Vous n’êtes pas connecté à Internet.
Corporate logo
Home cinémaEn coulisse 749

Sylvester Stallone, du missionnaire au boxeur

Le premier volet du film «Rocky», sorti il y a plus de quarante ans, est l'un des meilleurs longs métrages de tous les temps. Derrière cette œuvre se trouve un homme dont l'histoire, elle-même, mériterait une adaptation au cinéma: Sylvester Stallone.

Sorti en salle en 1976, «Rocky» est un film qui fait la part belle au courage, à la volonté et à la persévérance. C'est l'histoire d'un outsider auquel personne ne croit. Mais il leur prouvera le contraire.

«Rocky», c'est un peu le reflet de la vie de Sylvester Stallone. En effet, en 1976, les débuts de cet acteur ultra célèbre n'ont rien d'un long fleuve tranquille. Sylvester Stallone commence au bas de l'échelle, passe par des périodes où il faillit renoncer, flirte avec la délinquance puis finit par se hisser au sommet.

Voilà à quoi se résume son histoire.

La jeunesse

Né à New York en 1946, Sylvester Gardenzio Stallone est le fils d'une famille d'immigrés italiens. À sa naissance, la moitié inférieure gauche de son visage reste paralysée suite à des complications nécessitant le recours à des forceps causant des lésions nerveuses. Professeurs et amis lui déconseillent de se lancer dans une carrière d'acteur.

Son papa, coiffeur, doit très tôt angliciser leur patronyme d'origine italienne «Staglione» pour ne pas qu'on les confonde avec des membres de la pègre new-yorkaise. Le petit Sylvester, qui souffre de pieds plats, se voit inscrire dans une école de claquettes à l'âge de 4 ans par sa maman, astrologue. En 1955, ses parents divorcent.

Sylvester Stallone, année non connue

Sylvester Stallone grandit dans la banlieue de Philadelphie. Lorsqu'il a 16 ans, sa maman, après avoir vu ses mauvaises notes à l'école, l'oblige à travailler pendant l'été dans son salon de beauté. À sa majorité, Stallone célèbre ses premières victoires au football et fréquente pendant deux ans l'American College of Switzerland à Leysin dans le canton de Vaud. De retour aux États-Unis, il s'inscrit à l'université de Miami et s'essaie à l'écriture.

Les scripts n'ont pas de secret pour lui. Mais à 24 ans, il abandonne les bancs de la fac avant de décrocher son diplôme. Ce qu'il veut, c'est devenir acteur, une décision qui le mènera pratiquement à sa perte et à la délinquance.

L'indigence

En 1970, mû par le désespoir et les problèmes d'argent, Sylvester Stallone décroche le premier rôle d'un film érotique intitulé «The Party at Kitty and Stud’s». Il y incarne le personnage de «Stud», l'étalon en anglais, sa partenaire, celui de «Kitty», petite chatte. Dans de nombreux pays, ce film s'intitule «L'Étalon italien», un nom que Stallone reprend dans «Rocky».

La bande-annonce de ce film érotique est diffusée en 1970.

Le tournage du film «The Party at Kitty and Stud's» dure deux jours. Stallone touche un cachet de 400 dollars, ce qui est bien maigre. Quelques semaines plus tôt, il est expulsé de son appartement pour défaut de loyer. Il passe plus de trois semaines dans la rue, près d'un arrêt de bus du Port Authority Bus Terminal à New York, avant de voir une annonce pour un rôle dans un film érotique. Des années plus tard, il déclare dans le numéro de septembre du magazine Playboy:

Je crevais la dalle. J'étais au bout du rouleau. Quand on a faim, on serait prêt à faire n'importe quoi. Pour moi, c'était soit ça, soit détrousser quelqu'un.
Sylvester Stallone, magazine Playboy, septembre 1976

En 1972, sa situation ne s'arrange pas. Bien au contraire. Il a 26 ans, il est fauché, possède deux paires de pantalons qui lui vont à peine, des chaussures trouées et des rêves de réussite «aussi loin que le soleil».

J’avais mon chien Butkus, mon meilleur ami, mon confident, qui riait toujours de mes blagues et qui me remontait le moral et qui était la seule chose vivante qui m’aimait comme j’étais.
Sylvester Stallone, Instagram, mars 2017

Peu de temps après, il est forcé de se séparer de Butkus, car il ne peut plus se permettre de le nourrir. Il fait alors le pied de grue pendant des jours devant une supérette jusqu'à ce que quelqu'un veuille bien le lui acheter. Il sera vendu pour 50 dollars seulement.

Sylvester Stallone et Butkus, 1972

Stallone touche le fond.

Le combat

Changement de scène: le combat pour le titre entre Chuck Wepner et Muhammad Ali a lieu en mars 1975. Wepner n'a pas la réputation d'être un dur à cuire. Ses combats se soldent en général par un visage ensanglanté. Il perd en général, mais le public l'aime pour sa détermination. Il l'aime tellement qu'on lui promet même un combat contre Ali.

Tout le monde est convaincu qu'il ne pourra pas tenir trois rounds. Wepner ne l'entend pas de cette oreille et s'isole pendant neuf semaines pour s'entraîner. Lors du combat contre Ali, il tient bon, à la grande surprise de tous: au neuvième round, il envoie la légende au tapis d'un puissant crochet du droit en plein dans les cotes. L'arbitre compte pourtant Ali. Ce boxeur de seconde zone aurait-il battu le champion du monde?

Minute 4:50. Le moment où Ali essuie, pour la troisième fois dans sa carrière, un knockdown, et contre un boxeur de seconde zone qui plus est.

Ali se ressaisit au moment où le compte de l'arbitre arrive à 7. Le combat continue. Au quinzième et dernier round, Wepner perd par knowckout technique. En dépit de cette énième défaite, il parvient à s'extirper du ring seul la tête haute. Du jour au lendemain, Wepner est propulsé au rang de star et conquiert le cœur du public.

Wepner contre Ali

Assis dans le public, Stallone assiste à ce combat mémorable qui l'inspire tellement qu'il termine le script de «Rocky» trois jours plus tard. En gros, il remplace les noms de Muhammad Ali et Rocky Balboa par Apollo Creed et Chuck Wepner.

L'œil du tigre

Stallone essaie de vendre son scénario à des studios de cinéma avec lui en haut de l'affiche. La société de distribution et de production United Artists lui propose la somme de 125 000 dollars avec Burt Reynolds ou Robert Redford dans le rôle principal.

Burt Reynolds, 1976
Robert Redford, 1976

Stallone décline l'offre malgré ses soucis financiers. Il veut jouer le rôle principal lui-même. Le studio augmente alors son offre qui passe à 325 000 dollars. Il ne démord pas.

Le studio finit par céder, mais à une seule condition: Stallone doit accepter un cachet de 35 000 dollars. Stallone est d'accord, et réussit à obtenir une part de dix pour cent sur les résultats du box-office.

Le destin semble enfin jouer en sa faveur. Pour Stallone, il reste encore une plaie ouverte. À peine signe-t-il le contrat – et avant même le lancement du tournage – qu'il retrouve la personne à qui il avait vendu son chien afin de le récupérer contre la somme de 3000 dollars. Le film est ensuite tourné avec un budget d'un million de dollars seulement en 28 jours, et Butkus fait même une apparition.

Sylvester Stallone et Butkus, 1976

La légende

«Rocky» marque un tournant dans l'histoire du cinéma. Il engrange plus de 225 millions de dollars. Le film reçoit 10 nominations aux Oscars, Stallone est nommé à la fois pour l'Oscar du meilleur acteur et celui du meilleur scénario original. «Rocky» se voit également décerner trois nominations dans les catégories «Meilleur film», «Meilleur réalisateur» et «Meilleur montage». Près de quarante ans plus tard, Stallone est à nouveau nommé, mais cette fois-ci pour l'«Oscar du meilleur acteur dans un second rôle» dans le film «Creed: L'héritage de Rocky Balboa» où il joue le rôle de Rocky Balboa.

Il y a une scène qui restera gravée dans les mémoires collectives: Rocky gravissant les marches du Philadelphia Museum of Art, avec, en musique de fond, le titre phare de Bill Conti. Arrivé au sommet, il tend les poings vers le ciel, geste symbolique représentant l'apogée de son entraînement. Dans le troisième volet de la série, une statue à l'effigie de Rocky est érigée. Cette dernière doit être enlevée à l'issue du tournage. Les habitants de la ville refusent.

Rocky fait partie de Philadelphie. Philadelphie fait partie de Rocky.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

<strong>OLED vs. QLED</strong>: combat technologique
Home cinémaEn coulisse

OLED vs. QLED: combat technologique

Yeah, science: le <strong>fonctionnement des OLED</strong>
Home cinémaEn coulisse

Yeah, science: le fonctionnement des OLED

<strong>Micro LED vs. OLED</strong>: qui sera le gagnant?
Home cinémaEn coulisse

Micro LED vs. OLED: qui sera le gagnant?

User

Luca Fontana, Zurich

  • Editor
Vivre des aventures et faire du sport dans la nature et me pousser jusqu’à ce que les battements du cœur deviennent mon rythme – voilà ma zone de confort. Je profite aussi des moments de calme avec un bon livre sur des intrigues dangereuses et des assassins de roi. Parfois, je m’exalte de musiques de film durant plusieurs minutes. Cela est certainement dû à ma passion pour le cinéma. Ce que j’ai toujours voulu dire: «Je s’appelle Groot.»

Commentaires 7

3000 / 3000 caractères

User l.ridolfo

Danke Luca. Ein sehr schöner Bericht. Eine Geschichte die zeigt, das man nie aufgegen sollte. Luigi

29.11.2018
User Captcha

Schöner Artikel. Habe diese Geschichte vor Jahren mal gelesen. Eine unglaubliche Geschichte, die schon selbst einen Film wert wäre.

29.11.2018
User Atalantanaa

Journalistische Champions League - der reisserische Titel ist ja mal ein Eye-Catcher ;).

Sehr gut geschrieben; ich habe die Filme bisher nie gesehen, werde das aber nach dem Lesen dieses Artikels nachholen. Klingt sehr spannend und ich denke, dass eine Verfilmung von Stallones Leben (ob jetzt Spielfilm oder ehe Doku mässig) sehr spannend wäre.

Danke!

29.11.2018
User Anonymous

Rocky 1-4 haben mir sehr gut gefallen danach ging es bergab.

01.12.2018
Répondre
User Anonymous

Interessanter Bericht. Im Gegensatz zu Jean-Claude Van Damme und Steven Seagal die nur noch Unterirdische Filme machen, ist Sylvester Stallone auch weiterhin erfolgreich.

01.12.2018
User Anonymous

sehr guter Schreibstil! - quasi der Rocky als Editor - :-)

29.11.2018
User simon.laube

wepner hat stallone übrigens später verklagt weil dieser sein leben verfilmte ;)

30.11.2018