J’ai joué à 8 «PUBG»-like pour que vous n’ayez pas à le faire
CritiqueGaming

J’ai joué à 8 «PUBG»-like pour que vous n’ayez pas à le faire

Philipp Rüegg
Zurich, le 24.01.2018
Traduction: Stéphanie König
Comme toujours, quand quelqu'un réussit, les autres veulent aussi leur part du gâteau. Du côté des jeux vidéo, cela se manifeste souvent par des copies osées des grands succès. La plupart d'entre elles existent en version pour smartphone. J'ai essayé les plus grands titres.

«PlayerUnknown’s Battlegrounds» – ou «PUBG» en version abrégée – est un phénomène. Lancé le 23 mars 2017 en accès anticipé, il s'est vendu à près de 30 millions d'exemplaires rien que sur Steam. Aux heures de pointe, plus de trois millions de joueurs jouent simultanément sur des PC dans le monde entier. Il n'est donc pas étonnant que de premières imitations aient rapidement vu le jour. Et je ne vise pas «Fortnite», qui a beaucoup de succès avec son mode Battle Royale. Non, je parle ici de copies vraiment flagrantes pour mobiles, qui s’inspirent un peu trop de jeux de renom. Ils portent le nom de «Pixel’s Unknown Battle Ground», «Grand Battle Royale» ou encore (mon favori): «Play unknowingly Battleground». En général, vous savez directement de quel jeu il a été inspiré rien qu’en voyant le logo. Deux jeux mobiles «PUBG» officiels sont déjà en cours de développement. En attendant, ce sont les déclinaisons qu’on trouve le plus souvent sur Google Play qui encaissent de l'argent. Mais les jeux sont-ils vraiment aussi mauvais qu’on le pense? Il n'y a qu'un seul moyen de le savoir.

Remarque: Je n'ai rien remarqué d'inhabituel en jouant, mais avec de telles copies, des codes douteux ne sont pas à exclure. L’installation se fait donc à vos risques et périls. Des droits étendus sont souvent requis après le lancement. J'ai tout refusé et j’ai quand même réussi à jouer.

Pour le test, j'ai principalement choisi les premiers jeux qui sont apparus lorsque j’ai cherché «PlayerUnknown’s Battlegrounds».

«Pixel’s Unknown Battle Ground»

Des hélicoptères remplacent les avions. Le reste est similaire.
Des hélicoptères remplacent les avions. Le reste est similaire.

La toute première chose que vous voyez dans ce jeu avant de faire quoi que ce soit, c’est de la publicité. Le jeu porte aussi le nom de «Battleground Royale». C’est toujours bon signe quand le jeu n’a pas de nom fixe... Pendant que j'écris ces mots, j’ai droit à une vidéo publicitaire. Et cela même si je suis encore dans le menu d’accueil et que je n'ai encore rien fait. Super. Il faut attendre 30 secondes avant de pouvoir passer à autre chose. Ça commence bien.

Vous avez le choix entre trois modes. Battle Royale, Team Battle et un mode zombie. Seul le premier m’intéresse. Je commence. Après une minute, moi et 24 autres joueurs survolons une petite ville en hélicoptère. Le graphique a clairement été copié de «Minecraft». Vous jouez à la troisième personne et, comme pour tous les titres suivants, vous jouez en bougeant avec votre pouce gauche et visez et tirez avec votre pouce droit. Je n'ai jamais été attiré par ce genre de jeux. En plus, les commandes ne sont pas très précises. Le tir part automatiquement lorsque vous visez quelqu'un. Je trébuche, ramasse des armes et abats même deux adversaires qui s’en sortent encore moins bien que moi avec le système de contrôle. Il y a aussi des véhicules, mais je crois qu’on peut seulement pénétrer à l’intérieur si on est le premier à les avoir déverrouillés. Je termine parmi les cinq derniers avant d'être pixélisé dans un autre monde. La prochaine publicité m'y attend déjà. Merci, c’en est assez pour moi.

Gratuit pour Android et iOS.

«Free Fire Battleground»

aucune information disponible sur cette image

Au moins, pour une fois, le logo n’en rappelle pas un autre. C’est un bon début. J’ai par contre besoin d'une éternité jusqu'à ce qu'un nom d'utilisateur soit accepté, bien que je n'utilise pas de caractères spéciaux ou d’accent. Le graphique va plus dans le sens de celui de «PUBG». 50 joueurs participent à la partie. Avec un quadrimoteur bien connu, vous survolez une carte, qui correspond à environ un dixième de celle du jeu original, mais qui promet plus d'action. Les armes, l'équipement et les possibilités de mouvement sont presque adaptés 1:1. Vous pouvez jouer avec le son et donc entendre les pas de vos adversaires. Trois adversaires bien équipés succombent à mes attaques surhumaines. Mon avidité de butin finit par me coûter la vie. Mais ce jeu fait tout de même partie du top 10.

Dans l'ensemble, le jeu n’est pas si mauvais et les développeurs n’abusent pas de la publicité.

Gratuit pour Android et iOS

«Grand Battle Royale»

aucune information disponible sur cette image

Un autre candidat qui espère surfer sur la vague «PUBG» – «Minecraft». Le design des personnages ressemble beaucoup à celui de «Pixel’s Unknown Battle Ground». Les clones copient les clones. Encore une fois, vous jouez à la troisième personne, mais avec un peu plus de verticalité. 20 autres têtes carrées trébuchent maladroitement à travers une ville à échelle humaine. Comme je ne touche rien en tirant du toit sur lequel j'ai atterri, je teste les dégâts de la chute. Soit il n'y en a pas, soit ma silhouette a des jambes pixélisées extrêmement musclées. Le système de contrôle est tellement imprécis que j’en ai mal au crâne. Je ne le supporte que parce que d'autres sont encore pires que moi et sont victimes de mon pied-de-biche.

Une fois mort, j’ai droit à un peu de publicité. Hmmm, ce n’est rien pour moi.

Gratuit pour Android

«Unknown Battlegrounds Royal»

aucune information disponible sur cette image

Ce titre me rappelle un peu «Unturned». Un autre jeu PC qui utilise l'optique «Minecraft». Hormis le nom, il n'y a pas d'autres similitudes avec «PlayerUnknown’s Battlegrounds». Vous jouez à la première personne pour changer et vous vous promenez dans la nature pendant que des zombies vous guettent. Vous avez une arme depuis le début. Cependant, le système de contrôle est incroyablement lent et me donne l’impression d’avoir bu deux bouteilles de vodka. J’aurais préféré, parce que ça expliquerait au moins la sensation de vertige qui je ressens. Alors que les barres pour la nourriture et l'eau baissent lentement, j’ai aussi de moins en moins de patience. En plus, il n'y a aucun adversaire humain ou autre joueur en mode solo. Il y en a uniquement via l'option réseau. Mais comme aucun serveur n’est affiché, et comme je ne connais aucune pauvre âme perdue qui joue à ce jeu, il n'y a pas d'adresse IP à laquelle je pourrais me connecter.

Gratuit pour Android

«Survival Battle Royale»

aucune information disponible sur cette image

Dans l'App Store, ce jeu n'a même pas une étoile au classement. Ce n'est pas très prometteur. Trois modes sont disponibles. Je choisis 1vsAll avec un maximum de 32 joueurs. On vous demande alors si vous voulez regarder des pubs pour avoir une arme. Pfff, je n'en ai pas besoin. 10 secondes plus tard: peut-être que si en fait. Vous commencez pratiquement nu en caleçon et sans arme. J’ai à peine le temps de cligner des yeux deux fois que plusieurs armes automatiques sont déjà pointées sur moi. Ensuite, une petite pause publicité pour se détendre. Est-ce que je joue contre des gens ou des adversaires contrôlés par ordinateur? Dans la description de l'application, on parle de joueurs, je suppose donc que ce sont des personnes. Je ne comprends toujours pas pourquoi ils m'ont tiré dessus.

Je passe en mode Solo vs 32 et me fais tuer après seulement quelques secondes. J’adore. Je cède et regarde à contrecœur une vidéo publicitaire pour obtenir une arme. C'est comme ça que j'ai survécu cinq secondes avant que tout le monde semble avoir pointé son arme sur moi et me condamne à la prochaine pause publicitaire. Cela semble être la punition générale dans ce jeu.

Bilan: nul, sans inspiration, SUIVANT!

Gratuit pour iOS

«Last Battle Ground Survival»

aucune information disponible sur cette image

Ici, vous pouvez jouer seul, en équipe de deux ou de quatre. Même directement avec vos amis. Le jeu commence dans l'avion. Atterrissage en parachute – le design rappelle beaucoup celui de «PUBG». Les armes et les véhicules ont également été «copiés». Ces derniers, soit dit en passant, font le bruit d’une Atari 2600 désaccordée.

Encore une fois, le système de commande est généralement limité à un jeu à la troisième personne sur un téléphone mobile. Le SK12 a suffi pour deux meurtres. Je n’ai malheureusement pas réussi à tuer quelqu’un avec une voiture. Dommage. Au total, 40 personnes se battent ici. Mais je n’arrive pas vraiment à me prendre au jeu.

Gratuit pour Android

«Rules of Survival»

aucune information disponible sur cette image

L'écran de démarrage rappelle tout de suite «Just Cause 3». Optiquement, de tous les jeux testés, c’est lui qui fait meilleure impression. En outre, vous n’êtes pas immédiatement dérangé par des publicités, mais un court tutoriel – qui peut également être sauté – s’affiche directement. Ensuite, vous sautez dans un drôle d'avion et trouvez un lieu d'atterrissage sur une carte géante. Elle pourrait bien être aussi grande que Miramar ou Erangel (les cartes de «PUBG»). Sauf que 120 joueurs se battent ici! Je joue en solo, mais il y a aussi la possibilité de jouer en duo, en équipe ou en Fireteam. Le chat vocal est même supporté pour ce type de travail d'équipe. Le reste du jeu est toujours pareil. Les armes de pillage, l'équipement, etc., rester dans un cercle et ne pas se faire toucher par les bombes. Des véhicules – et même des Harleys – sont également disponibles. Le design est clairement inspiré de «PUBG». Les commandes sont assez précises pour un jeu à la troisième personne sur le téléphone portable. Des choses comme la course automatique lorsque vous appuyez sur le bouton pendant quelques secondes sont vraiment pratiques.

On peut aussi boxer. Je ne peux pas vraiment recommander «Rules of Survival», parce que pense toujours que les jeux de tir sur le smartphone sont tout droit sortis de l'enfer, mais si ça ne vous dérange pas… Vous n'obtiendrez pas seulement une grossière copie, mais un passe-temps assez décent.

Gratuit pour Android et iOS

«Play unknowingly Battleground»

«Donnez-moi un T»
«Donnez-moi un T»

Il y a déjà des points positifs pour le titre. Comme je dois endurer 30 secondes de publicité juste après le début, je les retire immédiatement. La skybox pour le ciel semble avoir été volée dans le dossier d'installation de «PUBG». Vous jouez à la troisième personne. Malheureusement, seulement contre des adversaires contrôlés par ordinateur. Dans une ville minimaliste, vous courez autour de bâtiments et d’arbres, tandis que des ivrognes roulent comme des fous en voitures de course rouges. Le but de la première mission est de combattre des ennemis. L'ensemble se joue comme «PUBG» dans la première phase d'accès. Après quelques coups, les adversaires s'inclinent de plus en plus vers l'arrière pour finir dans une position encore plus bizarre que celle de Michael Jackson dans Thriller. Ils pourraient être ma propre ombre.

Puisque vous n'avez que vos poings et que les autres frappent aussi fort que vous, vous serez KO après le troisième adversaire. Vous n'avez pas d'autre choix que de regarder la publicité. J'arrive donc au niveau suivant où je cours d’un lampadaire à l'autre. Excitant. C'était déjà un vrai moment fort dans «Superman 64». Au niveau 3, les adversaires ont des casques, mais pas d'armes. Ils ne se défendent plus non plus.

«Play unknowingly Battleground» ressemble à un jeu en phase préalpha. Après tout, c'est tellement mauvais que moi (et deux collègues) avons dû rire plusieurs fois à haute voix. C'est plus que je ne peux en dire pour la plupart des autres jeux. C'est pourquoi j’attribue quatre poêles et demi pour ce chef-d'œuvre.

Gratuit pour Android

La version originale (du moins celle pour Xbox One) ressemble à ça.

Jeux vidéo (box)
Playerunknown's Battlegrounds (PUBG) (Xbox One, DE, FR)
38.60
Microsoft Playerunknown's Battlegrounds (PUBG) (Xbox One, DE, FR)

Version Code dans une boîte

10 freche *Kopien zum Schreien**
placeholder

placeholder

Cet article plaît à 21 personne(s)


Philipp Rüegg
Philipp Rüegg
Senior Editor, Zurich
En tant que fou de jeu et de gadgets, je suis dans mon élément chez digitec et Galaxus. Quand je ne suis pas comme Tim Taylor à bidouiller mon PC ou en train de parler de jeux dans mon Podcast, j’aime bien me poser sur mon biclou et trouver quelques bons trails. Je comble mes besoins culturels avec une petite mousse et des conversations profondes lors des matchs souvent très frustrants du FC Winterthour.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser