Le maestro s'en est allé : Ennio Morricone est décédé
Nouveautés + tendancesAudio & Home cinéma

Le maestro s'en est allé : Ennio Morricone est décédé

Luca Fontana
Zurich, le 06.07.2020
Traduction: Anne Chapuis
Ennio Morricone, le légendaire compositeur de films d'œuvres célèbres telles que « Le Bon, la Brute et le Truand » et « Il était une fois dans l'Ouest » s'est éteint.

Ennio Morricone est mort.

La triste nouvelle a été apportée au monde par Giorgio Assumma, l'avocat de la famille. Selon le rapport, le légendaire compositeur de films est décédé dans une clinique romaine dans la nuit de dimanche à lundi. Une complication survenue après une chute de la semaine dernière a entraîné sa mort.

Jusqu'au tout dernier moment, Morricone a été « complètement lucide » et « d'une grande dignité », selon l'avocat. Morricone, dont les œuvres les plus célèbres comprennent la musique de film pour « Il était une fois dans l'Ouest » et « Le Bon, la Brute et le Truand », a eu 91 ans.

Ennio Morricone, le maestro

Avec ses énormes lunettes à monture de corne, Ennio Morricone était souvent sous-estimé. En fait, le maestro – comme il a toujours été surnommé – a composé la musique de plus de 500 films. Le modeste Italien a toujours gardé les pieds sur terre : malgré les nombreuses offres alléchantes de Hollywood, dont une villa gratuite, il n'a jamais quitté sa ville natale, Rome.

Ennio Morricone en 2013 lors d'une représentation orchestrale de sa musique de film
Ennio Morricone en 2013 lors d'une représentation orchestrale de sa musique de film
Wikimedia Commons / CC BY-SA 2.0

Il y est né en 1928. Sa passion, c'est d'abord et avant tout le football. Surtout l'AS Roma, son club préféré. C'est une passion que le père et musicien Mario Morricone ne pourra jamais comprendre. Après qu'Ennio ait écrit sa première composition à l'âge de six ans – Mario a appris très tôt au petit Ennio à jouer de plusieurs instruments – il l'oblige même à entrer à l'Académie nationale de Santa Cecilia. Il y suivra des cours de trompette sous la direction d'Umberto Semproni.

En 1940, à l'âge de 12 ans, Morricone entre officiellement au conservatoire. Il décide d'y suivre un programme d'harmonie de quatre ans et le termine en six mois. Pendant ce temps, Morricone étudie la trompette, la composition et la musique chorale. Plus tard, Morricone consacrera toujours ses morceaux de concert à son plus grand mécène, ami et modèle, Goffredo Petrassi.

Dans les années 1940, Morricone a été choisi pour faire partie de l'orchestre de l'opéra dirigé par le pianiste et chef d'orchestre Carlo Zecchi lors d'une tournée en Vénétie. Adolescent, Morricone se produit également dans les bars et les cafés, et joue du jazz et de la bossa-nova – la musique préférée des Italiens à l'époque – à Rome, qui était occupée par les troupes allemandes. Lorsque les soldats allemands venaient au restaurant, Morricone changeait simplement de registre.

Ennio Morricone et Augusto De Luca, un photographe
Ennio Morricone et Augusto De Luca, un photographe
Wikimedia Commons / CC BY-SA 2.0

Morricone a affiné son art de la composition, surtout dans les années 50 à la radio italienne. Néanmoins, le Romain n'a jamais aspiré à une carrière de compositeur de musique classique. Des années plus tard, il dira qu'il n'y a pas assez d'argent à gagner.

Néanmoins, il a acquis très tôt une bonne réputation de maître de la musique légère. Ses compositions seraient fraîches, facilement mémorables sans être banales pour autant. Morricone écrit d'innombrables tubes. Parmi eux, de la musique de fête et des morceaux sirupeux ; des compositions peu spirituelles, en partie idiotes ou kitsch. Tel un fou, il cite ses compositeurs préférés, Beethoven et Bach, inclus des bruits bizarres et traite les voix humaines comme des instruments.

Un avant-goût de son futur style de musique de film, qui allait faire fureur dans le monde entier.

Ennio Morricone et Pour une poignée de dollars

En 1961, Ennio Morricone a écrit sa première musique de film pour la satire de guerre « Il federale » de Luciano Salt. En même temps, il rejoint le « Gruppo di Improvvisazione di Nuova Consonanza ». Un groupe avant-gardiste d'improvisation qui utilise tout ce qui est « anti-musical ». Ou pour le dire autrement : ils ne veulent pas produire de sons normaux, mais des sons inhabituels qui ne sont pas les sons qui sortent traditionnellement des instruments.

C'est ce style inhabituel qui apporte à Morricone la recommandation d'un producteur qui change sa vie. En 1964, Sergio Leone rencontre le compositeur. Pendant la réunion, Leone raconte à Morricone, stupéfait, qu'ils sont allés à la même école. Qu'ils étaient même assis dans la même rangée. Il sort une photo comme preuve.

La raison de leur rencontre : un western. Le genre est populaire, mais seuls quelques films ont connu le succès en Europe. Les westerns italiens retombent directement dans l'insignifiance de l'histoire du cinéma. Au mieux. Mais Leone a d'autres plans. Les thèmes communs des westerns américains, comme la colonisation des terres ou la guerre contre les Amérindiens, ne l'intéressent pas. Il veut plutôt s'orienter aux œuvres du réalisateur japonais Akira Kurosawa. Remplacez le guerrier samouraï stoïque par un tireur d'élite cynique et l'élégance de l'épée par une adresse au tir surhumaine.

Morricone est d'accord. Le thème principal est censé être une œuvre du maestro qui existe déjà depuis neuf ans. Elle doit être réorganisée et complétée par une personne sifflant. Comme je disais, inhabituel.

« Pour une poignée de dollars » ne marque pas seulement le début de la trilogie Dollar et du western spaghetti, c'est aussi la percée internationale de Morricone. Sergio Leone est tellement enthousiasmé par son compositeur qu'il ne ferait jamais un autre film sans son maestro. Parmi eux, le dernier volet de la trilogie Dollar, publiée en 1966 : « Le Bon, la Brute et le Truand », dont le thème principal est probablement l'œuvre la plus célèbre d'Ennio Morricone.

La musique de film de Morricone est décrite par les critiques comme « un serpent à sonnette dans un tambour ». Car le maestro romain ne mise pas toujours sur le grand orchestre dans la tradition classique. Il se rabat souvent sur la guimbarde, la guitare électrique, la harpe ou la flûte de Pan. Des sifflements, des cris, des claquements de fouets, des hurlements de coyotes, des cris de hiboux et des coups de pistolet font également partie intégrante de ses compositions.

Aucun autre compositeur n'a autant façonné le monde musical du western qu'Ennio Morricone.

La longue attente d'Ennio Morricone pour l'Oscar

L'Academy, qui décide qui est nominé pour quel Oscar et qui le remporte, met beaucoup trop de temps à apprécier la musique de Morricone à sa juste valeur. Jusqu'en 2007, il ne sera nominé que cinq fois. Les représentants les plus conservateurs n'aiment guère les sons novateurs de Morricone. Surtout pendant les années 60 et 70. La statuette en or est donc toujours emportée par d'autres.

Il faudra attendre 2007 pour que Morricone reçoive un Oscar honorifique pour l'œuvre de sa vie – un titre honorifique. Sa performance est néanmoins légendaire. Un exemple de sincérité, de gratitude et d'humilité émouvante. Car la première chose que fait l'homme ayant écrit la musique d'œuvres indépendantes des westerns italiens comme « Les Incorruptibles », « La Légende du pianiste sur l'océan » ou « Cinema Paradiso », est de s'incliner profondément devant les applaudissements tonitruants du public.

Alors, le maestro, qui préfère laisser la musique parler d'elle-même plutôt que les mots, est tellement ému qu'il n'arrive presque pas à parler. Trop souvent, sa voix lui fait défaut. Les acteurs et actrices présents, véritables maîtres des émotions, peuvent eux-mêmes difficilement retenir leurs larmes.

Tout d'abord, il remercie ceux qui lui ont souhaité ce prix au cours de ses presque 60 ans de travail créatif. Puis il remercie les réalisateurs, qui lui ont offert la liberté de créer une musique adaptée au film, au réalisateur et au public, sans pour autant renoncer à sa propre idée de la musique. Et enfin, la dédicace et les remerciements à sa femme, Maria Travia, qu'il a toujours considérée comme la plus haute instance de censure : ce n'est que lorsqu'elle aimait une œuvre que Morricone l'envoyait aux producteurs.

En 2015, l'Academy lui décernera enfin un prix pour une composition concrète : « The Hateful Eight » (Les Huit Salopards) de Quentin Tarantino. Un retour au western. Une boucle qui se boucle. Mais, âgé entre temps de 87 ans il pensait même ne pas venir à la cérémonie de remise des prix ; trop souvent, il a été déçu par l'Academy.

Comme on s'y attend, Morricone, dont le regard semble d'abord grincheux, mais ensuite chaleureux, il dédie l'Oscar à sa femme Maria. Après tout, il n'est pas si facile de tenir si longtemps à ses côtés, ajoute le maestro avec sa malice habituelle.

Maintenant, il s'est tu.

Ciao, Ennio Morricone. Puisses-tu reposer en paix.

Image titre : Wikimedia Commons / CC BY-SA 20

Cet article plaît à 52 personne(s)


Luca Fontana
Luca Fontana

Editor, Zurich

Vivre des aventures et faire du sport dans la nature et me pousser jusqu’à ce que les battements du cœur deviennent mon rythme – voilà ma zone de confort. Je profite aussi des moments de calme avec un bon livre sur des intrigues dangereuses et des assassins de roi. Parfois, je m’exalte de musiques de film durant plusieurs minutes. Cela est certainement dû à ma passion pour le cinéma. Ce que j’ai toujours voulu dire: «Je s’appelle Groot.»

Audio & Home cinéma

Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser