Sony Bravia A1 – la première TV OLED de Sony à l’essai
Critique

Sony Bravia A1 – la première TV OLED de Sony à l’essai

Luca Fontana
Zurich, le 19.12.2017
Responsabilité de traduction: Anne Chapuis
Je me suis rarement aussi vite entiché d’une télévision que de la Bravia A1. La première TV OLED de Sony marque des points avec son design élégant, ses images presque parfaites et son processeur sans doute le plus avancé sur le marché. J’ai déballé le modèle de référence et je l’ai testé en profondeur.

Haletant, j’essuie les gouttes de sueur sur mon front. La grande TV OLED de Sony est lourde. Notre rédacteur en chef Dominik Bärlocher et moi-même avons lâché quelques jurons en sortant l’appareil de 29,8 kg de son carton avant de l’installer dans une petite salle de réunion. Ce n’est certes pas l’environnement parfait pour la tester, mais ça devrait suffire.

«Nous passons la télévision au crible fin. À vous.»
«Nous passons la télévision au crible fin. À vous.»

La première TV OLED de Sony

De nombreux fabricants rivalisent pour produire la meilleure TV OLED sur un marché impitoyable. Ironiquement, leurs panneaux OLED sont tous faits du même matériau. Les marques se distinguent tout de même énormément par la qualité de traitement de l’image, le design, le son, la préparation des images, l’agencement ou encore le système d’exploitation. À quoi sert d’avoir un bon panneau si le processeur ne traite pas correctement les images? Voudrais-je dépenser une grosse somme pour un appareil de qualité, mais moche? La télé devrait aussi être facile à utiliser, car personne n’a envie de s’arracher les cheveux en tentant de faire fonctionner un système d’exploitation récalcitrant.

Comme vous le voyez, au final, il faut prendre en compte l’ensemble des caractéristiques d’une télévision.

Commençons notre test

Sony a intitulé son nouveau produit phare «Bravia A1». Elle est disponible au format 77, 65 ou 55 pouces. Son apparence m’impressionne déjà avant même que je ne l’allume. Elle est dotée de finitions haut de gamme et d’une paroi arrière en métal avec revêtement en tissu. Ses côtés et sa face arrière sont également très esthétiques.

Un design impressionnant

La télévision doit sa beauté à son design plat «One Slate». Envolé le pied de support et les haut-parleurs. La télévision s’appuie sur un support que Sony nomme «socle arrière». Je vous expliquerai plus tard ce qu’il en est des haut-parleurs. Quand on se tient devant la télévision, on ne voit que son écran noir de jais, car sa structure est extrêmement fine. Les cadres qui entourent le panneau OLED ne font que quelques millimètres d’épaisseur. C’est là que Sony a réussi là où de nombreux concurrents ont échoué: se concentrer sur l’essentiel, c’est-à-dire des images époustouflantes.

Le socle arrière avec protection en tissu
Le socle arrière avec protection en tissu
Le design de l’arrière est lui aussi sobre et élégant.
Le design de l’arrière est lui aussi sobre et élégant.

Pas de haut-parleurs intégrés au panneau? Mais où ont été placées toutes les composantes électroniques? L’entreprise japonaise a trouvé une solution astucieuse: elle les a placées dans le socle arrière.

Un cadre extrêmement fin grâce au panneau OLED.
Un cadre extrêmement fin grâce au panneau OLED.
La TV s’appuie sur son socle arrière.
La TV s’appuie sur son socle arrière.

Un son étonnamment bon grâce à une technologie innovante

Les caissons de graves se trouvent eux aussi dans le socle arrière. Oui, vous avez bien lui. La Bravia A1 est dotée de basses intégrées.

«Acoustic Surface» surprend par sa qualité de son

Vous vous demandez peut-être si le reste des composantes sonores se situent également dans le socle arrière. Je vous rassure: Sony a opté pour ce qu’on appelle l’«Acoustic Surface». Cette technologie n’est pas neuve; l’un des prototypes date de plus de dix ans. Elle ne donnait jusqu’à présent que des résultats très décevants. Le géant japonais l’a perfectionnée et l’a adaptée pour sa TV OLED.

Aujourd’hui, elle ressemble à ça: quatre Exciter placés sur une fine barre du socle arrière. Ils sont petits et ronds et se collent directement au panneau depuis l’arrière. Contrairement aux haut-parleurs conventionnels, ils ne bougent pas l’air, mais le panneau lui-même. Voici à quoi ressemble un Exciter. La vidéo ci-dessous vous montre comment fonctionne la technologie.

Je me réjouis évidemment de tester le son. Je mets donc la nouvelle version de «Kong: Skull Island» dans le lecteur Blu-Ray 4K. Pour être franc, je suis agréablement surpris. Je ne m’attendais pas à un son aussi clair et d’aussi bonne qualité sans appareil de retransmission externe. La dynamique équilibrée est géniale durant les scènes d’action, et les basses se distinguent agréablement.

Voici comme fonctionne l’«Acoustic Surface» selon la vidéo promotionnelle de Sony.

Le son de la TV et les barres de son

Évidemment, l’acoustique de la TV de Sony est certes équilibré et dynamique, mais pas suffisamment fort sur les Sonos Playbar de mon home cinéma. Même si le caisson de graves vibre plus que correctement, il n’arrive pas vraiment au niveau d’une Playbar de qualité.

Selon mon expérience, le son de la TV OLED est toutefois nettement plus harmonieux que celui des haut-parleurs d’autres télévisions. Le système de son de Sony tient très bien la route avec une barre de son conventionnelle.

Une TV qui résiste aux vibrations

C’est fou comme on dirait que les voix sortent directement de la bouche des comédiens (et non simplement de l’écran). La puce à technologie avancée, dont je vous parlerai ci-dessous, gère le son et les Exciter de manière particulièrement intelligente. Elle apporte une belle profondeur de son. Je dois admettre que je suis agréablement surpris.

Par ailleurs, même si le panneau a tendance à vibrer, l’image reste stable. On sent légèrement les vibrations si on le touche, mais elles ne se voient pas à l’écran. Inutile donc d’avoir peur que la télévision ne tombe du meuble sur lequel vous l’avez posée.

L’image tient-elle le coup?

Pour résumer, l’A1 a un superbe design et un bon son. Il nous reste à évaluer l’aspect principal: la qualité de l’image.

Son processeur est un sacré atout

Selon Sony, son processeur «X1 Extreme» contribue énormément à la qualité de l’image. La puce, dotée de la technologie «X-Reality Pro 4K», est surtout responsable de la préparation de l’image. Ce qui sonne comme un concept marketing vide assure en réalité un excellent traitement d’image qui met les contenus Full HD parfaitement à l’échelle, diminue les grésillements et épure les images.

Contrastes, couleurs et noir parfait

Le fabricant prétend s’être concentré sur un réglage intelligent des objets lorsqu’il a développé la puce. Les surfaces sont exemptes de banding disgracieux. Je teste l’image sur le film «Passengers», que j’ai par hasard sous la main.

En visionnant «Passengers» je teste les valeurs de noir et le banding potentiel.
En visionnant «Passengers» je teste les valeurs de noir et le banding potentiel.

Le vaisseau spatial glisse dans le néant intersidéral et file en mode autopilote à travers un champ d’astéroïdes. Non seulement c’est super beau, mais en plus cela me donne l’occasion d’examiner un peu plus précisément la profondeur du noir, typique des TV OLED. J’observe surtout si les petits points lumineux qui représentent des étoiles éloignées sont entourés de noir ou auréolés de lumière. L’image est parfaite. Ni auréole, ni banding, ni grésillement.

Je suis ravi.

Le noir est vraiment noir. Je ne vois aucune zone grise disgracieuse.
Le noir est vraiment noir. Je ne vois aucune zone grise disgracieuse.

La télévision brille aussi par ses couleurs saturées et ses contrastes équilibrés, ce que je remarque en regardant le «Kong: Skull Island», dans lequel les décors passent d’une plage éblouissante aux teintes sépia d’une jungle épaisse. Sony prétend que sa OLED atteint une luminosité de 700 nits, ce qui est une très bonne valeur pour ce type de télévisions. Vous n’aurez aucun problème à apprécier un film dans un environnement clair.

Les contrastes sont incroyables et donnent de belles couleurs saturées.
Les contrastes sont incroyables et donnent de belles couleurs saturées.

Les mouvements brusques de caméra – lorsque le grand singe essaie d’abattre les hélicoptères qui l’attaquent en leur lançant des arbres – n’enlèvent rien à la netteté de l’image, qui ne vibre aucunement. Aucune tache disgracieuse. Par rapport aux autres OLED, la représentation des mouvements que j’ai testée est étonnamment bonne. Fait intéressant pour les gamers: les tests externes mesurent un temps de latence d’environ 42 ms pour les contenus en Full HD, et de seulement 30 ms pour les contenus 4K, ce que je n’ai malheureusement pas pu vérifier.

Les images restent nettes même dans les scènes d’action rapides.
Les images restent nettes même dans les scènes d’action rapides.

Qu’en est-il de l’agencement, de SmartTV et des applications?

La fin de mon test approche. Pour terminer, j’aimerais vous donner quelques informations sur l’agencement et le système d’exploitation.

L’agencement

Les composantes électroniques de la TV OLED se trouvent, tout comme le caisson de graves, dans le socle arrière. Vous y trouverez également toutes les connexions, dont 4 HDMI, 3 USB, 1 LAN, 1 AUX et 1 Digital Audio Out.

Les connexions sont intégrées au support.
Les connexions sont intégrées au support.

Le support peut être rabattu afin de monter la télévision sur un mur, mais elle ne collera jamais complètement au mur. Si vous décidez d’acheter une Bravia A1, je ne pense pas que cela vous posera problème, car elle est belle sous tous les angles et vous voudrez sans doute la poser plutôt sur un meuble.

Un système d’exploitation Android et une télécommande classique

La Sony A1 fonctionne sous Android OS. Le système d’exploitation s’est chargé suffisamment rapidement et aisément à mon goût. Le menu a été conçu de manière claire et élégante. Les applications comme Netflix ou Youtube sont stables. Grâce à la connexion au Google PlayStore, la sélection d’applications est plus vaste que celle de n’importe quel autre fabricant. La télécommande incluse dans la livraison rend la télévision vraiment facile à manier. Dans l’ensemble, je n’ai presque aucune critique à formuler.

Le design de la télécommande à infrarouge livrée avec la télévision est très classique. Aucune fonction superflue comme un écran tactile ou un capteur de direction. Elle a même de vrais boutons!

Regardez-moi tous ces boutons! On en a plus l’habitude!
Regardez-moi tous ces boutons! On en a plus l’habitude!

Résumé

Je suis conquis. J’aime le design sobre et élégant de la Bravia A1, et le fait que Sony se soit concentré sur l’essentiel: l’image. Je trouve que le socle arrière est une belle variante des pieds classiques.

Grâce à «Acoustic Surface», le son surpasse facilement de nombreuses barres de son. Le panneau vibre de lui-même et, combiné au caisson de graves du socle arrière, donne un son impressionnant. Cette technologie sophistiquée ne remplace cependant pas un système surround 5.1 complet.

La Bravia A1 de Sony allie un degré de contrastes extrêmement élevé à un très bon angle de visionnement. Son niveau de clarté de 700 nits est très bon pour la technologie OLED et suffit amplement dans les pièces claires. Le processeur «X1 Extreme» avancé ôte les grésillements, optimise les contrastes et fournit une excellente conversion ascendante. Lors de mon test, la télévision a affiché de minuscules points lumineux dans une mer de noirceur sans aucun effet de banding. Waouh!

L’agencement est à la hauteur de mes espérances. Grâce à Android OS et à la connexion au Google PlayStore, la Sony A1 offre une vaste sélection d’applications.

En bref, la Sony A1 est un appareil de référence dans la catégorie haut de gamme.


TV/>
KD-77A1 (77", 4K, OS Android, OLED, 2017)
Sony KD-77A1 (77", 4K, OS Android, OLED, 2017)
TV/>
KD-65A1 (65", 4K, Télévision intelligente, OLED, 2017)
Sony KD-65A1 (65", 4K, Télévision intelligente, OLED, 2017)
TV/>
KD-55A1 (55", 4K, OS Android, OLED, 2017)
Sony KD-55A1 (55", 4K, OS Android, OLED, 2017)

Cet article plaît à 26 personne(s)


Luca Fontana
Luca Fontana
Editor, Zurich
Vivre des aventures et faire du sport dans la nature et me pousser jusqu’à ce que les battements du cœur deviennent mon rythme – voilà ma zone de confort. Je profite aussi des moments de calme avec un bon livre sur des intrigues dangereuses et des assassins de roi. Parfois, je m’exalte de musiques de film durant plusieurs minutes. Cela est certainement dû à ma passion pour le cinéma. Ce que j’ai toujours voulu dire: «Je s’appelle Groot.»

Ces articles pourraient aussi vous intéresser