CritiqueGaming

« Cult of the Lamb » à l'essai : le jeu le plus diabolique de l'année

Philipp Rüegg
Zurich, le 10.08.2022
Traduction: Alassane Ndiaye

« Cult of the Lamb » combine action hack and slay, simulation de ferme et humour diabolique. Quel autre jeu vous permet, en tant qu'agneau démoniaque, de fonder une secte et combattre les infidèles ?

Ne vous laissez pas abuser par son aspect chaleureux : dans l'agneau supposé innocent de Cult of the Lamb se cache le diable au sens propre du terme. Un seigneur de l'enfer a empêché le mignon agneau d'aller au purgatoire et pour payer cette dette, il marche sur des cadavres. Ce qui ressemble à une douce aventure agricole dans le style de Stardew Valley est en réalité un simulateur de secte diabolique.

À bas les hérétiques

En tant que chef de la secte, ma tâche principale est d'endoctriner de nouveaux membres, de développer la colonie et d'éliminer quatre seigneurs de l'enfer ennemis dans des donjons. Parce qu'ils sont responsables du fait que mon sauveur diabolique est enchaîné et ne peut pas manier lui-même la hache meurtrière. Le jeu surprend à cet égard avec nettement plus de mécanismes que je ne l'aurais cru. Il ne faut pas plus d'une demi-heure pour que je sois moi-même endoctriné et que je marmonne, les yeux vitreux : « Plus qu'un tour. Plus qu'un tour ». Une très mauvaise variante de la fièvre de Civilization sévit dans Cult of the Lamb.


Chaque donjon est dirigé par un évêque démoniaque.
Chaque donjon est dirigé par un évêque démoniaque.

Au début, les choses se passent tranquillement. Après avoir converti mon premier agneau, je lui fabrique un sac de couchage et je l'envoie couper du bois. Après tout, nous ne sommes pas une oasis de bien-être, ici on prie et on travaille. Par manque de main-d'œuvre, je m'abaisse aussi à accomplir des tâches subalternes, en taillant quelques pierres.

D'une certaine manière, c'est indigne de moi. Pour obtenir plus d'argent, de ressources et surtout de nouveaux adeptes, je me lance à l'assaut du premier donjon appelé Bois sombre. Les trois autres me sont pour l'instant inaccessibles. Ils exigent nettement plus de disciples que mon seul et chétif membre. Les donjons sont générés de manière procédurale et se composent de petites pièces reliées entre elles. Dans la plupart d'entre eux, de nombreux monstres attendent que je les envoie dans l'au-delà. Je le fais avec une arme dans une main et un sort dans l'autre. J'obtiens ces deux éléments par hasard au début d'un donjon. Au cours d'un run, je peux les remplacer par de meilleures armes. Le choix peut être amélioré dans le camp par des sermons, mais nous y reviendrons plus tard. Le système de combat se compose principalement de coups et d'esquives. Les commandes sont merveilleusement directes et les armes émettent un son satisfaisant lorsque je transforme mes ennemis en boue rose.


Le combat n'est jamais ennuyeux grâce au changement d'armes et de niveaux.
Le combat n'est jamais ennuyeux grâce au changement d'armes et de niveaux.

Si j'ai nettoyé une pièce des monstres ou si j'ai imbibé les murs de sang, un coffre contenant des pièces d'or apparaît. Parfois, il y a aussi un petit cœur à l'intérieur pour remplir mes vies ou une carte de tarot qui me donne des bonus aléatoires pendant le run. Une fois que j'ai trouvé la sortie d'une section, je sélectionne la zone suivante sur la carte générale. La carte me dit alors s'il y a des ressources, des monstres, de nouveaux adeptes ou autre chose à récupérer. Au final, tous les chemins mènent au premier sous-boss. Ce n'est que lorsque j'ai réussi à parcourir un donjon quatre fois que le premier seigneur de l'enfer se présente à moi. Les combats ne sont pas particulièrement difficiles et peuvent être facilités par de nouvelles compétences ou par des adeptes transformés en démons.


Les cartes de tarot vous apportent des avantages dans un run.
Les cartes de tarot vous apportent des avantages dans un run.

Combattre, construire, garder les moutons

De retour au camp, la première chose à faire est d'endoctriner les éventuelles nouvelles recrues. En tant que leur dieu, je décide de leur apparence à partir d'une large palette de têtes d'animaux mignons. Pour mieux les distinguer, je choisis cette fois-ci la tête de requin jaune. Mes disciples s'occupent certes des tâches qui leur incombent de manière autonome, mais pour certaines choses, il est nécessaire d'organiser une entrevue. Par exemple, je peux inspirer mes adeptes une fois par jour. Avec le développement de la secte, cela devient vite un travail laborieux et sans aide visuelle, je n'aurais aucune vue d'ensemble sur les petits agneaux qui ont déjà bénéficié de mes paroles divines.


Vers la fin du jeu, le camp devient plutôt bondé.
Vers la fin du jeu, le camp devient plutôt bondé.

Au début, la colonie ne se compose que de mon autel. C'est le lieu où mes disciples m'adorent et génèrent de l'inspiration qui me permet de libérer de nouveaux bâtiments. Par exemple, un cercle d'invocation de démons pour transformer les disciples en démons qui m'accompagnent lors des combats, comme décrit ci-dessus. Plus basique, la cabane des toilettes, pour éviter que les habitants fassent leurs besoins au milieu du camp et que je sois obligé les nettoyer. Quant aux excréments, ils me servent d'engrais à la ferme. Un joli petit jardin avec des fruits et des légumes fait partie de l'équipement de base. Sinon, on ne mange que de la soupe aux herbes et mes agneaux n'aiment pas trop ça. De plus, il y a 25 % de chances qu'ils tombent malades, à moins que vous n'ayez, comme moi, édicté une doctrine dans le temple qui en fait des mangeurs d'herbe.

Pour édicter de nouvelles doctrines, je dois assembler une pierre de commandement. J'obtiens les fragments de pierre de commandement nécessaires en accomplissant des quêtes ou parfois dans des donjons. Les doctrines sont soit passives, comme la caractéristique de mangeur d'herbe, soit actives sous forme de rituels. Par exemple, je peux donner des jambes à mes adeptes avec le rituel « La gloire de l'effort » et les faire travailler deux jours d'affilée sans dormir. Les rituels coûtent des ressources, généralement des os ou de l'or, et peuvent aussi avoir des effets secondaires négatifs. Ainsi, le travail à la chaîne fait baisser la loyauté. Mais j'ai aussi un remède à cela : le « rituel de lavage de cerveau ». La loyauté reste ainsi plusieurs jours à son niveau maximal.


Un rituel digne de ce nom ne va pas sans l'un ou l'autre sacrifice.
Un rituel digne de ce nom ne va pas sans l'un ou l'autre sacrifice.

Certains rituels nécessitent le sacrifice d'un adepte. Ce n'est pas grave. Après tout, c'est un honneur de mourir pour moi. En dehors de cela, il existe aussi un rituel qui me permet de ressusciter les adeptes décédés. L'adhésion à ma secte ne s'arrête jamais.

Dans le temple, je peux en outre organiser une messe par jour afin de récolter de l'énergie pour des améliorations personnelles. Elles facilitent mes sorties dans les donjons grâce à de meilleures armes et de nouvelles malédictions.

L'agneau de la secte ne se repose jamais

Les journées sont de plus en plus chargées. Il y a toujours quelque chose à faire. Ramasser du bois coupé, semer, arroser, fertiliser ou récolter des légumes, inspirer des adeptes, réparer des dortoirs endommagés, organiser des messes, soigner des malades ou entendre des confessions. Je pourrais travailler jusqu'à l'épuisement. Cependant, en tant qu'agneau élu, je ne me permets aucune faiblesse. Il en va autrement pour mes adeptes les plus fragiles. Il arrive que quelqu'un morde la poussière. Que ce soit à cause d'un mauvais repas ou pour des raisons d'âge, il a fini par s'essouffler. Je ne peux pas laisser les cadavres traîner, les partisans vont vomir sur mon camp. Il faut donc vite l'embaumer et l'enterrer. Si je mets encore une tombe, mes petits agneaux génèrent même de l'inspiration lorsqu'ils visitent la tombe. Mais il existe aussi une méthode plus simple pour éliminer les défunts, en les transformant en nourriture. Ma secte est soucieuse de l'environnement, il n'y a pas de gaspillage.


Ceux qui me contredisent reçoivent des leçons privées de science de l'agneau.
Ceux qui me contredisent reçoivent des leçons privées de science de l'agneau.

S'il arrive qu'un disciple se détourne de moi et ose semer la zizanie, il sera immédiatement mis au pilori. Là, je le sermonne une fois par jour jusqu'à ce qu'il revienne à la raison. Loué soit l’agneau !

Conclusion : adorablement sombre

Cult of the Lamb est un jeu fascinant. Avec son magnifique design, il ressemble à un dessin animé du samedi matin. Mais les cris de joie s'estompent rapidement lorsque, quelques instants plus tard, l'agneau démoniaque flotte dans les airs, les yeux injectés de sang, et sacrifie un adepte au seigneur de l'enfer lors d'une cérémonie macabre. C'est ainsi que les croyants et autres opposants aux jeux ont toujours imaginé les jeux. Il faut définitivement aimer l'humour noir et l'ambiance morbide pour apprécier Cult of the Lamb. Vous ne devez pas non plus être trop gêné pour servir un repas d'excréments à vos disciples, si c'est leur souhait.


Votre sauveur exige une obéissance aveugle.
Votre sauveur exige une obéissance aveugle.

Au cours des 20 heures qu'il m'a fallu pour le terminer, je ne me suis jamais ennuyé. Il y a toujours quelque chose à faire. Quand je ne nettoie pas les donjons des hérétiques, je fais du commerce, je construis de nouveaux bâtiments, qui à leur tour ouvrent de nouvelles possibilités d'interaction. Ou bien j'embellis mon camp avec des crânes, des sols en pierre de lave ou des idoles de boss éliminés. Et je n'ai même pas mentionné les autres villages à visiter, où des habitants bizarres vendent des cartes de tarot pour mon deck, où je peux pêcher ou gagner des pièces en jouant aux dés. Mis à part un peu de microgestion, Cult of the Lamb m'a complètement captivé et ne m'a plus lâché jusqu'à la fin. De quoi faire pâlir d'envie n'importe quelle église libre.

Cet article plaît à 30 personne(s)


User Avatar
User Avatar

En tant que fou de jeu et de gadgets, je suis dans mon élément chez digitec et Galaxus. Quand je ne suis pas comme Tim Taylor à bidouiller mon PC ou en train de parler de jeux dans mon Podcast http://www.onemorelevel.ch, j’aime bien me poser sur mon biclou et trouver quelques bons trails. Je comble mes besoins culturels avec une petite mousse et des conversations profondes lors des matchs souvent très frustrants du FC Winterthour. 


Gaming
Suivez les thèmes et restez informé dans les domaines qui vous intéressent.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader