Critique

Critique de série : « Star Wars : Visions » : une fabuleuse expérience !

Luca Fontana
21.09.2021
Traduction: David Berthold

Les « Star Wars » en version animée ? C’est parfois bien et parfois non. C’est précisément ce qui rend « Star Wars : Visions » si attrayant. On a ici affaire à une expérience. Une expérience qui ose prendre des risques.

Il n’y a aucun spoiler dans cette critique. Vous ne lisez que ce que l’on sait des bandes-annonces qui sont déjà sorties.


Ce n’est pas le projet habituel de Disney qui consiste à exploiter la saga Star Wars jusqu’au bout. Le concept n’est pas adapté aux masses. Trop d’attention portée aux détails. Car dans « Star Wars : Visions », ce n’est pas Lucasfilm qui gère, mais sept studios d’animation japonais qui produisent neuf courts ménages d’animation. Ils se déroulent tous dans l’univers de Star Wars.

Et il n’y en a pas deux qui se ressemblent.

Un choix osé ? Absolument. Satisfera-t-il tous les fans de la saga Star Wars ? Peut-être pas. Certains vont s’en plaindre, d’autres adorer. C’est précisément cette dichotomie qui rend « Star Wars : Visions » si attrayant.

Une multitude de styles

Ce n’est pas que les animés n’ont pas un grand public en dehors de leurs racines asiatiques. Le public occidental des animés n’est cependant pas vraiment très important. Pas encore... surtout aux États-Unis. Et pourtant, il est là, « Star Wars : Visions ».

En quoi consiste exactement ce film ?

Comme pour « Animatrix » dans le passé, il s’agit d’une anthologie. Il y a neuf courts métrages, tous d’une durée de 10 à 15 minutes. Ces derniers ne se construisent pas les uns sur les autres, mais racontent une histoire autonome. Parfois génial, parfois sympa, parfois correct et parfois vraiment mauvais.

Par exemple l’épisode du studio Trigger, « Les Jumeaux ».

«Les Jumeaux », Studio Trigger
«Les Jumeaux », Studio Trigger
Disney+

Il est visuellement trop criard, beaucoup trop dense et ridiculement pompeux. Les jumeaux, que les créateurs ont manifestement inspirés de Luke et Leia, se battent pour un puissant cristal Kyber, la source de la puissance de chaque sabre laser. L’idée est passionnante, mais la production chaotique et les dialogues, qui oscillent en permanence entre citations punchlines et platitudes : « T’as raison ! N’essaie pas ! Fais-le ou ne le fais pas ! Il n’y a pas d’essai ! ». Vlan dans la face !

Le contraste est saisissant avec « Le Duel » du studio d’animation Kamikaze Douga. Il s’agit d’une confrontation entre un Jedi défendant un village sans défense et un Sith l’attaquant.

« Le Duel », Studio Kamikaze Douga
« Le Duel », Studio Kamikaze Douga
Disney+

« Le Duel » est tout simplement fantastique. Pas seulement au niveau de l’histoire, mais aussi visuellement. Tout d’abord, parce que l’histoire pourrait tout aussi bien être un duel entre deux samouraïs dans le Japon féodal qui portent des sabres laser. Il y a même un astromech avec un chapeau de paille assorti. Mais il y a aussi le style dessin réussi : noir et blanc, sauf pour les explosions et les sabres laser. Les traits de crayon stylisés sont délibérément non dissimulés. Cela donne à l'épisode un aspect brut, tout comme le duel.

« Le Duel » s’inspire manifestement des vieux films de samouraïs d’Akira Kurosawa, tout comme le créateur de « Star Wars » : George Lucas s’est lui-même fortement inspiré des films de samouraïs en noir et blanc de la légende des réalisateurs japonais. L’idée de raconter l’histoire de « Star Wars » du point de vue de C-3PO et R2-D2, deux personnages mineurs, vient par exemple de « La Forteresse cachée ».

Ensuite, il y a les Jedi, très proches des Samouraïs au niveau de l’apparence, de philosophie et d’armement ; au lieu de katanas, ils portent des sabres laser futuristes, des images symboliques au moins aussi iconiques qui représentent la force et la supériorité.

« Le neuvième Jedi » de Production IG va exactement dans la même direction. L’histoire est née de deux grandes idées indépendantes qui n’ont été combinées que plus tard en une seule histoire.

L’une d’elles portait sur un forgeron de sabres laser à la recherche des Jedi, qui avaient disparu et étaient désormais considérés comme un mythe, afin de leur donner leurs armes emblématiques. De cette manière, ils doivent s’opposer au côté obscur croissant du pouvoir. Dans l’autre idée, huit personnes se réunissent et doivent découvrir, d’une part, dans quelle mesure elles sont réellement capable de maîtriser le pouvoir et, d’autre part, si elles peuvent se faire confiance.

Le résultat ? Un récit visuellement impressionnant, beaucoup plus propre et plus clairement dessiné que les autres épisodes.

Est-ce encore « Star Wars » ?

C’était trois épisodes. Les détailler tous individuellement dépasserait le format de cet article. Mais : « La Mariée du village » est d’une mélancolie déchirante. J’ai beaucoup aimé. « T0-B1 » m’a en revanche paru un peu trop enfantin et trop proche de « Les Supers Nanas ». « Le Duel » et « Lop & Ocho » sont par contre géniaux.

J’aime ce mélange créatif. Néanmoins, je peine à me sentir véritablement dans l’univers de « Star Wars ». Cela n’est pas dû au support, l’animé, mais bien plus aux histoires : elles n’ont absolument rien à voir avec les films ou les séries. Rien ni personne ne fait référence aux contenus précédents. Le moment et l’endroit où les histoires se déroulent historiquement sont rarement clairs. Même les planètes ou les lieux déjà connus ne sont pas recyclés comme décors, à la seule exception de l’épisode plutôt faible « Tatooine Rhapsody » du Studio Colorido.

Cependant, je trouve ce changement bienvenu : « Star Wars » ne doit pas se limiter à l’histoire de la famille Skywalker.

« Tatooine Rhapsody », Studio Colorido
« Tatooine Rhapsody », Studio Colorido
Disney+

En fait, « Star Wars : Visions » réussit ce dont je doutais au départ : se démarquer des autres films et séries de la saga. Elle cherche à se distinguer. À aucun moment on ne peut parler d’un manque ou de recyclage d’idées. Chacun des sept studios japonais a profité de cette liberté de création pour laisser ses artistes , dont le talent ne fait aucun doute, « faire ce qu’ils veulent », même si le résultat peut nous faire bondir, nous, les fans hardcores de « Star Wars ».

Cette approche « hit-and-miss » Le fait que quelques épisodes puissent ne pas plaire est un atout, pas une faiblesse. C’est une preuve de cran, de courage, du goût du risque. Le communiqué de presse parle d’une « sensibilité japonaise unique ». J’avais craint du pur bla-bla marketing.

À tort.

Bilan : une expérience concluante.

Sept studios de cinéma. Neuf courts métrages. Il n’y en a pas deux qui se ressemblent le moins du monde. On vise parfois un public adulte et désenchanté, parfois un public plus enfantin et mignon. Bien souvent, le seul indice qu’une histoire se déroule dans l’univers de « Star Wars » réside dans la mention de la Force , la vue d’un sabre laser , l’apparition d’un chasseur TIE , ou d’un Destroyer Stellaire , rarement tous ensemble. En dehors de ces éléments, presque rien de directement lié aux films et aux séries.

  • En coulisse

    Star Wars Visions: Das sind die Studios hinter dem Jedi-Anime

    par Dominik Bärlocher

Tout le monde ne l’aimera pas. « Star Wars : Visions » possède un grand pouvoir de division. Pas de façon involontaire comme dans « Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi », mais avec des choix assumés. Je n’aurais pas cru Disney capable d’une telle audace.

C’est la raison pour laquelle je célèbre cette nouvelle interprétation de « Star Wars ».


« Star Wars : Visions » est diffusé sur Disney+ à partir du 22 septembre. Tous les épisodes seront publiés en même temps.

Cet article plaît à 43 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Vivre des aventures et faire du sport dans la nature et me pousser jusqu’à ce que les battements du cœur deviennent mon rythme – voilà ma zone de confort. Je profite aussi des moments de calme avec un bon livre sur des intrigues dangereuses et des assassins de roi. Parfois, je m’exalte de musiques de film durant plusieurs minutes. Cela est certainement dû à ma passion pour le cinéma. Ce que j’ai toujours voulu dire: «Je s’appelle Groot.» 


Films et séries
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader