Septante, huitante/quatre-vingt, nonante…
Nouveau dans l’assortiment

Septante, huitante/quatre-vingt, nonante…

David Berthold
Zurich, le 01.10.2021

Petits chanceux ! Vous avez aujourd’hui droit à un article exclusif en langue française, amis Romands. Je vais y aborder la question des dialectes et des différences sémantiques entre les différents cantons.

Aussi dingue que cela puisse paraître, près de 24 % des Helvètes parlent français. Encore plus fou, ils se rendent parfois sur digitec ou Galaxus pour commander toutes sortes de produits. En partant de ce surprenant constat, je me suis dit qu’il serait intéressant de se pencher sur la Suisse « occidentale », également appelée Welschland au-delà de la grande barrière de Rösti. Cette dernière nous protège de la partie germanophone depuis des temps immémoriaux, en particulier au niveau de la langue. Et justement, je vais dans cet article m’intéresser aux différences linguistiques qui existent entre les divers cantons romands. Ça joue pour vous ?

*Certains mots se retrouvent un peu partout en Suisse romande et il arrive que plusieurs cantons se livrent à une véritable guerre pour en obtenir la paternité. Plutôt une bonne nouvelle, non ? Ça signifie qu’on possède tous de nombreux points communs. Même les Genevois.

Jura-Neuchâtel-Jura bernois : le Nord se souvient

*pour des raisons de proximité linguistique, j’ai décidé de rassembler les cantons du Jura et de Neuchâtel ainsi que la partie francophone du canton de Berne, d’où le drapeau bernois dans l’image de l’article.

« Hey, le Maurice, ton gosse, il a r’foutu le bordel ! C’est le cheni dans le salon ! »

« J’suis rentré hier soir du bistro fin beurré et j’ai tout rekotsé ! »

« T’as ticklé la porte avant de sortir ? »

« Mon fatr m’a acheté des schlecks. »

« Ce matin, j’étais à la kouète pour terminer la récolte du raisin. »

« Il fait une sacrée cramine à la Brévine. »

« Y’a une peufnée de gens dans la rue. »

Si vous habitez dans le nord de la Suisse, vous avez probablement déjà entendu des phrases de ce type. Le parler du canton de Berne, heu du Jura ainsi que du Jura bernois comptent par exemple de nombreux germanismes : rekotser, schlecks, fatr, schlaguer, poutzer, être à la strasse, etc.

À Neuchâtel, on parle un français très similaire, même si les habitants de la capitale cantonale peuvent se montrer un brin plus snobinard, sans doute jaloux de ne pas connaître le prestige de Lausanne ou Genève, mais aussi d’être comparés aux paysans alcooliques du nord. Enfin, si vous trouvez que Raël ou la Scientologie constituent des bienfaits pour l’humanité, les multiples sectes disséminées dans le Jura bernois feront votre bonheur.

Bières
Saint Bon Chien (1 x 75 cl)
17.8023.73/1l
BFM Saint Bon Chien
1 x 75 cl
5

Vaud : ni Vaud ni cochon

« Sortez vos cahiers, c’est l’heure de la dictèye. »

« Vous arrêtez de faire du chenabre ! »

« Celui-là, c’est vraiment le Taguenet du village. »

« Tu manges mal ! Tu es vraiment un pouet. »

« Il est tout petit ce Bernard. Un vrai rabotson. »

Que vous habitiez dans la plus belle ville de Suisse (non, je rigole) à Lausanne, dans le Gros-de-Vaud ou à Montreux, vous avez probablement déjà entendu au moins une fois ces mots bien vaudois. Notez les mots qui se terminent en « é », mais se prononcent encore souvent « èye » (voir première phrase d’exemple). Ils prétendent produire du bon vin, affirmation vivement contestée par leur voisin valaisan. Enfin, n’imagine-t-on pas bien le général Guisan, à l’orée de la Seconde Guerre mondiale, se plaindre de « tout ce chenabre » ?

Fribourg : Sarine à rien

« On se revoit demain, adieu ! »

« Tcheu, Gotteron a encore perdu. »

« Ton pantalon était troué, j’ai dû y coudre un blètse. »

« J’ai commandé une canette de bière au bar. »

« T’as vu la maison qui chupiait ? »

Le canton suisse allemand, heu romand de Fribourg se situe en première ligne et doit régulièrement se défendre contre les arrivées massives de bourbines. Malgré tout, sa capitale parvient, à l’inverse de Bienne, à maintenir une majorité francophone entre ses murs. Les habitants de ce canton se font également remarquer par leur soutien indéfectible à leur équipe de hockey sur glace, Fribourg Gottéron, et ce malgré des résultats catastrophiques, heu en dents-de-scie.

Genève : l’Escalade du jet

« J’ai trifouillé dans mes armoires pour chercher du sucre. »

« Pierre s’est fait punir par la mégotte. »

« Il est bien vigousse ce gaillard ! »

« Tu te baignes uniquement où tu as ton fond. »

« L’attaquant de Servette a mis une catole en pleine lucarne. »

Le département canton de Genève, ou plutôt G’nève , constitue une espèce de petite excroissance au sud-ouest de la Suisse. Depuis des siècles et des siècles, il cherche à renommer le Léman « Lac de Genève », avec le soutien des Suisses allemands et leur « Genfersee », étrange alliance de circonstance, heureusement sans succès pour l’instant. Notons que le Genevois moyen aime critiquer les travailleurs frontaliers français, estimant qu’ils « volent notre travail ! ». Cependant, ce conflit laisse un brin perplexe les autres cantons romands, tant la différence entre l’habitant de Genève et le frontalier français leur semble inexistante. Néanmoins, ce petit morceau d’Helvétie peut tout de même se targuer d’abriter de nombreuses associations à but évidemment humanitaire, comme l’OMC (Organisation mondiale du commerce), l’ONUG (Office des Nations unies à Genève) ou encore la RTS (vous savez très bien ce que ça veut dire).

Valais : chalets et Monthey

« J’ai dû baster devant Christian. »

« Salut, t’as où les vignes ? »

« Ça va le chalet ou bien ? »

« Tu viendras en boire une au carnotzet. »

« Passe-moi le capion, je vais jardiner. »

Le Valais a pour particularité d’être un empire régenté par Constantin Ier, bâtisseur de barrages et de résidences secondaires pour riches touristes russes. Au sein de ce canton, la coupe mulet et la Subaru Impreza doivent faire partie de l’attirail de tout valaisan qui se respecte. Notons que ces derniers mènent une féroce compétition avec les Jurassiens pour le titre des plus gros treuillous (soiffards) de la Suisse romande, et non de l’Helvétie dans son entièreté. Parfois, les Tessinois tentent de s’immiscer dans la lutte, mais ils retournent vite dans leur canton d’irréductibles qui résiste encore et toujours à l’envahisseur du nord : dans le fond, ils savent très bien que la bataille est perdue d’avance.

Conclusion

La Suisse romande, ça craint.

Non, soyons sérieux deux minutes. La Suisse romande, ou Welschland pour nos charmants voisins suisses allemands, est magnifique. Prise en sandwich entre le royaume de France et son fabuleux guide suprême Macron Ier à l’ouest et la République bourbine à l’est, elle parvient malgré tout à tirer son épingle du jeu. Sans nous, le monde aurait par exemple dû renoncer à la Damassine, à la Tête de Moine, au gâteau du Vully, au papet vaudois, au Gruyère, au Fendant et à la longeole. Oui, même les Genevois sont capables de faire de bonnes choses.

Que serait la Suisse romande sans le barrage de la Grande Dixence, le jet de Genève, la Patinoire Saint-Léonard (personne ne dit BCF Arena, ne mentez pas), le MAD Club, le Creux du Van, la chocolaterie Camille Bloch ou le food truck Jurassic Food ?

Que serait la Suisse francophone sans les perpétuelles moqueries intercantonales sur les différents accents, prononciations amusantes, bizarreries sémantiques et expressions sorties d’on ne sait trop où ? Finalement, c’est pas si mal, la Suisse romande. Oui, même Genève.

N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires. Je les lirai peut-être.

Cet article plaît à 61 personne(s)


User Avatar
User Avatar

Amateur de littérature, de cinéma et aussi de bons burgers maisons. Durant mon temps libre, il m’arrive souvent d’aller me balader dans la forêt et aussi, accessoirement, de faire voler mon drone. Que dire d’autre ? Bien souvent en vadrouille entre Winterthur, ma patrie d’adoption, et Delémont, la ville où j’ai grandi, je me trouve en pole position pour observer le comportement de l’Homo welschus et de l’Homo bourbinus dans son milieu naturel. Ah oui, information importante, je traduis aussi parfois des textes. 


Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader

  • Skeleton Loader

    Skeleton Loader