« Fantastic Beasts 3 » : une fois de plus Hollywood se plie à la censure chinoise

Luca Fontana
Zurich, le 14.04.2022
Traduction: Anne Chapuis

Le gouvernement chinois censure « Fantastic Beasts 3 » et Warner Bros est d'accord. Ce n'est pas la première fois qu'Hollywood se plie à la folie de la censure. Mais pourquoi ?

La censure. Elle n'est pas rare dans l'État à parti unique qu'est la Chine, où le président Xi Jinping décide de ce qui est politiquement correct et de ce qui ne l'est pas. Même quand il s'agit d'Hollywood. L'exemple le plus récent est Fantastic Beasts : The Secrets of Dumbledore, comme l'a confirmé le studio de cinéma Warner Bros. au magazine Variety :

« En tant que studio, nous nous engageons à protéger l'intégrité de chaque film que nous sortons. C'est également le cas lorsque des coupes nuancées sont nécessaires pour répondre de manière sensible à une série de demandes du marché. »

  • CritiqueFilms et séries

    Malgré quelques petits problèmes, « Fantastic Beasts 3 » est tout simplement magique

Concrètement, cela veut dire que : pour que le film puisse être projeté en Chine, le studio de cinéma a accepté la condition du parti communiste de supprimer six secondes de son film de 142 minutes. Avec succès : The Secrets of Dumbledore a dominé le classement des films de la semaine dernière dans l'Empire du Milieu, même s'il est resté à un niveau très bas en raison de la situation pandémique actuelle.

Cette production s'ajoute ainsi à la longue liste des films « Made in Hollywood, censored for China ».


Vous découvrirez bientôt ce qui a été censuré. Mais attention : ALERTE SPOILER ! Si vous n'avez pas encore vu le film, sautez le chapitre suivant et continuez à lire à partir de « La longue liste des censures hollywoodiennes de la Chine".


Attention, spoiler : qu'est-ce qui a été censuré exactement ?

Selon le porte-parole de Warner Bros, deux courts passages de dialogue dans lesquels Albus Dumbledore (Jude Law) parle de son ancienne relation homosexuelle avec le méchant Gellert Grindelwald (Mads Mikkelsen) ont été victimes de la censure :

« Because I was in love with you. »

« The summer Gellert and I fell in love. »

Le studio de cinéma affirme que le reste du film est resté intact et que l'on comprend toujours clairement qu'il existe une relation intime entre Dumbledore et Grindelwald.

Des coupes nuancées. Les exigences sensibles du marché. C'est comme ça que l'on règle les choses.

La longue liste des censures hollywoodiennes de la Chine

Ce n'est pas la première fois qu'Hollywood se plie aux diktats de la Chine. Le potentiel du marché cinématographique chinois est trop important. Des films comme Warcraft, Transformers : The Last Knight, Pacific Rim : Uprising ou Ready Player One ont rapporté plus d'argent en Chine qu'aux États-Unis. Beaucoup plus. Les recettes provenant de la Chine ont même représenté la moitié des activités internationales, sans compter les activités américaines.

Le gouvernement chinois en a pris note depuis longtemps et a réagi de manière protectionniste : Actuellement, un maximum de 34 films étrangers peut être projeté sur les écrans chinois chaque année. Officiellement, pour protéger le marché cinématographique national. Officieusement, sans doute plutôt parce que le gouvernement sait pertinemment que, grâce au contingent limité, Hollywood n'a pas d'autre choix que de se plier à la censure du pays.

Une censure qui se moque des droits de l'homme, de la liberté d'expression et de la liberté de la presse au nom de la « stabilité sociale ».

En conséquence, The Secrets of Dumbledore ne fait pas exception à la règle, au contraire, il l'applique. Dans le film Bohemian Rhapsody, par exemple, toutes les scènes montrant l'homosexualité de Freddie Mercury, interprété par Rami Malek, ont disparu. Même le discours prononcé par l'acteur lors de la cérémonie des Oscars a été censuré en Chine. Le biopic d'Elton John Rocketman, sorti un an plus tard, a même été totalement interdit. Tout comme l'apocalypse zombie de Marc Forster World War Z quelques années auparavant. Brad Pitt figure, en effet, au casting du film. Ce dernier est interdit de cinéma en Chine de manière générale depuis son film Seven Years in Tibet (Sept ans au Tibet), sorti en 1997.

Même James Bond : Skyfall n'a été projeté en Chine que lorsque les références à la prostitution à Macao ont été supprimées du film et les violences policières chinoises du sous-titre. Il n'y a pas de violence policière en Chine.

Selon la Chine, cela n'est jamais arrivé : violence policière au Chater Garden de Hong Kong le 19 janvier 2020.
Selon la Chine, cela n'est jamais arrivé : violence policière au Chater Garden de Hong Kong le 19 janvier 2020.
Sandra Sanders / Shutterstock

L'organe de censure chinois ne connaît aucune limite, aussi absurde soit-elle, même en dehors des questions politiques. Par exemple, Mission Impossible : III. La scène dans laquelle Tom Cruise court dans les rues de Shanghai a été coupée, car les vêtements étendus à l'extérieur pour sécher auraient pu ternir l'image du pays. Étendre ses habits pour les faire sécher ? Quelle idée saugrenue !

Mais c'est le film familial de Disney Christopher Robin qui remporte la palme. Il a été totalement interdit parce que des gens se sont moqués sur Internet du fait que Winnie l'Ourson ressemblait au président chinois Xi Jinping.

Cette ressemblance. Oui, cela ne fait aucun doute.
Cette ressemblance. Oui, cela ne fait aucun doute.

Et Hollywood dans tout ça ? Là-bas, personne ne tente même de s'opposer au comportement de censure du Parti communiste chinois. Bien au contraire. Il y a bien trop d'argent à gagner.

Pour Iron Man, par exemple, des scènes ont été produites spécifiquement pour le marché chinois – et uniquement pour ce marché. Deux médecins chinois y parlent de la prochaine et difficile opération d'Iron Man, alias Tony Stark. Si elle ne réussit pas et que Stark meurt, le monde accusera les Chinois de la mort du héros populaire. Mais Stark, selon le médecin en chef, est son ami. Et si Stark prend soin du monde entier, qui se soucie de lui ?

Exactement, la Chine.

Mais est-ce vraiment uniquement pour l'argent qu'Hollywood ne s'oppose pas à la colère de la Chine en matière de censure ?

Pourquoi Hollywood se prosterne devant la Chine

Balayer la question d'un simple « pour gagner plus d'argent » serait trop superficiel. Non seulement le pays le plus peuplé du monde représente l'un des plus grands marchés cinématographiques du monde – on s'y attendait – mais, l'enjeu de la soumission d'Hollywood est plutôt que l'ancienne usine à rêves américaine ne serait probablement plus viable sans le marché chinois. L'ironie, c'est que la dépendance d'Hollywood est une dépendance créée par cette dernière.

Elle a commencé il y a dix ans. C'est donc à ce moment-là que le gouvernement américain de l'époque, en collaboration avec Hollywoods Motion Picture Association, l'association des six grands studios hollywoodiens Paramount, Warner Bros., Sony, Disney, Universal et, depuis 2019, Netflix, a voulu intensifier les relations avec la Chine.

L'objectif : faciliter l'entrée d'Hollywood sur le marché chinois. Du point de vue des studios, pour exploiter le potentiel de la vente de billets. Côté gouvernement, peut-être pour accroître son influence culturelle sur la Chine. Si les gens en Chine regardent assez souvent des films américains avec des produits américains, ils pourraient vouloir les acheter. Tout ce qu'Hollywood avait à faire en retour, c'était, eh bien... d'effectuer quelques coupes nuancées pour répondre aux exigences sensibles du marché.

Le plan a fonctionné. En effet, des blockbusters comme Iron Man 3, Fast & Furious ou Independence Day 2 ont connu une telle popularité que la demande de nouveaux cinémas a augmenté. En quelques années, des milliers de cinémas, des chaînes de multiplexes et même des salles IMAX ont vu le jour dans tout le pays.

Pour la première fois, l'industrie cinématographique chinoise était en plein essor.

Tout le monde veut la Chine, mais la Chine ne veut pas (ou plus) tout le monde

Ce à quoi Hollywood n'avait pas pensé : le boom du cinéma a également aidé l'industrie cinématographique chinoise. Un plus grand nombre de salles signifie plus de revenus qui peuvent être directement investis dans les productions cinématographiques nationales. Dans des productions telles que The Wandering Earth, par exemple, la première grosse production de science-fiction chinoise en live action. Une étape importante pour l'industrie cinématographique chinoise.

Et oui, le film est sur Netflix.

D'un seul coup, les productions américaines ont perdu de leur importance en Chine. Alors que 2016, cinq productions américaines dominaient encore le top 10 annuel en Chine, elles n'étaient plus que deux en 2019, une en 2020 et à nouveau deux en 2021. Le public chinois s'est manifestement lassé de l'Amérique. Aujourd'hui, il préfère les productions nationales et les acteurs nationaux auxquels il peut s'identifier. Les productions qui représentent les valeurs et la propagande du gouvernement chinois. Tous financés par les recettes d'anciens blockbusters américains.

Et Hollywood continue de se battre pour ses faveurs.

Cet article plaît à 60 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Vivre des aventures et faire du sport dans la nature et me pousser jusqu’à ce que les battements du cœur deviennent mon rythme – voilà ma zone de confort. Je profite aussi des moments de calme avec un bon livre sur des intrigues dangereuses et des assassins de roi. Parfois, je m’exalte de musiques de film durant plusieurs minutes. Cela est certainement dû à ma passion pour le cinéma. Ce que j’ai toujours voulu dire: «Je s’appelle Groot.» 


Films et séries
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader