CritiqueGaming

« Way of the Hunter » à l'essai : cette simulation de chasse demande beaucoup de patience

Philipp Rüegg
Zurich, le 12.08.2022
Traduction: Alassane Ndiaye

Passer des heures à se faufiler ou à rester immobile ne semble peut-être pas très excitant, mais « Way of the Hunter » parvient à m'enthousiasmer, même moi qui n'aime pas les simulations. Si seulement tout cela ne demandait pas autant de patience.

Je suis là. Dans l'herbe jusqu'à la taille, sur une petite colline au milieu de la forêt. Immobile. Depuis presque une heure. Et ce cerf blanc stupide, ou quel que soit son nom, ne se montre tout simplement pas. Comme s'il savait que je me battais avec le peu de motivation qui me restait. J'ai pourtant tout fait correctement, repéré un abreuvoir au bord de la rivière et attendu le bon moment de la journée. Je me suis positionné contre le vent pour que les animaux ne me sentent pas, à une distance sûre pour un tir propre. Je pense que j'aurais de meilleures chances de tuer un animal sauvage dans la vraie nature, malgré des résultats misérables au tir obligatoire à 300 mètres. La simulation de chasse Way of the Hunter demande de la patience, beaucoup de patience.

Il est facile d'explorer la région depuis les perchoirs.
Il est facile d'explorer la région depuis les perchoirs.

Un jeu pour ralentir

Way of the Hunter se compose de deux zones de plus de 140 kilomètres carrés chacune. Seul ou avec jusqu'à sept amis, je peux partir à la chasse sur la côte nord-ouest du Pacifique, respectivement en Transylvanie. La campagne m'initie ainsi progressivement à la vie de chasseur grâce à différentes quêtes. Au début, j'abats tant bien que mal quelques blaireaux et faisans, puis des cerfs, des élans et même des ours viennent s'ajouter à la liste.

Le jeu me prend certes par la main, mais dès la deuxième mission, ce n'est déjà plus une promenade de santé. Donc, en quelque sorte, oui, parce que je dois laisser la voiture si je ne veux pas effrayer toute la forêt. On continue donc à pied jusqu'à la zone indiquée sur la carte. D'ailleurs, je peux oublier les courses. Apparemment, mon avatar piétine si bruyamment dans la forêt que même les animaux à l'autre bout de la carte prennent leurs jambes à leur cou. Mais le rythme lent a aussi ses avantages. Je peux ainsi admirer le monde incroyablement détaillé conçu par le studio slovaque Nine Rocks Games.

Grâce à l'alternance dynamique jour/nuit et aux différents effets météorologiques, un panorama époustouflant s'offre à chaque moment de la journée. Même les animaux, lorsque j'en vois un, bougent de manière réaliste et pointent leurs oreilles lorsque je suis trop impatient pour me faufiler. La version PC que j'ai testée, au niveau de détail le plus élevé et en résolution 4K, a fait tourner mon PC à plein régime. Mais comme il n'est pas question de réflexes rapides dans Way of the Hunter, il se joue aussi merveilleusement bien à 40 fps.


Visuellement, le jeu est un régal pour les yeux.
Visuellement, le jeu est un régal pour les yeux.

Sur le chemin du terrain de chasse, je trouve les premières traces grâce à mon esprit chasseur. Cet esprit peut être activé en appuyant sur un bouton. Les traces de pas, les crottes, les taches de sang ainsi que les lieux de pâturage, de couchage et d'abreuvement sont ainsi mis en évidence par des couleurs. Ceux qui préfèrent une approche plus réaliste et qui recherchent encore plus de décélération peuvent désactiver partiellement ou complètement cette fonction. Je ne suis pas masochiste à ce point. Mais ce qui me dérange, c'est que l'esprit chasseur assombrit l'ensemble de l'image. Si, comme moi, vous l'avez pratiquement toujours activé, il y a un voile constant sur le jeu. Il n'y a rien à faire.

En tout cas, le jeu m'informe que les traces proviennent du cerf mulet, que je cherche. Ce que le jeu ne me dit pas, c'est dans quelle direction elles mènent. Heureusement, même moi je sais reconnaître l'avant et l'arrière d'un sabot de cerf. Contrairement aux empreintes du blaireau : cela pourrait aussi être un Kandinsky gravé dans la boue. Mais pour la mission de chasse actuelle, la recherche d'indices n'est de toute façon pas nécessaire, car le lieu de destination est marqué sur la carte, comme nous l'avons mentionné. Plus tard, je dois trouver moi-même les habitats de mes proies.

La couleur du sang révèle l'endroit où l'animal a été touché.
La couleur du sang révèle l'endroit où l'animal a été touché.

Lire d'abord, tirer ensuite

Je laisse néanmoins l'esprit chasseur actif, car il permet aussi d'identifier les bruits d'animaux. Sans cette aide, je serais perdu. En effet, il est difficile de les repérer à l'œil nu. Dans la zone balisée, je m'enfonce lentement dans les fourrés jusqu'à ce que je repère un troupeau de cerfs se trouvant à 250 mètres, grâce à mon esprit chasseur. Mon super capteur m'indique également le sexe de l'animal et son état de santé. On passe alors rapidement du calme à l'effroi. Vraiment ! J'étais pourtant si silencieux. Complètement inadapté à la chasse, je poursuis avec frustration les animaux qui s'enfuient en tirant deux balles. Mais même si j'avais touché quelque chose, ça n'aurait pas servi à grand-chose.

Way of the Hunter accorde une grande importance au réalisme. Pour obtenir un bon prix de vente pour un animal abattu, ou même pour l'empailler et l'exposer dans mon lodge, je dois l'atteindre proprement. La plupart du temps, une balle dans le cœur ou les poumons suffit. Une balle dans la tête est considérée comme contraire à l'éthique. Il est pratiquement impossible de toucher proprement un animal qui court. Outre la précision de la frappe, la vitesse d'impact compte également. Elle résulte du type de fusil et de la distance. Je trouve toutes ces informations dans l'encyclopédie, ainsi que les cycles de repos, d'alimentation et d'abreuvement. Si je me précipite aveuglément dans la forêt, je peux tout au plus admirer quelques pommes de pin.

Il vaut la peine de consulter l'encyclopédie avant de partir à la chasse.
Il vaut la peine de consulter l'encyclopédie avant de partir à la chasse.

Comme ma proie a pris la poudre d'escampette, je retourne sans plus attendre au lodge. Cela réinitialise généralement la position des animaux et je peux recommencer le petit jeu. Il me faut cinq tentatives en tout et les 250 derniers mètres, je me faufile en rampant vers mon objectif. Je prends l'air, ou plutôt j'appuie sur la touche Shift, je vise le cœur et j'appuie sur la gâchette. Le troupeau s'enfuit, mon cerf aussi, malheureusement. Cependant, il boite. Je l'ai donc touché, mais pas proprement, sinon il aurait basculé sur place. Heureusement, il se trouve dans un champ ouvert, je n'ai donc pas à suivre longtemps les traces de sang. Enfin. Mon premier vrai tir. En revendiquant la proie, je vois dans une jolie animation 3D aux rayons X où ma balle a touché l'animal

Après qu'un animal a été abattu, je vois où il a été touché et à quelle vitesse la balle a frappé.
Après qu'un animal a été abattu, je vois où il a été touché et à quelle vitesse la balle a frappé.

Je pourrais maintenant préparer l'animal abattu et l'installer dans le lodge. Je sais bien que les chasseurs contribuent aussi à la protection de la nature, mais l'exhibition d'animaux me répugne quelque peu, même virtuellement. La décoration de sa propre maison est heureusement facultative.

Une dose de jeu de rôle pour les joueurs comme moi

Une fois la quête terminée, je peux accepter de nouvelles missions. Quelqu'un voudrait du foie gras. Parce que le foie gras est une cruauté envers les animaux, cette personne veut que je chasse quelques oies sauvages. Ces missions ou autres abattages me permettent de gagner de l'argent, avec lequel je peux acheter de nouvelles armes, des lunettes de visée ou des appeaux. Des éléments de jeu de rôle supplémentaires sont disponibles grâce aux « avantages ». Je les active en effectuant différentes activités suffisamment souvent. Par exemple, si j'ai rampé sur trois kilomètres, j'ai droit à un bonus grâce auquel je me déplacerai à l'avenir 15 % plus silencieusement. Si je touche dix fois un cœur ou une artère avec un fusil à verrou chambré, je peux retenir ma respiration 25 % plus longtemps. Ce genre de choses est parfait pour quelqu'un comme moi, qui a toujours besoin d'un peu de motivation dans les simulations. Car je ne suis pas encore vraiment en harmonie avec Way of the Hunter.

Pourtant, ce n'est pas ma première incursion dans le monde des simulations de chasse. J'ai essayé The Hunter : Call of the Wild il y a cinq ans avec un vrai chasseur. Les leçons de l'époque semblent s'être estompées depuis longtemps. Je suis trop impatient. Même si je règle le jeu sur facile, les animaux s'enfuient constamment. Peu importe mes efforts. Ce qui nous ramène à la chasse au cerf blanc du début.

Assis ou debout, je ne peux pas toucher les animaux autrement.
Assis ou debout, je ne peux pas toucher les animaux autrement.

Entre-temps, j'ai même déballé un livre. UN VRAI LIVRE. Je l'utilise comme lecture d'attente pendant que je m'allonge sur le canapé et que je scrute de temps en temps la télévision à la recherche de signaux d'animaux. J'essaie vraiment d'être patient. Alors que j'ai presque perdu tout espoir et que je clique mentalement sur « Désinstaller », quelque chose s'agite sur le bord de l'écran. C'est mon cerf. L'esprit chasseur indique que l'animal ne se sent pas observé. Je suis en position de tir parfaite. Seuls quelques brins d'herbe gênent la vue. Mais il faut bien que les années d'entraînement au jeu de tir finissent par payer.

J'attends que le cerf me tourne le dos. Expirez réellement et virtuellement Je vise la poitrine et j'appuie sur le bouton gauche de la souris. On entend une détonation. À côté de moi, une nuée d'oiseaux s'élance dans les airs. Seul le cerf reste debout. Est-ce que je l'ai raté ? Non, un instant plus tard, il s'effondre sur le sol, sans vie. Oui ! En plein dans le mille. Je cours vers ma proie. De toute façon, j'ai déjà effrayé la forêt. Il est là. Un beau spécimen. D'une manière ou d'une autre, Way of the Hunter est tout de même un bon divertissement. Attendez... Quand je revendique l'animal, rien ne se passe. Au lieu de cela, on peut lire : « Réclamé par le propriétaire foncier ». Je n'arrive pas à y croire. Je n'ai pas de permis de chasse ici. Toute cette attente. Pour rien. Pourquoi ?

Conclusion : idyllique, relaxant, mais un peu trop lent à mon goût

Bref. J'aurais dû savoir pour le permis de chasse. C'est écrit en gras et en rouge dès que je pénètre dans la zone. Mais le propriétaire du terrain m'a finalement confié cette mission. Il est donc tout naturel que je chasse aussi l'animal sur son territoire. Tant pis. Ça ne devait pas se faire.

La voiture sert en premier lieu à découvrir de nouvelles régions et à activer le point d'accès rapide.
La voiture sert en premier lieu à découvrir de nouvelles régions et à activer le point d'accès rapide.

Malgré tout : Way of the Hunter a son charme. Il est relaxant de se promener dans les vastes zones de chasse et d'entendre les cris des animaux dans la forêt. Cela ne me dérange pas non plus de devoir explorer les habitats et de consulter l'encyclopédie pour savoir quelle arme est la plus appropriée et quel est le déroulement de la journée. Le seul problème, c'est que lorsque je chasse, je dois me déplacer à un rythme d'escargot pendant plusieurs minutes si je ne veux pas effrayer ma proie, c'est un peu trop pour ma patience. Mais les fans de ce genre de simulations devraient s'y attendre. Et puis, il n'y a sans doute pas de jeu de chasse plus beau et plus complet que Way of the Hunter. Dans ce sens, bonne chasse.

Simon et moi diffusons le match en streaming le lundi 15 août en direct sur Twitch à partir de 13 h 00. Préparez un livre ou des mots croisés.

Way of the Hunter est disponible sur PC, PS5 et Xbox Series S/X et m'a été fourni par THQ Nordic.

Cet article plaît à 30 personne(s)


User Avatar
User Avatar

En tant que fou de jeu et de gadgets, je suis dans mon élément chez digitec et Galaxus. Quand je ne suis pas comme Tim Taylor à bidouiller mon PC ou en train de parler de jeux dans mon Podcast http://www.onemorelevel.ch, j’aime bien me poser sur mon biclou et trouver quelques bons trails. Je comble mes besoins culturels avec une petite mousse et des conversations profondes lors des matchs souvent très frustrants du FC Winterthour. 


Gaming
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader