? Un mystère. Mais c'est un mystère auquel Nate ne peut pas résister.

L'aventure commence.

L'émancipation d'un film

Il s'agit sans aucun doute de l'une des adaptations de jeux les plus fascinantes de ces dernières années. Après tout, Uncharted a été conçu dès le départ pour ressembler moins à un jeu et plus à une superproduction cinématographique interactive. Nathan Drake se lance régulièrement dans des cascades délirantes qui font même concurrence à Indiana Jones. S'en sortir indemne n'est pas tant une question d'habileté que de mise en scène ; les joueuses et joueurs n'ont qu'à appuyer sporadiquement sur des boutons pendant les scènes cinématiques.

Un concept à succès qui a donné lieu à trois suites et à plusieurs remasters et spin-offs.

Le fait que ce soit précisément ce concept, le passage du grand écran à la console de jeu, qui soit à nouveau traduit sur l'écran a quelque chose du film L'Ironie du sort. Et, comme toujours, la première question qui se pose est d'ordre existentiel : si le jeu est déjà si cinématographique, pourquoi avons-nous encore besoin d'un film ?

Uncharted, le film, veut contourner la question en essayant délibérément de s'émanciper du jeu. Du moins dans la mesure où il ne se contente pas de raconter une à une les histoires des jeux, mais se contente d'emprunter de petits éléments iconiques et de les réinterpréter. Par exemple, la scène dans la vidéo ci-dessus, dans laquelle Nate tombe d'un avion avec sa cargaison. Sauf que dans le film, Nate est encore jeune, qu'il vit sa première grande aventure et qu'il ne se contente donc pas de crier « see ya ! », mais « sorry ! » lorsqu'il laisse un adversaire s'écraser.

Tom Holland joue bien Nathan Drake, mais il faut s'y habituer.
Tom Holland joue bien Nathan Drake, mais il faut s'y habituer.
Photo : Sony Pictures Releasing Switzerland GmbH

L'effet que cela produit sur les spectatrices et spectateurs dépend fortement du point de vue de ces derniers ou de leurs attentes. Ce qui est une nouvelle interprétation pour les uns n'est qu'une imitation bon marché pour les autres. Moi-même fais partie du premier groupe. Aussi parce que les cinéastes ont beaucoup d'amour et de respect pour le matériel source. Cela se voit toujours dans les nombreux easter eggs cachés, qui sautent aux yeux de ceux qui regardent bien.

Un film d'aventure et d'action comme on les aime

En effet, Uncharted atteint son apogée lorsque Nate et Sully traversent des grottes, des cryptes et des églises antiques comme dans les jeux, tout en résolvant exactement les mêmes petites énigmes qui ouvraient porte après porte, tombe après tombe et portail après portail dans les jeux.

La seule nouveauté de ces scènes est la dynamique entre les personnages : Nate et Sully ne se font pas encore confiance. De plus, nous sommes encore bien loin du clown Nathan Drake, bien trop sûr de lui, tel que nous le connaissons dans les jeux. Le Nate de Tom Holland est trop jeune, trop petit, trop chétif pour cela, et sa voix est bien plus aiguë que celle de Nolan North, acteur célèbre pour le doublage de Nate dans les jeux. À côté, le Sully de Mark Wahlberg est moins le malfrat bourru au cœur d'or et plutôt une copie égocentrique de Thomas Crown, qui est un loup solitaire.

Chloe Frazer, introduite dans « Uncharted 2 » et jouée ici par Sophia Ali, est également de la partie 
Chloe Frazer, introduite dans « Uncharted 2 » et jouée ici par Sophia Ali, est également de la partie 
Photo : Sony Pictures Releasing Switzerland GmbH

Je l'admets, cela donne l'impression que rien du tout n'a été gardé du modèle Uncharted. Mais c'est exactement ce que j'entends par « réinterprétation » ci-dessus. On a l'impression que le film Uncharted commence des années avant le premier jeu. Nate n'est pas encore celui que nous connaissons et aimons. Et encore moins sa relation avec Sully, qui est une sorte de figure paternelle dans les jeux. Tout cela est encore à venir. Ou du moins, c'est du moins ce que suggère le film. Enfin je crois. Certains changements de caractère se produisent si rapidement que je ne suis moi-même pas tout à fait sûr de ce qu'ils signifient.

Mais cela a aussi un côté positif. Le fait que le dessin des personnages soit un peu plus éloigné de l'original donne au film un aspect plus autonome. Une fois encore on s'éloigne de l'imitation des jeux. Un risque, qui n'a certainement pas été pris pour le bien de tous les fans d'Uncharted. Mais au plus tard lorsque Nate sort sa fameuse phrase « Oh, crap ! » dans des situations périlleuses, le bon vieux sentiment d'Uncharted revient malgré tout.

Les réalisateurs de Venom, Ruben Fleischer, font mouche en particulier lorsqu'il s'agit de la mise en scène de l'action. C'est surtout dans le dernier tiers que l'on retrouve les moments géniaux et délirants de Nathan Drake, qui ont déjà rendu les jeux si emblématiques. À cela s'ajoutent des répliques entraînantes, des mouvements de caméra propres, une bonne utilisation des effets spéciaux sans en faire trop et, au moins vers la fin, le thème musical des jeux de Nathan Drake. Et voilà, le film d'action est prêt.

Ce sont précisément ces moments qui font la différence dans le film : ils me font aussi oublier pour une fois qu'Uncharted n'est pas une nouvelle franchise cinématographique, mais une adaptation de jeu. Le fait que le film ne réinvente pas le genre aventure ne me dérange pas. Même si Uncharted n'est qu'un divertissement à l'eau de rose qui sera vite oublié, il reste divertissant.

Bilan : le mieux est d'ignorer que le jeu existe

Que vous aimiez ou non la réinterprétation des personnages : il est difficile de s'ennuyer en regardant Uncharted. Dans le contexte actuel de surabondance de superhéros au cinéma, un film qui exploite à nouveau le genre action-aventure fait l'effet d'une bouffée d'air frais. C'est peut-être aussi une autre raison pour laquelle je suis aussi clément à l'égard d'Uncharted.

Àla recherche du légendaire trésor de Magellan.
Àla recherche du légendaire trésor de Magellan.
Photo : Sony Pictures Releasing Switzerland GmbH

Je veux dire, tout ce qui qualifie le genre est présent. On commence par un MacGuffin, ici, un trésor légendaire perdu. Pour le trouver, nos héros parcourent la moitié du monde. Ils ont à leurs trousses une organisation maléfique qui ferait tout pour s'emparer en premier du trésor. Des lieux exotiques et des leçons d'histoire données par Nate pendant la résolution des énigmes sont au programme, tout comme des fusillades, de l'humour et toutes sortes de cascades délirantes.

Rien de tout cela n'est innovant, mais tout est passionnant. Plus vite vous parviendrez à faire abstraction des comparaisons avec le jeu original en le regardant, plus vite vous vous rendrez compte qu'Uncharted est, au fond, un film d'aventure peut-être un peu superficiel et oubliable, mais d'autant plus plaisant. À un moment du film, Sully dit : « Keep'em coming ».

Je suis d'accord. Surtout dans une scène post-crédits comme celle-ci.


« Uncharted » sort en salle le 17 février. Durée du film : 116 minutes.

Cet article plaît à 43 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Vivre des aventures et faire du sport dans la nature et me pousser jusqu’à ce que les battements du cœur deviennent mon rythme – voilà ma zone de confort. Je profite aussi des moments de calme avec un bon livre sur des intrigues dangereuses et des assassins de roi. Parfois, je m’exalte de musiques de film durant plusieurs minutes. Cela est certainement dû à ma passion pour le cinéma. Ce que j’ai toujours voulu dire: «Je s’appelle Groot.» 


Films et séries
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader